Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:24

 

Les surprises de l'Ariège

Belle et lointaine, méconnue, oubliée par le suréquipement, cette région qui borde les Pyrénées a gardé son aspect sauvage et même mystérieux. A pieds ou à cheval, à travers les prés ou les forêts, dans les grottes profondes ou les châteaux cathares en haut des collines, partout règne une sensation d'espace.

Ferveur et hérésies de l'an 1000

Au début de l'an 1000, un fort mysticisme populaire soutient le développement des grands ordres religieux. Simultanément, dès le début du XIIe siècle, l'Ariège est une terre d'accueil pour les hérétiques cathares, accueillis et protégés dans leurs châteaux par les Comtes de Toulouse et de Foix, qui voyaient dans cette nouvelle spiritualité un formidable contre-pouvoir au Roi de France et à l'Eglise Catholique.

 

 

 Mercus, Arnave, Axiat, Mérens, Miglos, Daumazan, Saint Lizier, Vic D'oust, Unac, etc., l'Ariège est une véritable mine d?églises romanes ! Elles témoignent de la ferveur à cette époque et d'un art roman particulier à cette région, marqué d'influences occitanes, catalanes, mudejares, ou lombardes. Ces dernières furent construites par des maçons venus d'Italie et voyageant vers la Catalogne, ou inversement. Très simples, elles ont un charme rustique tout à fait particulier.

Témoignages des doutes et des espoirs des hommes de l?époque, ces églises et ces châteaux racontent une histoire émouvante. Sauvés de la destruction par l'oubli et la méconnaissance de cette région lointaine, ces lieux ne sont pas encore surexploités par le tourisme. Montaillou, rendu célèbre par le beau livre d'Emmanuel Leroy Ladurie, en est l'un des exemples les plus émouvants.

Une bonne raison pour se lancer sur le chemin des églises et des châteaux d'Ariège !

 

  

Vals, église inspirée

Fécondité et éternité sont deux thèmes récurrents en Ariège, particulièrement présents dans les grottes et les sources. L'église de Vals, une merveilleuse petite église rupestre creusée dans le rocher, est l’expression même de ces thèmes.

D'abord grotte consacrée à Marie, l'église finit citadelle et lumière consacrée à Saint-Michel, dominant et éclairant le village qu'elle protège, ainsi que tout le paysage alentour. Trois étages de spiritualité : des Celtes au XVIIIe siècle en passant par les doutes de l'an 1000.

On y pénètre par une entaille profonde, ouverture dans le corps de la montagne et, immédiatement, on sent le chuintement de l'eau. Il faut monter de nombreuses marches pour arriver à la porte de l?église, la première taillée dans le roc.

La première église rupestre de Vals est préromane. Au XIe siècle, on ajoute un deuxième bâtiment, dont l'abside est ornée de fresques de style byzantin proche de celles de la cathédrale de Saint-Lizier. Des personnages raides et majestueux racontent la vie de Jésus, mais la Vierge, elle, alanguie sur sa couche, se montre comme une vraie femme. 

Mirepoix, cité médiévale 

Avec ses maisons à colombages aux façades multicolores, ce petit village médiéval fortifié est construit selon l'architecture typique des bastides du XIIe siècle : une place entourée de couverts soutenus par des poutres en cœur de chêne (d'origine) et des rues étroites à angle droit autour de la place centrale carrée. Quelques maisons, dont celle des Consuls à droite de la librairie, gardent leurs encorbellements avec d'extraordinaires corbeaux sculptés.

 

    

 

 

 

 

 

 

 

Le Marché

 

de Mirepoix 

 

 

 

 

 

 

 

On y pénètre par une entaille profonde, ouverture dans le corps de la montagne et, immédiatement, on sent le chuintement de l'eau. Il faut monter de nombreuses marches pour arriver à la porte de l'église, la première taillée dans le roc.

La première église rupestre de Vals est préromane. Au XIe siècle, on ajoute un deuxième bâtiment, dont l'abside est ornée de fresques de style byzantin proche de celles de la cathédrale de Saint-Lizier. Des personnages raides et majestueux racontent la vie de Jésus, mais la Vierge, elle, alanguie sur sa couche, se montre comme une vraie femme.

Pendant la guerre de cent ans, la ville se protège derrière des remparts. On peut en percevoir le tracé en suivant les boulevards extérieurs et en découvrant la belle porte d'Aval, la seule des quatre portes de la ville qui existe encore. Il faut entrer dans la cathédrale Saint-Maurice dont la nef, incroyablement vaste (22 m de largeur), est la seconde plus large d'Europe, et admirer l'orgue majestueux.

Tous les lundis, le marché réunit les différents habitants du coin : paysans autochtones en béret, bourgeoises récemment installées dans les quelques maisons de maîtres (dont les prix ne cessent d?augmenter). De nombreux "baba cools", réfugiés dans des bergeries, viennent vendre les fruits de leur travail : poteries, tissages, pots de miel, ou fromages.

Chaque deuxième samedi du mois, de 8 heures à 17 heures, sous les couverts aussi, une foire aux antiquités et à la brocante. 

Les forteresses perchées racontent

Montségur, Montaillou, perchés sur leur pog (haute colline), ils semblent planer. Et leurs pierres murmurent, racontent la vie des hommes et des femmes qui ont vécu dans ces châteaux et dans les villages qui en dépendaient.

Du premier, il ne reste rien. Les murailles sont celles du nouveau château reconstruit par le Roi de France sur les ruines du vrai Montségur abattu. Du second, rien non plus puisque la tour n'est pas d'époque. Pourtant, l'énergie des lieux subsiste, une force qui semble sortir directement de la terre. Celle de la résistance à l'Inquisition.

On sait tout sur la vie quotidienne à Montaillou, grâce à Emmanuel Leroy Ladurie qui a étudié les registres de l'Inquisition. Et il n'est d’illeurs jamais trop tard pour lire son livre passionnant : "Montaillou, village occitan". 

Perché à 1 207 mètres sur son pog, Montségur se voit de très loin, en avant poste de la ligne neigeuse des hautes montagnes pyrénéennes. On y découvre avec émotion les ruines des maisons villageoises, collées aux murailles du château, preuve tangible de la présence ici des insurgés Cathares qui vécurent dans le château sous la protection du Comte de Foix de 1204 à 1244.

Quarante ans de tranquillité jusqu'à l'assassinat, en 1242, du Grand Inquisiteur par des Chevaliers qui vinrent se réfugier à Montségur. La couronne de France et la papauté décident alors d’en finir et de prendre le château. Mais, il faudra onze mois aux 4 000 mercenaires du Roi pour triompher des 150 hommes d’armes du château qui sera finalement pris par trahison pendant la nuit de Noël 1243 !

En janvier 1244, un gigantesque bûcher dévorera les 230 parfaits qui refusèrent de se convertir.

Infos pratiques

Balades de quelques heures d4un village à l'autre, randonnées de plusieurs jours en haute montagne, promenades dans les réserves naturelles, l'Ariège offre de multiples possibilités aux randonneurs de tous niveaux.

Le Chemin des Bonshommes (sur le GR 107), qui commence au pied du château de Montségur, est assez sportif avec pas mal de dénivelé. On peut marcher deux à sept jours. Il existe un Topo guide de la FFRP.

Plus calme, la réserve nationale d'Orlu est peuplée de marmottes, d'hermines, d'isards (une sorte de chamois), et même d'aigles royaux qui se laissent parfois apercevoir. On peut dormir dans les gîtes d'étapes qui sont en périphérie de la réserve où se trouve également un refuge gardé.

Renseignements : www.parc-pyrenees.com

A l'entrée de la réserve (à la Ferme aux ânes), on peut même louer des ânes pour porter les bagages : 

www.la-ferme-aux-anes.com  

On peut aussi parcourir ces vastes espaces sauvages en compagnie du Mérens. Ce petit cheval à robe noire est typiquement ariégeois, et son endurance, sa sûreté de pied et sa douceur en font un parfait cheval de randonnée. 1 200 kilomètres de sentiers et 20 centres équestres vous attendent. Les passionnés iront au Centre national du cheval de Mérens pour tout apprendre sur ce bel animal.

Pour en savoir plus : www.pyrenees-randonnees.com 

Produits locaux :

L'Hypocras : assemblage savant de plantes, d'épices et de vin doux.

Le Sambuc : un apéritif tout à fait particulier à base de sureau.

De bons foies gras et autres magrets.

Enfin, le nec plus ultra : une production artisanale de vrais peignes en corne !

Pour comprendre la fabrication et pour commander : 

www.peignecorne.com 

En savoir plus

Comité Départemental du Tourisme d'Ariège :www.ariegepyrenees.com

Un autre très beau site sur l'Ariège : www.ariege.com

Renseignements sur Mirepoix www.mirepoix.fr

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires