Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 23:00

Marrakech parmi les destinations les plus attrayantes au monde  

La Place Jemma el Fna

La Koutoubia

Marrakech c'est la  ville préférée  de nombreux Touristes….Au Maroc, il y a certes aussi Casablanca et les villes impériales mais Marrakech reste dans le cœur de tous les touristes

Le journal britannique, The Independent, a choisi, dans son supplément des voyages du week-end, la ville impériale de Marrakech parmi les destinations touristiques les plus attrayantes au monde.
Marrakech occupe ainsi une place de choix parmi des destinations aussi prestigieuses que Séville, Cordoue et Grenade (Espagne), Florence et Rome (Italie), Prague, Vienne, Budapest, Berlin et Paris ou encore le Canada et l’Afrique du sud.
Dans sa présentation de la ville ocre, The Independent souligne que le Maroc, qui reste un carrefour entre les cultures européenne, asiatique et africaine, offre aux visiteurs une expérience unique.

Le Tombeau des Saadiens

Les Souks

Avec son paysage diversifié, ses senteurs et ses couleurs, le Maroc ne cesse de capturer l’imagination de ceux qui le visitent. De l’atmosphère romantique de Marrakech, pleine de mythe et de mystère, au paysage splendide des montagnes de l’Atlas, le Maroc mène ses visiteurs dans un voyage des sens.

Histoire de Marrakech 

Simple camp de caravaniers pendant des siècles, la naissance de Marrakech a lieu en 1062 sous l’impulsion de Youssef Ibn Tachfine, 1er souverain de la dynastie Almoravide. 

Devenue capitale du royaume, de nombreuses mosquées et médersas (écoles de théologie coranique) sont construites. Marrakech grandit rapidement et devient un centre culturel et religieux influent ainsi qu'un centre commercial pour le Maghreb et l’Afrique noire. Des remparts sont édifiés pour protéger la ville. 

Cette enceinte n’empêcha pas les Almohades de s’emparer de la ville en 1147. Après avoir exterminé les derniers Almoravides et rasé la quasi-totalité des monuments, ces partisans d’un islam pur et dur édifièrent, à leur tour, palais et édifices religieux. La célèbre mosquée de la Koutoubia, symbole de Marrakech, fut construite à cette époque sur les ruines du palais almoravide. Le système d’irrigation de la ville fut perfectionné pour alimenter la palmeraie et les grands jardins. Le rayonnement culturel de Marrakech attira de nombreux artistes et écrivains, venus notamment d’Andalousie. 

En 1269, le clan des nomades mérinides s’empare de Marrakech aux dépends des derniers Almohades. L'avènement de la dynastie Mérinide sonne le déclin de Marrakech qui perd son statut de capitale au profit de sa rivale, Fès. La ville tombe alors dans une certaine léthargie. 

Au début du XVIe siècle, une nouvelle dynastie s’impose au Maroc. Le sultan Saadien, Mohammed El Mahdi, réinstalle la capitale du royaume à Marrakech. La ville renaît et atteint rapidement son apogée. La fabuleuse richesse amassée par les sultans permet d’embellir Marrakech. Des monuments en ruine sont restaurés et de somptueux palais sont édifiés. 

De nouveau, Marrakech va perdre son statut de capitale. A la fin du XVIIe siècle, l'actuelle dynastie Alaouite succède aux Saadiens. Le sultan Moulay Ismaïl, contemporain de Louis XIV, rêve d’une « Versailles » marocaine. Le trône est successivement transféré à Fès puis à Meknès, nouvelle ville impériale. 

Au début du XXe siècle, la ville connaît quelques années de guerres civiles. En 1912, l'instauration du protectorat français au Maroc met fin à cette anarchie. En 1956, le retour d’exil du roi Mohammed V sera fêté à Marrakech comme dans le reste du pays.  

 

Source: « The Independant » et diverses autres, informations relayée par:   

Le Pèlerin  

Partager cet article

Repost0

commentaires