Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 00:25

La planète pétrole perd la boule

1. Ceci était l'article que j'écrivais il y a quelques jours:

le baril a brutalement replongé sous les 52 $ jusque vers 51,2 $, après une tentative avortée de rebond en direction des 53,2 $ en tout début de matinée. La rechute des cours semble calquée -- de manière très paradoxale -- sur celle des thermomètres dans le centre des Etats-Unis.

Nous n'avons pas eu connaissance de la découverte de nouveaux gisements de pétrole ces dernières semaines, ni de changement radical de politique au niveau international.

La Chine, prête à payer le prix fort, dispose pour cela d'une masse de dollars considérable -- 1 000 milliards de dollars de réserves de change. Le Pays se développe à une grande vitesse..surtout à l'approche des Jeux olympiques et connait une croissance exponentielle.

Les experts, nous avaient promis un baril de pétrole à 100 $…. !!!.

Nous pressentons que des études nous promettant un baril de pétrole à 33 $ ne vont pas tarder à refleurir ....!!!

Source Seniorplanet/Agora

Mais les cours du pétrole sont tellement assujettis à la météorologie internationale qu'aujourd'hui, je vous fais part d'une hausse des court:

2. Les prix du pétrole remontent au-dessus de 55 dollars

 

 

 

Les prix du pétrole sont repassés au-dessus de 55 dollars vendredi, poussés par les prévisions de temps froid dans l'hémisphère nord, de nature à doper la demande de fioul de chauffage.

 


Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en mars a pris 1,19 dollar, clôturant à 55,42 dollars.
A Londres, sur l'Intercontinental Exchange (ICE), le baril de Brent de la mer du Nord a gagné 1,17 dollar à 55,29 dollars sur l'échéance de mars.
«Le marché est soutenu par le temps froid et aussi en grande partie par l'annonce de l'augmentation des réserves stratégiques américaines», a commenté Jason Schenker, analyste à la banque Wachovia .
Le service national de météorologie américain a annoncé que les températures devraient rester plus froides que de coutume pour les 8 à 14 prochains jours dans le nord-est du pays, région qui consomme le plus de fioul de chauffage au monde.
La demande pour ce produit devrait ainsi y être de 6% supérieure à la normale jusqu'au 2 février, selon les météorologues de Weather Derivatives.
Par ailleurs, les Etats-Unis ont décidé, mardi, de doubler le niveau de leurs réserves stratégiques de pétrole d'ici 20 ans, en achetant 100 000 barils par jour à partir de ce printemps.
«Cela a fourni une impulsion haussière au marché qui était proche d'un niveau plancher», a indiqué Jason Schenker.
Notant que 100 000 barils par jour ne constitue qu'une toute petite part de la consommation mondiale (85 millions de barils par jour), James Williams de WTRG Energy remarquait cependant : «Si le remplissage des réserves stratégiques a un impact sur les prix du pétrole, il devrait se mesurer en cents plutôt qu'en dollars».
«Ceci dit beaucoup de mouvements de prix à court terme sont des réactions à des croyances plutôt qu'à la réalité et il est donc important de prêter attention aux réalités autant psychologiques que physiques», a-t-il ajouté.
Selon M. Williams, les fondamentaux de l'offre et de la demande plaident toujours en faveur d'une baisse des prix «mais les fondamentaux ne régissent le marché que sur le long terme».
«A court terme, les prévisions météo continuent à soutenir les cours», a-t-il ajouté.
Les analystes s'accordent à dire que le brut devrait continuer d'évoluer dans une marge de 50 à 55 dollars, alors qu'il était passé sous 50 dollars la semaine dernière pour la première fois depuis mai 2005.

 

 

 

Source la Nouvelle République; information relayée par:

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires