Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 00:00

Epidémie de grippe aviaire: les malades français ne seront pas rapatriés

 

Les touristes français contaminés par la grippe aviaire lors d'un voyage à l'étranger ne pourront faire l'objet d'un rapatriement sanitaire et devront être soignés localement pour éviter toute propagation de la maladie, selon les consignes officielles présentées lundi.

 

"Les voyageurs malades seront maintenus sur place", a souligné un responsable gouvernemental, lors d'un colloque technique organisé à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pour faire un nouveau point sur la préparation de la France à une possible pandémie grippale.

 

"Cela posera problème dans les pays où le système de santé est défaillant", a reconnu cet intervenant. Des masques et des traitements devraient donc être stockés dans les représentations diplomatiques françaises et chez les grands tour-opérateurs actifs dans la région, a-t-il précisé.

 

Ces consignes vaudraient à partir du moment où une transmission interhumaine du virus de la grippe aviaire serait avérée, ce qui n'est pas actuellement le cas: les décès constatés jusqu'ici en Asie et au Moyen-Orient s'expliquent par une contamination directe par des volailles d'élevage.

 

Ce colloque était le troisième du genre organisé par le Haut comité français pour la défense civile (HCFDC). Il était ouvert à la presse à condition de maintenir l'anonymat des divers intervenants.

 

Pour les voyageurs ne présentant pas de symptome, bloqués dans un pays où a éclaté la pandémie, il faudra organiser un rapatriement d'urgence... si les frontières restent ouvertes. Mais, dans l'intervalle, ces touristes devront être hébergés. "Un recensement des capacités d'hébergement sur place avec les grands tour-opérateurs est déjà largement engagé", a précisé ce responsable.

 

Les inquiétudes des responsables français se focalisent essentiellement sur l'Asie, où près de 100.000 Français se rendent chaque année. L'Indonésie a annoncé samedi la mort d'une 62e victime et la Corée du Sud, qui pensait avoir réussi à juguler l'épidémie, doit faire face à l'irruption de nouveaux foyers dans ses élevages de volailles.

 

En cas d'épidémie avérée, les 18 vols en provenance d'Asie du Sud-Est qui atterrissent chaque jour à l'aéroport de Roissy seront dirigés vers deux portes d'entrée où seront concentrés d'importants moyens. L'équipage sera interrogé sur la présence de passagers suspects et tous les voyageurs devront défiler devant une caméra infrarouge capable de repérer les personnes fiévreuses.

 

"Le ministère de la Santé a écrit un décret pour interdire l'accès de la frontière aux voyageurs qui refuseraient de se soumettre à un contrôle médical", a indiqué un autre responsable.

 

Les passagers suspects seront dirigés vers un espace protégé - dont l'accès sera interdit aux employés d'Aéroports de Paris - pour des examens complémentaires. Si des symptômes rappelant la grippe y étaient constatés, le passager sera placé dans une sorte de sarcophage étanche et transféré par ambulance spéciale vers les hôpitaux spécialisés de Bichat et de La Pitié.

 

Les trois rangs de passagers entourant le malade seraient alors alertés et pris en charge par les autorités sanitaires françaises.

 

 

 

Source: l’Internaute ; information relayée par :

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires