Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 00:32

Multimédias - Virgin et la Fnac font sauter les protections sur la musique 

La Fnac et Virgin vont vendre des milliers de morceaux MP3 sans DRM, ces "mesures techniques de protection". Ces titres d'artistes indépendants sont désormais lisibles sur un iPod. Le modèle fermé d'Apple est menacé.

 

Le modèle d'Apple dans la musique en ligne se fissure. Coup sur coup, VirginMega et Fnac Music ont annoncé qu'ils distribueront désormais une partie de leur catalogue sans protection. Soit 200.000 titres chez l'un, 150.000 chez l'autre, dont les albums d'Anaïs, de Prodigy, de Henri Salvador, de Miossec et de Morcheeba. Techniquement, tous ces morceaux ne seront plus verrouillées par des DRM, ces « mesures techniques de protection » imposées par les maisons de disques qui empêchent de leur lecture sur n'importe quel baladeur, leur gravure sur CD ou leur transfert entre PC un trop grand nombre de fois. De quoi profiter enfin librement de la musique achetée sur Internet.

A cette occasion, Virgin et la Fnac jouent à fond la carte du consommateur pour discréditer le modèle fermé d'Apple. Dans un communiqué, le premier confirme ainsi « son engagement en faveur de l'interopérabilité et ce afin de pouvoir proposer une offre légale de téléchargement à tous les consommateurs, quelle que soit la marque de leurs terminaux numériques ». Derrière ces considérations quasi philanthropiques, la réalité bien plus mercantile. Car en libérant certains de leurs morceaux, Virgin et la Fnac s'ouvrent surtout le marché de l'iPod, qui représente environ un baladeur sur deux vendu en France. Jusqu'alors, leurs chansons étaient verrouillées avec une technologie de Microsoft, incompatible avec le baladeur d'Apple.

Débarrassées de leurs protections, les chansons au format MP3 sont donc lisibles sur n'importe quel appareil, iPod en tête. A première vue, cela ressemble fort à une victoire pour Apple, qui a toujours refusé d'ouvrir son baladeur aux autres formats protégés et fait plier ses concurrents. Mais à plus long terme, l'américain ne fera pas forcément une si bonne affaire. En effet, son disquaire en ligne iTunes perd un argument de vente majeur : sa compatibilité exclusive avec l'iPod. Pourquoi aller acheter des morceaux protégés sur iTunes quand on peut les trouver sur la Fnac et VirginMega, parfois moins cher ? Cela, eMusic l'a compris il y a bien longtemps. Numéro deux de la musique en ligne aux Etats-Unis devant Napster ou Real, il propose justement l'ensemble de son catalogue en MP3 sans protection.

Reste que cette ouverture ne concerne encore que les productions indépendantes. Traumatisées par le piratage, les majors du disques ne semblent pas encore prêtes à renoncer aux mesures techniques de protections, qui assurent que les morceaux ne se retrouveront pas sur les réseaux de « peer-to-peer ». L'UFC Que Choisir, qui s'est félicité mardi du « changement de cap », a de nouveau demandé « à tous les producteurs de permettre l'exploitation en ligne de leur catalogue sans verrous ». Des premiers signes de retournement sont déjà apparus, comme lorsque le directeur marketing produits de EMI, Laurent Fiscal, a déclaré en octobre que « les DRM sont un frein énorme au développement du marché de la musique en ligne ». Ils pourraient devenir plus fréquents si les essais de la Fnac et de Virgin sont concluants, d'autant que la musique en ligne est encore loin de compenser la baisse de l'industrie du disques en France (voir notre encadré). Apple, qui a toujours indiqué que les DRM lui ont été imposées par les majors, n'aura alors plus d'excuse pour ne pas suivre le mouvement.

 

 

 

Source l’Expansion.com; information relayée par:

 

 

 

Le Pèlerin,

Partager cet article

Repost0

commentaires