Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 00:28

Tipasa
Un pôle universitaire et de développement tous azimuts

 

Ce qui était un rêve est devenu une réalité, en effet la wilaya de Tipasa vient de bénéficier d’un pôle universitaire  de grande envergure  auxquels seront greffés  plusieurs projets à caractère économique, social, sportif, etc.

 


La venue de MM. Rachid Harraoubia et Nadir Hemimide respectivement ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ministre de l’Habitat  à Tipasa intervient dans le cadre du lancement de ce gigantesque projet et qui permettra à cours terme non seulement de rapprocher les nombreux étudiants de la wilaya qui fréquentent les universités de Blida, Alger et Boumerdès mais aussi d’atténuer la pression sur ces centres universitaires.
Accompagne du M. Mohamed Ouchène, les deux ministres ont rendu visite au premier pôle situé au douar Oued Merzoug qui surplombe le chef-lieu de wilaya  sur une assiette de 210 ha dont 45 ha sont réservés au centre universitaire qui comprend ; un institut de droit de sciences sociales et politiques, un institut des sciences économiques et des sciences commerciales, et un institut d’archéologie. La capacité pédagogique de ce pôle est de 4 000 étudiants et pourrait à moyen cours recevoir jusqu’à 8 000 universitaires.
A proximité de ce centre universitaire vont s’ériger d’autres structures essentielles dont notamment, une école supérieure de tourisme,un hôpital de 120 lits,une école paramédicale, un centre médico-pédagogique, un centre de sauvegarde de la jeunesse, une nouvelle gare routière,une auberge de jeunes, des hôtels et une station météorologique.
Quant au pôle d’équipement culturel, il sera réalisé de salles de spectacles (cinéma théâtre) ainsi que la programmation d’habitations collectives.
Toujours au chef-lieu de wilaya, d’autres programmes vont bientôt intervenir pour soulager un tant soit peu les habitants des douars situés sur les principales routes et où il sera crée des motels, hôtels, un centre hippique un caravaning, et terrains de tennis et de volley.
Par la suite, la délégation ministérielle s’est rendue dans la daïra de Koléa pour visiter le second pôle universitaire qui comprend : une école supérieure de commerce avec 3 000 places pédagogiques et une résidence universitaire de 1 500 lits, un institut national de commerce de 3 000 places et une cité universitaire de 1 500 lits, un institut national de planification et des statistiques de 3 000 places et une cité universitaire de 1 500 lits, une école supérieure de management de 3 000 places et 1 000 lits.
Ce pôle lui aussi va bénéficier d’un programme d’accompagnement qui est concrétisé par la réalisation de deux lycées, un hôtel, un théâtre, une polyclinique, une bibliothèque, un centre pédagogique, une mosquée. Le coût global de ces projets avoisine les 5,25 milliards de dinars.
Dans une déclaration, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a souligné la volonté du wali en la personne de M. Mohamed Ouchène qui a insisté à plusieurs reprises à ce que la wilaya de Tipasa puisse bénéficié  d’un pôle universitaire au même titre que les autres wilayas.
Tipasa qui se trouve à proximité de la nouvelle ville de Sidi Abdellah et d’Alger  mérite à bien des égards la réalisation de tels projets qui vont résorber un tant soit peu le problème du chômage, mais également Tipasa est un carrefour incontournable dont le renom n’est plus à démontrer.
Il reste cependant la daïra de Cherchell qui selon M. Rachid Harraoubia aura son pôle universitaire après son intégration dans le cadre du redéploiement de la carte universitaire.
 

 

Source La Nouvelle République; information relayé par:

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires