Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 00:25

Les clubs français tournent le dos à l'Europe 

Cette information touche suffisament Toulouse et sa région pour que je la mentionne dans ce blog:

 

Les clubs français de rugby ont décidé de ne pas participer à l'édition 2007-2008 de la Coupe d'Europe.

 

Pour la 1ère fois depuis la création de la Coupe d'Europe en 1996, aucune formation française ne sera engagée la saison prochaine. Une décision explosive. Demandant avec les Anglais à être plus impliqués dans l'organisation et la gestion des compétitions, les Français se heurtent à un blocage dû au conflit entre la Ligue et la Fédération anglaise.

"Devant la gravité et l'urgence de la situation, la LNR a consulté l'ensemble des présidents du Top 14 qui ont unanimement indiqué que les conditions n'étaient pas réunies pour que la LNR s'engage dans un nouvel accord pluriannuel sur les Coupes d'Europe et de ce fait que les clubs français n'y participeraient pas la saison prochaine". Voici le communiqué par lequel la Ligue nationale de rugby (LNR) a officialisé la sortie des clubs français de la Coupe d'Europe pour la saison 2007-2008. Une décision explosive, car c'est la première fois que les formations hexagonales ne participeront pas à cette compétition qu'elles ont remportée à quatre reprises depuis sa création en 1996 et où elles ont été représentées en finale neuf fois sur onze éditions.

Les raisons d'une telle annonce son particulièrement complexes. Depuis l'automne 2005, les six nations actionnaires (les fédérations) négocient avec l'ERC, organisateur, les "accords de Paris" signés en 1999. Ces accords fixent l'organisation de l'épreuve et la structure en charge de la mettre en oeuvre. Depuis un an, les clubs français et anglais, piliers de la Coupe d'Europe, veulent être davantage impliqués dans l'organisation et la gestion. Du coup, il fallait que fédération française (FFR) et anglaise (RFU) cèdent leurs parts dans l'ERC, ce qu'elles avaient accepté de faire. Mais la RFU est revenue sur sa position, rattachant cette cession à la renégociation de la convention qui la lie à ses clubs jusqu'en 2009. Et comme la RFU envisage de créer un championnat franchisé, faisant disparaître certains clubs mythiques (Wasps, Harlequins, Leicester, Northampton...) ce que ceux-ci refusent bien évidemment. Un blocage qui risque donc de durer.

Autre élément déclencheur: la volonté de l'International Board (IRB) de resserrer la saison de championnat 2007-2008, après la Coupe du monde, faisant disputer des matches durant le Tournoi des 6 Nations, la FFR demandant du coup que certains matches aient lieu la semaine de la demi-finale et de la finale de la Coupe du monde 2007, en France. Avant de faire machine arrière. Mais cette tentative a échauffé les esprits, la LNR sentant poindre une menace sur le rugby des clubs. Car l'IRB, organisme fortement influencé par les Anglo-Saxons en général et les Néo-Zélandais et les Australiens en particulier, a tendance à vouloir augmenter le programme des équipes nationales. Ce qui se ferait au détriment des clubs.

Mais quel poids cette décision va peser sur les débats ? Car la première année de la Coupe d'Europe avait été boycottée par les formations anglaises, ce qui n'en avait pas empêché la tenue. Une édition où l'écart entre les représentants français et les autres nations avait été criant.

 

 

 

Source France 2, information relayée par:

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires