Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 15:44

Santé - Infections nosocomiales: amélioration

 

 

 

Il était temps car cela devenait franchement grave

 

 

 

Le gouvernement a publié jeudi un classement, "tableau de bord" portant sur 2005 et 2.809 établissements (dont 74 n'ont pas répondu). Il ne s'agit pas d'un "palmarès" des hôpitaux et cliniques rangés selon le nombre d'infections contractées chez eux, mais d'un outil de comparaison ou "tableau de bord" accessible au public sur un site du gouvernement, précise le ministre la Santé.

La France, qui affiche une proportion de 4,97% d'infections nosocomiales, selon une autre grande enquête nationale, réalisée celle-ci par l'Institut de veille sanitaire en juin 2006, a des taux comparables à ceux des autres pays européens.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand s'est  félicité jeudi du "progrès spectaculaire" réalisé dans la lutte contre les infections nosocomiales dans les hôpitaux français, soulignant qu'on ne pouvait pas "se contenter de ce résultat" et qu'il fallait "encore faire mieux".

L'enquête de l'Institut de veille sanitaire
L'enquête de recensement de ces pathologies, menée en juin, a concerné 2.337 établissements de santé publics ou privés, représentant 95% des lits d'hospitaux et 358.467 patients, selon 
l'Institut de veille sanitaire.

Tous les services médicaux ont été inclus dans cette étude, sauf l'hospitalisation de jour ou à domicile et les maisons de retraite hospitalières. L'enquête a été réalisée un jour donné de juin 2006.

Les infections urinaires, les infections respiratoires hautes et celles du site opératoire (zone de l'opération chirurgicale sur le corps du patient) représentaient respectivement 30, 15 et 14% de l'ensemble des infections nosocomiales recensées.

"Le jour de l'enquête, 17.820 patients étaient infectés, ce qui représente une prévalence (proportion) de 4,97% de patients infectés". Parmi ces patients, 19.296 infections ont été recensées, soit une prévalence des infections nosocomiales de 5,38%.

Les trois agents infectieux les plus fréquemment responsables sont des bactéries : Escherichia coli (25%), staphylocoque doré (19%, dont 52% de SARM) et Pseudomonas aeruginosa (10%). L'enquête fait état d'une baisse plus marquée pour les infections dues au staphylocoque doré résistant à l'antibiotique méticilline (SARM).

Les résultats de l'enquête "suggèrent une diminution modérée (-4%) de la proportion de patients infectés par rapport à l'enquête de 2001 et une diminution plus importante (-38%) de la prévalence des patients infectés par le SARM", selon l'InVS.

La proportion de patients infectés en 2006 en France se situe dans les limites basses de celles observées (4,9 à 8,5%) lors d'autres enquêtes européennes depuis 2000, selon l'institut.

Par ailleurs, 56.926 patients (15,88%) étaient traités par anti-infectieux au moment de l'enquête.

Le nombre de patients infectés varie selon le type d'établissement, de service et l'état et l'âge du patient. Il est ainsi plus élevé dans les CHU, les centres anti-cancéreux et en réanimation, chez les patients âgés, atteints de graves maladies, opérés ou intubés ou porteurs de sonde urinaire

Source France 2; information relayée par:

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires