Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 00:05

Santé- Dix clichés sur la Sexualité

 

 

 

 

Les clichés ont la vie dure. Surtout quand ils concernent la sexualité. Voici disséquées, sous le regard critique de la science, dix clichés autour de la sexualité. Pour conjurer des peurs imaginaires et lever aussi les freins qui peuplent l’univers érotique de beaucoup d’entre nous.

 

 

 

1 Les hommes ont un désir sexuel plus fort que les femmes.

 

Le désir sexuel est lié pour partie à une hormone mâle : la testostérone. Son niveau est plus élevé chez l’homme que chez la femme et pourrait expliquer un désir sexuel plus fort chez les hommes que chez les femmes. Pourtant, le désir sexuel n’est pas qu’une question d’hormones. En effet, le stress, la fatigue, l’alcool, le tabagisme et le surpoids réduisent la libido des hommes. Et, aujourd’hui, les femmes sont de plus en plus nombreuses à briser les tabous qui ont longtemps bridé leur sexualité. Si bien que certaines sont beaucoup plus actives dans leur sexualité que les hommes.

 

 

 

2. L’orgasme féminin peut aider les femmes à tomber enceintes.

 

L’idée sous-jacente à ce cliché est que l’orgasme qui s’accompagne de spasmes vaginaux va faciliter la progression des spermatozoïdes vers l’utérus. Mais la progression des spermatozoïdes dans le tractus génital de la femme n’est pas liée aux spasmes vaginaux car ils doivent traverser tout seuls le col de l’utérus et ne peuvent féconder l’ovule qu’après l’avoir franchi. La capacité d’un spermatozoïde à féconder un ovule est liée à sa mobilité et sa vigueur jusqu’au contact avec l’ovule.

 

 

 

3. Les préservatifs protègent contre toutes les IST.

 

S’ils sont correctement utilisés, les préservatifs offrent une protection optimale contre certaines infections sexuellement transmissibles (IST ou MST) comme le Sida, les infections à Chlamydiæ ou à Gonocoques. En revanche, du fait de leur mode de contamination à travers les muqueuses mais aussi la peau, la syphilis, l’herpès et les verrues génitales peuvent être contractés malgré l’usage du préservatif.

 

 

 

4. Le point G n’existe pas chez toutes les femmes.

 

En fait, le point G existe chez toutes les femmes. Mais sa stimulation ne provoque pas systématiquement un ou des orgasmes mais, chez certaines femmes, simplement l’envie d’uriner. C’est donc à chacune d’explorer avec son partenaire, sans se mettre la pression, comment parvenir à l’orgasme avec ou sans la stimulation du point G.

 

 

 

5 S’il se retire, je ne risque pas d’être enceinte.

 

Les chances de tomber enceinte sont réduites si le partenaire se retire avant l’éjaculation (coïtus interruptus) mais elles ne sont pas nulles. C’est un cliché qui est à l’origine de nombreuses grossesses non désirées. En effet, quelques gouttes de spermes peuvent être émises avant l’éjaculation pouvant être à l’origine d’une fécondation de l’ovule.

 

 

6. On ne peut pas attraper d’IST avec le sexe oral.

 

C’est plus rare d’attraper une infection sexuellement transmissible (IST ou MST) avec la pratique du sexe oral (fellation ou cunnilingus) mais le risque n’est pas nul. En effet, en présence de lésions buccales au niveau des gencives, par exemple, il existe un risque de contamination par un germe ou un virus présent dans les sécrétions vaginales ou dans le sperme. Ainsi, il est possible d’attraper le sida en pratiquant une fellation ou un cunnilingus à un partenaire séropositif.

 

 

 

7. Les femmes n’ont plus de sexualité après la ménopause.

 

C’est vrai pour celles que la sexualité n’a jamais vraiment intéressées pour des raisons culturelles, religieuses ou personnelles. Mais, aujourd’hui, de nombreuses femmes goûtent à une sexualité plus épanouie après la ménopause car elles sont libérées du risque de grossesse ou du stress de l’éducation des enfants. Les désagréments de la ménopause, comme la sécheresse des muqueuses vaginales, peuvent être surmontés par des traitements locaux sous la forme d’ovules.

 

 

 

8. On ne peut pas tomber enceinte pendant les règles.

 

En théorie, l’ovulation survient autour du quatorzième jour avant les règles suivantes si les cycles sont réguliers. La période de fécondité se situe donc autour de cette date. Mais si l’ovulation est plus précoce ou plus tardive, il est possible de tomber enceinte pendant les règles, en particulier si les cycles deviennent irréguliers. Enfin, un petit saignement survient parfois au moment de l’ovulation chez certaines femmes ce qui peut prêter à confusion avec les règles et accroître les risques de tomber enceinte.

 

 

9. La sexualité est dangereuse pour les personnes cardiaques.

 

Dans les semaines qui suivent un infarctus, tout effort important est interdit, en particulier celui d’un rapport sexuel. Mais à distance de l’accident cardiaque, la reprise d’une sexualité est possible sans risque d’arrêt cardiaque. La seule réserve est de se faire suivre régulièrement par son cardiologue et d’arrêter tout de suite le rapport sexuel si survient une douleur dans la poitrine.

 

 

 

10. La sexualité durant la grossesse peut blesser le bébé.

 

La grande majorité des femmes enceintes peuvent continuer, sans risque pour le bébé, à avoir une sexualité avec leur conjoint. Le sexe de l’homme ne peut pas blesser le bébé et l’orgasme pour la femme ne va pas provoquer une fausse couche. Il faut cependant rester prudent en fin de grossesse ou si le col est ouvert et préférer des positions qui ne créent pas d’hyperpression sur le ventre.

Pour en savoir plus
> Les cinq ennemis du désir > La dame du Kama-Sutra
> Conjuguer âge et sexualité > Les "seniors lovers"

 

 

 

Source Medisite.fr

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires