Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 00:30

Santé - Vaincre le ronflement… 

Si vous êtes randonneur comme moi, vous serez emmenés à dormir en collectivité.. Je ronfle…avec la fatigue, je ronfle encore plus.. la dernière fois j’ai acheté «Douce Nuit» 15 euros …cela m’a fait autant d’effet (excusez l’expression), que si je pissais dans un violon….

Je recommanderai à tous ceux qui sont dans mon cas, à savoir, ceux souffrent de voir souffrir les autres, à ceux qui font des efforts pour veiller afin de laisser les autres s’endormir en premier et les entendre dire le lendemain:«Je n’ai pas dormi de la nuit…»…de lire cet article en espérant qu’il leur sera bénéfique…..Il me faudra en parler à mon docteur….

Le ronflement (ou ronchopathie) constitue aussi un risque pour le patient s’il s’accompagne d’apnées du sommeil. De nouvelles techniques thérapeutiques, comme celles des radiofréquences ou du laser appliquées au niveau du voile du palais, permettent aujourd’hui de soigner la plupart des ronchopathies…Et de redonner l’espoir de nuits plus paisibles à ceux et celles qui en souffrent.

Des murs qui vibrent

"J’ai tout essayé : siffler, le secouer, j’ai même cousu une balle de golf dans le dos de son pyjama pour qu’il ne reste pas sur le dos en dormant", soupire Juliette. Rien n’y fait. Comme près de 13 % de la population adulte, et plus souvent encore chez les seniors, Gérard ronfle une bonne partie des nuits, parfois à en faire vibrer les murs.

Chaque nuit, Juliette espère s’endormir avant lui pour se donner une chance de trouver le sommeil. Et elle s’inquiète aussi de l’entendre souvent s’étouffer entre deux respirations, et mettre plusieurs dizaines de secondes à retrouver son souffle. Elle décide de prendre rendez-vous pour son mari avec un médecin spécialiste.

"Grâce aux avancées des techniques médicales comme le laser ou les radiofréquences, notre spécialité a fait des progrès considérables dans le traitement des ronchopathies (ronflements) ces dernières années", explique le Professeur Jean-Pierre Fontanel, chef de service d’oto-rhino-laryngologie, à Poitiers (Vienne).

Laser, aérosol, radiofréquence ou vaccin ?

La chirurgie au bistouri ou au laser, souvent douloureuse au réveil, enlève une partie du voile du palais. Elle a l’avantage, en principe, d’être définitive. Ses résultats sont satisfaisants dans 60 % des cas, avec une disparition ou une réduction du ronflement. Elle est indiquée en particulier chez les sujets minces et dont la luette est longue et épaissie.

Mais une nouvelle technique est utilisée aujourd’hui pour traiter les ronflements : les radiofréquences. Le voile du palais est bombardé d’ondes radio pour créer de petites lésions au niveau des tissus à l’aide d’une électrode. Ces lésions, en se cicatrisant, vont former une fibrose qui rigidifie le voile du palais dont la vibration est à l’origine du ronflement.

"Cette technique, utilisée aussi pour détruire les amygdales chez les enfants avec un risque de saignement post-opératoire quasi-nul, peut être réalisée en deux ou trois séances (sous anesthésie locale) pour traiter les ronflements", précise le Pr Fontanel. Une technique qui a l’intérêt d’être beaucoup moins douloureuse et délétère que celle du bistouri ou du laser.

Enfin, une nouvelle technique est expérimentée aussi. Elle consiste à injecter une substance sclérosante au niveau du voile du palais. Cette substance va, elle aussi, rigidifier ce voile et réduire, voire faire disparaître, le ronflement. Mais, au bout d’un an, le voile du palais retrouve parfois sa souplesse et les ronflements réapparaissent. Il est possible alors de recourir au même traitement comme pour un vaccin de rappel.

Étonnant et tout récemment disponible sur le marché : Silence, "une nouvelle génération d'anti-ronflement" à la Reine des prés et à base de tensioactifs. Il s'agit d'un aérosol qui diffuse une mousse muco-adhésive lubrifiante, aux vertus tonifiante et reconstructrice. Et pour le plus grand bonheurs des ronchons : le produit est garanti "satisfait ou remboursé". 

Conseils au quotidien 

Mais, avant d’utiliser ces techniques locales toujours un peu invasives, l’amélioration des problèmes de ronflement passe par quelques conseils simples : maigrir pour les sujets en surcharge pondérale, arrêter le tabac, les boissons alcoolisées, les tranquillisants et les somnifères qui favorisent le ronflement.

Dormir sur le côté peut réduire aussi l’affaissement du voile du palais, et il faut maintenir dans la chambre une température autour de 19° ainsi qu’une bonne hygrométrie. Il existe aussi des bandelettes nasales, appelées Breathe Rights, disponibles dans les pharmacies. Elles sont efficaces contre les petits ronflements en réduisant la résistance de l’air inspiré. Il existe également des solutions liquides, type SnoreEnz, qui lubrifient le fond de la gorge.

En présence d’apnées du sommeil, la pose d’un masque pour une ventilation en pression positive durant le sommeil met fin en principe aux ronflements. Mais elle permet surtout de réduire les risques cardio-vasculaires liés aux apnées trop nombreuses durant les nuits. Cette prothèse est souvent mal supportée et pas toujours efficace, et une intervention chirurgicale sera parfois envisagée.

Source Seniorplanet; information relayée par:

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires