Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 00:24

Algérie - La carte bancaire en rodage

 

 

 

La monétique arrive ! A Alger, la carte interbancaire de paiement et de retrait, les distributeurs automatiques de billets (DAB) et les terminaux de paiement électronique (TPE) dans les commerces commencent à se populariser.

Après la capitale, ce sera au tour d’Oran et d’autres grandes villes du pays. « C’est une question de mois », assure au « Quotidien d’Oran » le PDG de la Satim (Société d’automatisation et des transactions interbancaires et des monétiques), Hadj Alouane.

Chargée de développer la carte interbancaire domestique, la Satim veut accélérer la mise en place de la monétique dans notre pays. Une bonne partie du chemin devra être parcourue cette année qui semble cruciale pour la modernisation des moyens de paiement en Algérie. « Il y a actuellement 600 DAB à travers le pays. Il y en aura 1.000 à la fin de l’année », affirme Hadj Alouane. Les DAB installés dans plusieurs agences bancaires du pays sont souvent hors service. Les raisons sont nombreuses: manque d’argent, défaut d’entretien... « La Satim n’est pas responsable des pannes sur le DAB.

C’est la banque qui doit en assurer l’entretien, l’alimenter en billets. La Satim doit seulement assurer son fonctionnement lorsqu’il est en bon état », ajoute le PDG de la Satim.

A la fin de l’année, les distributeurs automatiques de billets de Satim devront accepter aussi des cartes Visa et Mastercard. Il y a quelques jours, BNP Paribas a mis en service à Alger le premier DAB Visa. « Notre objectif est de développer la carte de paiement et/ou de retrait domestique. Dans les pays développés, le plus grand nombre de retraits, plus de 95%, se fait par la carte domestique. En Algérie, les retraits se feront à 99% avec la carte domestique. Les cartes Visa et Mastercard ne fonctionnent pas sur nos DAB parce que ces derniers ne sont pas connectés aux réseaux de ces deux groupes. Nous allons le faire d’ici la fin de l’année. Il y a des règles de certification de Visa et Mastercard. Le traitement du dossier d’adhésion aux réseaux de ces deux groupes prend en général 10 à 12 mois », explique Hadj Alouane.

L’objectif principal de la Satim demeure donc la carte interbancaire domestique, valable dans les DAB du pays. Pour chaque retrait, l’utilisateur paiera une commission fixe de 15 dinars, quel que soit le montant retiré.

Les détenteurs de cartes de retrait ne sont pas libres de retirer les sommes qu’ils souhaitent ou de vider leurs comptes à partir d’un DAB. Des plafonds de retrait existent dans tous les pays. L’Algérie compte actuellement 350.000 détenteurs de cartes de retrait et 70.000 cartes de paiement et de retrait.

Ces dernières ont été délivrées uniquement à Alger. Selon les prévisions de la Satim, le nombre de cartes bancaires devra augmenter rapidement dans les prochaines années pour atteindre 2,5 millions d’unités fin 2008. Le nombre de DAB passera à 1.500. En 2010, le nombre de porteurs de cartes bancaires devrait atteindre 8 millions, celui des DAB 3.000 et le pays comptera plus de 40.000 terminaux de paiement électronique (TPE).

La généralisation de la monétique va réduire l’utilisation du cash dans les transactions commerciales. Le recul du cash va réduire le poids de l’économie informelle dans notre pays. L’arrivée de nouveaux services bancaires et le développement de la banque de services va contribuer à la généralisation des moyens de paiement modernes. Le développement de la monétique permettra aux détenteurs de comptes bancaires de retirer de l’argent partout en Algérie. Les gens ne seront plus obligés de voyager avec des liasses de billets pour payer l’avion, l’hôtel, le taxi, le restaurant, faire des courses dans les magasins...

 

Source le Quotidien d’Oran

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires