Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 00:01

Algérie – La fin des années de solitude , la renaissance  

2ème épisode 

 

Affranchi du couvre-feu - l’état d’urgence, en revanche, demeure en vigueur, avec les excès qu’il engendre trop souvent -, soulagé de la violence aveugle, le pays reprend des couleurs. Et d’abord sur les visages, à travers rues et lieux publics. Les étrangers reviennent, accourent de tous les horizons, redonnant du coup aux villes un peu leur tradition cosmopolite. Aux hommes d’affaires d’Europe et d’Amérique s’ajoutent des travailleurs chinois - 20000 rien que dans le bâtiment - et clandestins africains ou pakistanais ayant vu s’arrêter net là leur long périple vers l’Eldorado européen. En attendant de repartir à l’assaut de la forteresse Europe, ils s’installent, trouvent du travail «au noir» et, parfois, épouse et raison d’y poser leur barda, une fois pour toutes.  

 Mohamed Boudiaf ne resistera pas et sera assassiné

 

  

 

 

 

 

  

 

  Abdelaziz Bouteflika, l'actuel Président 

 L’Algérie, nouvelle terre promise ? Beaucoup osent y croire. Avec un prix du pétrole qui atteint des records, le pays se flatte de réserves de change d’environ 60 milliards d’euros. Du coup, des projets fusent, au moins sur le papier : routes, ports, hôpitaux, écoles, hôtels. Des hôtels dont le pays a un besoin d’autant plus pressant que, signe des temps, les touristes frappent à la porte. Alors que le Maroc et la Tunisie accueillent, chacun, 5 à 6 millions de touristes par an, l’Algérie, elle, n’en reçoit qu’à peine un quart, soit 1,5 million, aux deux tiers des expatriés algériens ! Pourtant, elle a de quoi allécher - mis à part l’hébergement, le transport et la restauration, qui laissent encore à désirer  le voyageur le plus exigeant : littoral sauvage, villages de djebel, villes côtières riches en édifices Second Empire, Art Nouveau, Art Déco, sites antiques grandioses, déserts et oasis... Une terre que les Algériens rêvent eux-mêmes de redécouvrir en y conviant amis et visiteurs étrangers. Sept ans de solitude, de confinement, ça suffit !  

 

 

 

 

 

Des années de plomb à la «réconciliation nationale», les dates clés de l’Algérie contemporaine 

11 janvier 1992 : annulation des cinq mois élections remportées par le FIS. après son retour,l’armée met fin au scrutin législatif dont le premier tour, organisé le 26 décembre 1991, anticipait une victoire du Front islamique du salut (FIS). Cet arrêt du processus électoral pousse les islamistes radicaux à mettre sur pied une Armée islamique du salut (AÏS) pour renverser un «régime mécréant*

16 janvier 1992: retour d’un chef historique du FIN. 

Mohamed Boudiaf, en exil depuis vingt-neuf ans, revient afin d’assurer la direction du Haut comité d’Etat (HCE). 29 juin 1992 : assassinat de Mohamed Boudiaf. Il tombe sous les balles d’un officier de sécurité. 

5 décembre 1992 : couvre-feu 

Imposition d’un couvre-feu dai sept wilayas (préfectures) du p 24 décembre 1994 : attaque d’un avion d’Air France à Alger. Un commando islamiste s’empare d’un Airbus. L’avion se pose à Marseille où le GIGN réussit à abat les quatre pirates de l’air. A dater  ce jour, les compagnies aériennes cessent de desservir l’Algérie.   

22 septembre 1997 : massacre de civils à Benthala. 

A la périphérie du Grand Alger, des dizaines de civils - entre 85 et 250 - sont massacrés. La non-intervention de l’armée, cantonnée dans une caserne à l’entrée de l’ag­glomération, provoque une polémi­que quant à l’identité des tueurs. 15 avril 1999 : élection d’Abdelaziz Bouteflika. Il est élu Président sous le mot d’or­dre de la «concorde nationale». 

13 janvier 2000 : fin de l’ultimatum accordé aux islamistes. 

Les miliciens islamistes qui déposent les armes avant cette date et qui n’ont pas de sang sur les mains se voient accordés l’amnistie. Selon le pouvoir, il y aurait plus de 1000 repentis. 

8 avril 2004 : réélection d’Abdelaziz Bouteflika 

A suivre, 

Source GEO; information relayée par:  

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires