Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 00:14

Economie - Séminaire à Paris sur

«L’Algérie, nouvelle destination pour l’investissement français»

 

L’agence officielle pour le développement international des entreprises françaises (Ubifrance) organise aujourd’hui un séminaire sur le thème "L’Algérie, nouvelle destination pour l’investissement français".
Selon Ubifrance, affiliée au ministère français de l’Economie et des finances, ce séminaire est destiné à "encourager les investisseurs français à choisir dès aujourd'hui cette nouvelle destination, aux opportunités plurisectorielles et à long terme".
"Comment concrétiser des engagements sur le long terme ?’’, ‘‘Présentation du cadre macroéconomique et des investissements français en Algérie, éléments de comparaison’’, sont entre autres autant de thèmes retenus pour ce séminaire qui verra la participation, aux côtés d’industriels français, des représentants de l’Agence nationale pour le développement de l’investissement (Alger) et de l’Institut de développement des ressources humaines (Oran) qui expliqueront ‘‘ Pourquoi faut-il investir en Algérie ?’’ et ‘‘ Le financement de l’investissement’’.
Les banques Société Générale Algérie, BNP Paribas Algérie, la Chambre de Commercefrançaise en Algérie (CFCIA), de nombreuses sociétés algériennes dont la SNVI (véhicules industriels) et autres opérateurs dans différents secteurs tels que l’agroalimentaire, la pharmacie, l'hôtellerie-tourisme, animeront ce séminaire qui traitera aussi du ‘‘programme de privatisation et les transferts de technologie’’, ‘‘ des besoins et opportunités sectorielles ou comment sortir de la dépendance vis-à-vis du secteur des hydrocarbures ?’’, ou encore ‘‘Comment être présent en Algérie : entre stratégie et réalité’’.
Ce troisième trimestre 2006 a connu une multiplication de séminaires ciblant le marché algérien, notamment celui organisé par l’assureur crédit français à l’exportation COFACE et portant sur les modalités d’implantation des entreprises françaises en Algérie, ou encore les différents forums de la chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP) dont le tout dernier a traité de ‘‘Algérie : analyse d’un marché en pleine mutation’’. 
C’est au cours de l’un des séminaires de la CCIP, qui a relevé que "l’Algérie présente le plus important potentiel de croissance en matière de développement économique du Maghreb et constitue, depuis plusieurs années, un marché très porteur pour les entreprises étrangères",que de nombreux opérateurs français, dont Medef International (patronat), ont lancé "un appel pressant à y aller sans tarder".
Durant ce même séminaire, COFACE avait souligné "le risque satisfaisant du marché algérien" reclassé depuis une année en A4 selon une notation à 7 niveaux.
"Nous avons reçus 500 nouvelles demandes d’assurances pour le marché algérien", avait-il indiqué, soulignant l’attractivité de l’Algérie "placée en tête à échelle africaine, en matière de couverture, avant le Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud.
Le prochain colloque international risque-pays de la COFACE est programmé pour le 23 janvier à Paris. C’est durant ce colloque que COFACE pourrait annoncer une nouvelle réévaluation du risque-pays de l’Algérie, selon différents avis recueillis lors de ces forums. 
En plus de la bonne orientation de l’économie algérienne, COFACE a estimé qu’"à plus long terme, une politique systématique d’épargne, avec la mise en réserve du surplus des recettes pétrolières de l’Etat doit permettre une croissance stable et la poursuite d’investissements publics en cas de baisse des cours
pétroliers". COFACE a également noté que l’Algérie "a entrepris des réformes et dispose pour ce faire de bonnes marges de manœuvre grâce à une meilleure stabilité politique".
Cet angle du débat s’est ouvert du fait de "la faiblesse des Investissements directs étrangers (IDE)" français qui a fait alors l’objet de constats récurrents au cours de ces forums, amenant notamment M. Michel de Caffarelli, président de la chambre française de commerce et d’industrie en Algérie (CFCIA), à lancer un appel aux investisseurs français pour y aller "investir maintenant". "Il faut occuper le terrain", a-t-il martelé, évoquant la concurrence internationale "extrêmement aiguisée sur le marché algérien".
"Pour mieux connaître les opportunités qu’offre ce pays ami, il faut se déplacer", a-t-il poursuivi, soulignant que "l’hospitalité est la grande qualité de l’Algérie et de son peuple".

 

"L’Algérie vous accueillera très bien", a-t-il dit aux entrepreneurs français, ajoutant que le meilleur moyen de réussir le placement des capitaux est "de ne pas y aller avec un esprit de terrain conquis", de "respecter les spécificités socioculturelles du peuple algérien" et de "tenir les promesses faites" en matière d’investissements et de création d’emplois

 

 

 

Source Horizon-dz

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires