Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 00:00

INVESTISSEMENTS FRANÇAIS

Un nouveau cap malgré le brouillard

 

 

 

Les entreprises françaises veulent renforcer leur présence en Algérie. Des investissements de l’ordre de 820 millions d’euros sont prévus sur la période 2007-2009, dans différents projets. Tous les secteurs sont concernés: la banque, la grande distribution, les assurances, l’automobile...

 

Ce chiffre ne concerne pas les hydrocarbures. Dans le secteur, Gaz de France compte investir un milliard de dollars pour développer le champ gazier de Touat dans le sud-ouest du pays. Les investissements hors hydrocarbures créeront 3.000 emplois. «Les investissements prévus d’ici à 2009 sont largement supérieurs à la période 1998-2005. Les années précédentes, il y a eu en moyenne 50 millions d’investissements français en Algérie. Un cap vient d’être franchi. Nos relations économiques sont très bonnes.

 

Hors OCDE, l’Algérie reste la deuxième destination des exportations françaises après la Chine», explique Pierre Mourlevat, chef de la mission économique de l’ambassade de France à Alger. La France reste en effet historiquement le premier fournisseur de notre pays avec une part de marché de 22%. En 2006, les exportations françaises vers l’Algérie devraient atteindre 4 milliards d’euros, un peu moins de quelques centaines de millions d’euros que le montant des exportations algériennes vers la France. Les chiffres définitifs ne sont pas encore disponibles.

 

Toutefois, la balance commerciale devrait être en faveur de l’Algérie qui a augmenté ses exportations de gaz et de pétrole vers l’Hexagone de 18%. Les exportations algériennes vers la France sont constituées à 95% d’hydrocarbures. «Je suis très optimiste sur le développement de l’investissement français en Algérie», affirme M. Mourlevat qui était mercredi et jeudi en visite de travail à Oran, dans le cadre des relations entre la CCIO (chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie) et la mission économique.

 

La capitale de l’Ouest attire de plus en plus d’hommes d’affaires français. Lors de son séjour à Oran, Pierre Mourlevat a rencontré et discuté avec des membres de la CCIO. Il a effectué une visite sur le site de la zone industrielle d’Arzew, le poumon économique de la région d’Oran. Les projets algériens dans la pétrochimie intéressent fortement les entreprises françaises. Sur sa visite à Oran, Pierre Mourlevat explique: «Je suis venu pour rencontrer les entreprises locales, les adhérents de la CCIO qui cherchent des partenariats avec des entreprises françaises. Il y a actuellement beaucoup de contacts, de projets bien engagés, notamment dans l’agroalimentaire et les biens d’équipements. Je suis également venu pour donner une bonne dynamique au guichet commercial que nous avons créé il y a une année à la CCIO». Le chef de la mission économique de l’ambassade de France à Alger est reparti sur Alger presque satisfait. Il a rencontré plusieurs entreprises locales intéressées par des partenariats avec les entreprises françaises. «L’ANDI fonctionne bien et le foncier est disponible en Oranie», ajoute M. Mourlevat. Le séjour oranais de ce responsable a été écourté à cause des perturbations sur les vols intérieurs en raison du brouillard. En effet, mercredi et jeudi, les vols entre Alger et Oran ont enregistré d’importants retards, ce qui n’est pas fait pour encourager les investisseurs étrangers.

Source: le Quotidien d'Oran; relayée par:

Le Pèlerin 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires