Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 07:08

Les secrets de l’infidélité féminine

 

desir.jpg

 

Darwin affirmait au XIXe siècle que les femmes étaient naturellement réservées et monogames, les hommes avides et polygames. Les espèces n’auraient-elles pas évolué depuis ? Enquête au pays de l’infidélité.   

Liberté, égalité, infidélité…
Si l’infidélité a toujours existé, ce qui est nouveau, c’est qu’on en parle aujourd’hui à visage découvert. Oublié, le scandale provoqué au XIXe par les frasques d’une Madame Bovary. La société a évolué : l’affaiblissement des références morales et religieuses, la philosophie du bonheur individuel, la recherche du plaisir immédiat, l’allongement de la durée de vie - et donc de la vie de couple -, étayés par l’accès des femmes à la contraception et à l’autonomie financière, tout cela les a libérées du corset des préjugés ancestraux. Sur le plan de l’infidélité aussi, elles prônent l’égalité des sexes.
Si l’on en croit certaines statistiques, l’infidélité serait également partagée chez les hommes et chez les femmes. Aux États-Unis, 70 % des femmes ayant plus de cinq ans de mariage déclarent avoir été infidèles au moins une fois. Et 72 % des hommes (1). Match nul !
Qu’est-ce qui fait donc courir les femmes dans des bras étrangers ? C’est la question que s’est posée Patricia Delahaie, sociologue et philosophe de formation, journaliste et écrivaine par passion. Elle a interrogé une quarantaine de femmes mariées, entre vingt-cinq et soixante-six ans, vivant toutes en couple depuis au moins cinq ans et pour la plupart mères de famille. À partir de ces témoignages, elle a écrit un livre révélateur, le premier consacré à l’infidélité féminine (2). 
  

 Un grain de fantaisie  

 "La fidélité est plus répandue que le contraire", nous rassure Patricia Delahaie. Oui, mais il arrive parfois que ces femmes au-dessus de tout soupçon, qui aiment leur mari et n’imaginent pas pouvoir le tromper, s’offrent une petite aventure. Alors, qu’est-ce qui les fait craquer ? Comment une vierge sage se transforme-t-elle en vierge folle ?
Les raisons sont multiples, explique l’auteur. "Il y a la rencontre lumineuse, le Prince charmant fait homme. Les affaires de vengeance : un mari trompeur devient parfois, souvent (?), un mari trompé. Intervient aussi le plaisir de la transgression. Avoir un amant, c’est faire les quatre cent coups, retomber en adolescence, pouffer de rire en se repoudrant le nez, sortir de ses rôles si sérieux d’épouse, de mère trop responsable et trop respectée. Ah ! Redevenir une femme jeune, vivante, rigolote… et sexy dans les bras d’un amant copain qui fait rire, enfin ! Restent les fragiles qui redoutent, pour les avoir connues de près, la séparation, la fin, la mort, l’abandon. Elles noient leurs peurs, leur déprime dans un surcroît de vie, de désir, de plaisir. Un mot encore de cette catégorie à part, les libertines. Elles n’ont jamais renoncé à goûter une autre odeur, une autre peau, une autre manière de penser et de faire l’amour…" Voilà bien des motifs pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. 
 
 

Un jeu ou un enjeu ?     

Les femmes vivent-elles l’infidélité comme les hommes ? Physiquement, elles semblent plus résistantes… D’après une étude réalisée en Allemagne, sur soixante personnes âgées de cinquante-six à cinquante-neuf ans mortes d’un arrêt cardiaque pendant leurs ébats, la moitié n’était pas en compagnie de leur légitime. Et parmi ces victimes de l’adultère, il n’y avait que quatre femmes.
Psychologiquement en revanche, si l’on en croit Patricia Delahaie, les femmes sont plus fragiles car elles s’impliquent davantage dans une aventure extra-conjugale. "L’infidélité les amène à s’interroger sur le sens du bonheur, de leur couple, de leur vie. Elles sont tentées de tout remettre en cause, aussi hésitent-elles parfois à se lancer dans une aventure qui risque de les entraîner trop loin. La plupart des hommes voient davantage le plaisir immédiat et sexuel et sont parfois capables de mener de front une épouse et une maîtresse sans état d’âme. Les femmes sont plus sujettes à la culpabilité." Une culpabilité qui s’exerce vis-à-vis de leur famille, enfants et parents, et du "qu’en dira-t-on", l’infidélité étant encore aujourd’hui jugée plus choquante chez les femmes que chez les hommes.
Alors qu’en France, l’adultère n’est plus un délit depuis 1975 et que, dans la nouvelle législation, il n’est même plus une faute ouvrant à réparation, il reste aujourd’hui la première cause de divorce. 
 
   

Les secrets de l’infidélité féminine     

Attention, danger !   

Faut-il avouer à l’autre son infidélité ? Selon certaines enquêtes, les hommes seraient plus éprouvés en apprenant une liaison extra-conjugale de leur épouse qu’une relation amoureuse platonique. Pour les femmes, c’est le contraire. Privilégierait-on le sexe d’un côté, la tendresse de l’autre ? Tant il est vrai que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus…
La révélation de l’infidélité de l’autre, devenue réelle et précise, risque de provoquer des ravages et des souffrances inutiles. Elle peut laisser une marque indélébile qui empoisonnera la vie du couple. Aussi, vaut-il souvent mieux écouter le sage conseil de nos grands-mères : "N’avoue jamais !"
Après, quand on se penche sur son passé, que reste-t-il de nos amours parallèles ? Parfois, la parenthèse est refermée aussi légèrement qu’elle fut ouverte sur une histoire d’un jour. D’autres fois, avouée et non pardonnée, l’incartade crée des dégâts irréparables dans le couple. Une rencontre peut aussi déclencher un changement de vie pour un nouvel amour-toujours. Si on sait comment une aventure commence, on ne sait jamais comment elle se terminera. On prend toujours un risque. Ça casse ou ça passe. Ça sépare ou ça répare. Mais, par les émotions et les interrogations qu’elle provoque, les souvenirs de plaisir ou de souffrance, l’infidélité n’est jamais un épisode anodin dans la vie d’une femme. 
 
 

Source: Seniorplanet: 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article

commentaires