Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 00:14

La France aurait proposé une union à la Grande-Bretagne en 1956 !!  

 

Incroyable, mais en référence a des document découverts de vrai?.c?est vrai !!!
Je me demande ce que aurait donné l'union, aujourd'hui (si c'etait le cas)?

Quelque soit, Selon l'ancien ministre, un grand avenir d'amour et de haine aux deux pays voisins: "La France et l'Angleterre ressemblent à un vieux couple marié dans lequel chacun songe souvent à tuer l'autre sans jamais envisager un divorce".

 

 

Londres (Reuters) - Des siècles de rivalité ont opposé la France et la Grande-Bretagne, au point qu'on évoque à leur sujet des relations d'amour-haine quand tout va pour le mieux...
Pourtant, selon des documents que les historiens redécouvrent avec étonnement, Paris et Londres ont envisagé l'impensable dans les années 1950 - que les deux pays n'en fassent plus qu'un, la reine Elisabeth II devenant alors chef de l'Etat français.

Un document britannique de 1956 montre que, le 10 septembre de la même année, le président du Conseil français Guy Mollet se rendit à Londres pour étudier une fusion éventuelle des deux pays avec le Premier ministre britannique Anthony Eden.

Eden rejeta l'idée mais, d'après des documents, se montra intéressé par une autre proposition de Mollet: l'admission de la France au sein du Commonwealth, ensemble de pays entretenant des liens historiques avec la Grande-Bretagne.

De part et d'autre de la Manche, des commentateurs ont avoué leur surprise.

"Cela illustre à merveille à quel point la Grande-Bretagne et la France sont vouées à s'entremêler pour le meilleur ou pour le pire", a déclaré à Reuters Denis MacShane, ancien ministre aux Affaires européennes de Tony Blair. "C'est un ajout charmant à cet éternel enchevêtrement."

"Les destins des deux pays sont liés depuis que Guillaume le Conquérant a tenté de faire de l'Angleterre une colonie française il y a mille ans."

Vieux Couple

Dans une publication officielle britannique de 1956, on lit: "Lors d'un récent séjour à Londres, le président du Conseil français, Monsieur Mollet, a évoqué la possibilité d'une union entre le Royaume-Uni et la France."

Selon un autre document, daté du 28 septembre 1956, Eden a estimé, à la lumière de ses entretiens avec les dirigeants français, "que l'on devait prendre en considération sans délai une adhésion de la France au Commonwealth; que Monsieur Mollet ne pensait pas que l'acceptation de la souveraineté de Sa Majesté par la France soulève des difficultés; (et) que les Français seraient favorables à une citoyenneté commune sur le modèle irlandais".

A l'époque des propositions de Guy Mollet, la France était en butte aux effets économiques de sa lutte contre les indépendantistes algériens et de la crise centrée sur le contrôle du canal de Suez.

 

 

Henri Soutou, professeur d'histoire à l'Université de la Sorbonne, a jugé absurde le projet envisagé il y a un demi-siècle. L'idée d'une entrée de la France dans le Commonwealth et de son acceptation de la souveraineté de Sa Majesté n'aurait pas été bien reçue, a-t-il dit à la BBC radio.

Un porte-parole des Archives nationales britanniques, qui conservent les documents officiels, a dit que le document témoin n'avait pas été tiré de l'ombre depuis de nombreuses années.

Pour MacShane, cette "révélation" montre que les "meilleurs morceaux d'histoire sont les notes de bas de page".

L'ancien ministre prédit encore un grand avenir d'amour et de haine aux deux pays voisins: "La France et l'Angleterre ressemblent à un vieux couple marié dans lequel chacun songe souvent à tuer l'autre sans jamais envisager un divorce".

- Source AP; information relayée par:

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires