Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 00:24

Ce que nous devons à la science arabe  

 

5ème épisode  

 

Le Vivant  

 

Les Arabes sont aussi de grands naturalistes. Leur intérêt porte sur le monde animal et végétal pour la connaissance en elle-même, mais aussi pour mieux se soigner.  

 

Zoologie et art vétérinaire  

 

Toutes les espèces disponibles passionnent. Les Arabes, comme nous l'avons déjà signalé, ont offert à la science une nouvelle méthode, l'expérimentation. A la recherche de preuves concrètes, ils ont cherché des réponses à leurs questions. Le monde animal n'y a pas échappé. Des dissections poussées ont été engagées sur différents animaux pour mieux connaître leur anatomie. Mais ces investigations sont en premier lieu menées pour mieux appréhender le corps humain. A travers l'animal, les mammifères, on apprend à connaître l'Homme. Alors que l'évolutionnisme est encore très loin, on voit que déjà les Arabes remarquent des organes similaires entre les animaux et l'Homme.  

 

Le monde végétal  

 

L'empire arabo-musulman est si vaste qu'il offre une biodiversité exceptionnelle. Le nombre d'espèces végétales est important et renforcé par le fort développement de l'agriculture qui favorise la diffusion des plantes. Utilisées pour leurs valeurs nutritionnelles ou leurs vertus médicinales elles sont souvent cultivées. Là encore, c'est la recherche de la santé des hommes qui motive le développement de la botanique car les remèdes sont essentiellement élaborés à partir des plantes.  

 

Regards naturalistes  

 

Conscients de l'importance de l'enregistrement et de la réservation des connaissances, les scientifiques arabes ont rédigés beaucoup de traités scientifiques ou dessiné des planches (anatomie etc.). C'est grâce à ces écrits que les Européens ont pu s'approprier la science arabe et développer la science moderne.

 

La médecine

 

 

L'âge d'or des sciences arabes correspond également au fort développement de la médecine. Encouragée par un souci d'hygiène et de santé permanent, la médecine a bénéficié d'une pharmacopée extraordinaire et des nombreux progrès chimiques réalisés en ces temps.

 

 

Les buts poursuivis

 

La médecine à l'époque des IXème –Xvème siècles a pour objectif d'apporter un maximum d'hygiène aux populations et de préserver la santé. La diététique est alors au centre des débats car on considère qu'une vie saine et équilibrée garantit la santé. Les hôpitaux sont de plus en plus nombreux et servent à la fois de lieu d'accueil et de formation. Les médecins arabes mettent de bons outils médicaux en place à travers la botanique et la chimie.

 

 

La médecine par les plantes

 

Comme nous l'avons déjà signalé, l'empire arabo-musulman est très vaste et couvre des territoires très différents. Il est donc bien naturel de trouver depuis l'Inde jusqu'à l'Espagne des plantes aux vertus médicinales complètes et variées. Les médecins arabes ne s'y trompent pas et utilisent cette biodiversité végétale incroyable. A chaque remède sa plante si l'on peut dire. De plus, l'agriculture se développant, ils vont mettre en culture des plantes médicinales afin d'en disposer de manière permanente. La connaissance des plantes va conduire jusqu'à l'établissement d'une réelle pharmacopée et des premiers médicaments.  

 

Les apports de la chimie  

Les progrès en alchimie comme elle est appelée à l'époque va optimiser la qualité des différents remèdes. Les produits à bases de plomb par exemple vont rapidement se répandre. La chimie permet l'invention de médicaments composés plus efficaces et pose les bases de la pharmacie chimique qui se développera plus tardivement.

 

 

L'expérimentation et la chirurgie  

La force des sciences arabes est sans contexte l'expérimentation. La recherche de preuves pour valider une hypothèse de travail est actuellement encore, une des caractéristiques de la science. Même en médecine l'expérimentation a été testée : en pratique on peut déjà l'appelée chirurgie. Les scientifiques arabes recherchent les clés du fonctionnement du corps humain pour mieux le soigner. Des dissections ont été menées, nous en avons pour preuves des écrits et des dessins.   

 

 

La pratique de la chirurgie  

 

Nous pensons que Léonard de Vinci compte parmi les premiers à s'être intéressé, de manière expérimentale, au corps humain et à ses secrets. Mais bien avant la Renaissance, les médecins arabes explorent déjà l'anatomie.

 

 

A suivre  

 

Source l’Internaute; information relayée par:  

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires