Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 00:29

Airbus orchestre une opération séduction pour son A380 dans un climat tendu

 

 

 

PARIS (AFP) - Airbus  va pour la première fois mercredi convier la presse à bord de l'A380, une opération séduction destinée à vanter les mérites de son avion géant, dont les retards de production ont plombé l'avionneur en 2006 et vont entraîner une douloureuse restructuration.

 

Quelque 200 journalistes sont invités le 7 février à voler à bord du plus gros avion de ligne de l'histoire de l'aviation, qui a reçu mi-décembre son certificat de navigabilité auprès des autorités européennes et américaines.

 

L'appareil à double pont, équipé de moteurs Rolls Royce, décollera de Toulouse-Blagnac, siège du constructeur aéronautique, pour un vol d'environ deux heures avant de regagner la capitale de la région Midi-Pyrénées.

 

Jusqu'ici, seuls les pilotes d'essai et des compagnies clientes, certains salariés d'Airbus, les officiels chargés de la certification ainsi qu'une délégation ministérielle des principaux pays associés à l'avionneur avaient eu l'occasion d'attacher leur ceinture à bord de l'A380.

 

Huit mois avant la livraison du premier exemplaire de l'avion géant à Singapore Airlines, Airbus entend démontrer à la presse les qualités en vol de son appareil vedette, en termes d'espace, de confort et de silence, et redonner ainsi un peu de lustre à son image, ternie par les retards de l'A380.

 

Le carnet de commandes du super-jumbo, destiné à briser le monopole du Boeing 747, s'élève à 166 commandes fermes auprès de 15 compagnies clientes.

 

Mais l'industrialisation du paquebot des airs de l'avionneur européen a buté sur de lourds problèmes de production, en particulier au niveau des câblages électriques.

 

Ces difficultés ont forcé Airbus à repousser la mise en service commerciale de l'appareil du printemps 2006 à octobre 2007 et à décaler de deux ans son calendrier de livraisons, provoquant l'ire des compagnies clientes et plongeant le constructeur dans une tourmente sans précédent.

 

Airbus, qui s'attend à essuyer une perte en 2006, affirme que cette sombre page est en passe d'être tournée. Le PDG du groupe, Louis Gallois, a assuré mi-janvier que les problèmes de câblage du premier exemplaire livrable de l'A380 avaient été réglés.

 

Mais l'addition de ces déboires pourrait être salée au niveau social.

 

Il est désormais question de restructurer l'avionneur en profondeur par le biais d'un plan de redressement, appelé "Power 8", prévoyant des suppressions d'effectifs et une réorganisation industrielle, qui feront économiser deux milliards d'euros par an à partir de 2010.

 

Ce projet, qui devrait être dévoilé par la direction le 20 février, provoque de fortes inquiétudes en interne, et risque de raviver les tensions nationales au sein d'Airbus.

 

Les personnels d'Airbus France ont "largement suivi", mardi, l'appel à une heure de débrayage lancé la veille par les syndicats français pour dire leurs craintes à l'approche de ce plan de restructuration.

 

Les salariés allemands, qui craignent de payer le plus lourd tribut aux restructurations, s'étaient déjà mobilisés en masse vendredi pour défendre leurs emplois.

 

Dans la foulée, le ministre de l'Economie Michael Glos avait déclaré dans la presse dimanche que l'Allemagne pourrait "revoir ses contrats de défense" avec EADS, maison-mère d'Airbus, si le plan de restructuration de l'avionneur pénalisait le pays plus que les autres.

 

Berlin a légèrement rectifié le tir lundi. "Les propos du ministre de l'Economie ont été un peu interprétés exagérément", a tempéré un porte-parole du gouvernement allemand. "Nous exprimons clairement nos intérêts mais nous ne menaçons pas", a-t-il conclu.

 

Selon le magazine Spiegel paru lundi, la chancelière allemande Angela Merkel a la ferme intention de rencontrer M. Gallois avant

 

 

 

Source YahooFinance

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires