Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 00:14

Pour la fondation de l’Algérie de demain - Plaidoyer pour un dialogue pluriel

J’ai un grand nombre d’amis qui militent au RCD à Cherchell; aussi je publie ce petit article d’El Watan, relatif à leur congrès qui vient d’avoir lieu à Alger

Dialogue, pluralité et capitalisation des ressources humaines. Ce sont les trois piliers sur lesquels repose le projet du RCD en vue de l’édification de « l’Algérie de demain ». 

C’est du moins ce qu’a esquissé Saïd Sadi dans son allocution à l’ouverture des travaux du troisième congrès de son parti, tenu le week-end dernier à Alger. « Ensemble pour l’Algérie de demain » est, selon lui, loin d’être un slogan creux, mais il est une nouvelle démarche favorable à la construction du pays dans la sérénité. Ce défi est, a souligné l’orateur, réalisable si on respecte un certain nombre de préalables, en premier lieu, la pluralité. « Dans l’Algérie d’aujourd’hui, le défi qui s’impose à chacun d’entre nous est, à la fois, simple et vital. En politique, la différence est nécessaire et légitime. » La pluralité a la vocation d’explorer au mieux les possibilités des solutions qui s’offrent à un pays en vue de parvenir au consensus et non à mener au déchirement ou à l’exclusion », a-t-il lancé devant une assistance composée de militants du RCD, d’anciens chefs de l’exécutif, de représentants des ONG des droits de l’homme, de représentants de partis, à leur tête Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN et chef du gouvernement actuel. La priorité, a-t-il plaidé, est de favoriser. « C’est sur cette démarche qui transcende la douleur pour installer l’apaisement que nous entendons débattre ici et nous souhaitons être entendus. Celles et ceux qui vivent avec notre peuple savent que nos compatriotes recherchent désormais une issue consensuelle à une histoire tourmentée », a estimé Saïd Sadi. Le RCD, a-t-il enchaîné, a œuvré durant ces cinq dernières années « même si c’est dans une situation de quasi clandestinité » à créer les conditions pouvant mener à la solution. Cependant, la réalisation de cet objectif suppose, pour le leader du RCD, la mise en place de certaines garanties. La transparence des élections et le respect de la volonté populaire.  

 

Vers une participation aux législatives!  

Selon Saïd Sadi, il faut bannir le bourrage des urnes qui est la source de tous les problèmes et de tous les scandales financiers qui ont éclaté ces derniers mois. «S’il n’y a pas un véritable sursaut. S’il n’y a pas lucidité et responsabilité, le dérapage risque de nous mener vers des situations difficilement gérables. Les fraudes électorales sont le coffre-fort de la corruption. A chaque fois que l’on bourre une urne on crée les conditions de vider une caisse. Il faut que la pratique qui a prévalu soit dépassée», a-t-il martelé. 

 

Le président du RCD n’écarte pas, dans ce sens, la participation du parti aux échéances électorales prochaines. «A priori, il faudra bien participer aux prochaines échéances, mais il faut que ce ne soit pas un rituel. 

 

Nous savons ce qu’a coûté au pays. Nous avons manifesté une volonté et une disponibilité qui ouvrent une nouvelle voie politique au pays», a-t-il déclaré à la presse en marge des travaux du congrès. 

 

Faisant un réquisitoire de la politique économique et sociale adoptée par le gouvernement, la structure de l’Etat, les systèmes de l’éducation et de l’enseignement, le patron du RCD a plaidé pour une refondation de la politique générale du pays en prenant en considération l’opposition démocratique. «Cette mise en perspective de l’Algérie des bâtisseurs passe par une étape où chaque courant politique doit assumer ses positions. On aura alors une meilleure visibilité et on découvrira que les Algériens ont beaucoup de choses à partager», a-t-il précisé. Saïd Sadi a remis également en avant l’idée chère à son parti, en l’occurrence la régionalisation. «La question du modèle de l’Etat doit être réfléchie en référence à la sociologie et à la culture de notre société. L’Etat unitaire régionalisé s’impose si l’on veut réduire les méfaits conjugués du régionalisme et de l’opacité», a-t-il suggéré.  

 

Source El Watan 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires