Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 00:07

Algérie – La fin des années de solitude

la renaissance - 7 ème épisode  

Après l’indépendance  

1 l'Université de Bab-Ezzouar et Complexe multi sports   

Les Icônes de l’ère Boumediene

 

 Pour le président Houari Boumediene, l’architecture était un outil politique. Il entendait laisser sa trace sur la physionomie de la ville. De 1965 à 1978, il se consacre à la construction de l’Algérie indépendante et donne la priorité aux infrastructures industrielles et éducatives. N’ayant aucun architecte algérien formé à sa disposition, il appel, entre autres, au Brésilien Oscar Niemeyer. Alors exilé par la junte militaire au pouvoir dans son pays, le concepteur de Brasilia donnera des bâtiments aériens à l’uni­versité des sciences et de la technologie de Bab-Ezzouar (en bas), en périphérie d’Alger. Composés de voiles de béton modulés en volumes épurés, ils suivent des lignes rectilignes ou courbes. Les espaces sont organisés pour permettre la «croissance de l’homme nouveau dans un environnement nouveau», cher au socialisme. Quant à la coupole du complexe multi sports (en haut), près du stade du 5 juillet, elle fait penser à un OVNI.

 

     2  Monument des Martyrs Le symbole des années Chadli

 

 

  De 1979 à 1992, le président Chadli a signé sa période de pouvoir en inaugurant plusieurs édifices imposants, dont le plus marquant reste le Makam Echahid, le Monument aux martyrs. Celui-ci a été érigé en 1982 pour le vingtième anniversaire de l’indépendance. Dessiné par un sculpteur japonais, le bâtiment est constitué de trois palmes en béton brut. Appuyées sur des rotules leur permettant d’être coulées verticalement, elles se rapprochent l’une de l’autre jusqu’à «fondre» leur ex­trémité supérieure. Ce symbole domine désormais de ses 92 mètres tout le site, mais aussi toute la baie. Nouvel ancrage visuel dans la capitale, il répond en quelque sorte au centre historique en concrétisant le déplacement du centre de la ville vers le sud-ouest et son entrée dans l’ère moderne.  

A suivre,  

Source GEO; information relayée par:

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires