Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 00:02

Smaïl Benamara. ambassadeur d’Algérie au Canada

 

«Quittez le Québec, allez ailleurs !»

 

 

 

A l’occasion de sa visite, samedi 3 février, au siège du Centre culturel algérien (CCA) à Montréal, une association communautaire tenue par des Algériens, Smaïl Benamara, l’ambassadeur d’Algérie au Canada, a reproché à la communauté de ne pas s’intéresser à l’anglais et de rester cantonnée dans la province du Québec, particulièrement à Montréal.

 

 

 

« Apprenez l’anglais et testez la mobilité », a-t-il martelé. Cette visite intervient aussi quelques jours après que la province francophone se soit réveillée en se découvrant « raciste » à près de 59% de sa population (7,6 millions en 2006) à la faveur d’un sondage des plus biaisés et après une campagne médiatique des plus acharnées où il ne faisait pas bon d’être étranger, particulièrement arabe ou musulman.

 

Le conseil municipal d’une petite bourgade de 1300 habitants, Hérouxville, dans la région de la Mauricie, a édicté un code de vie pour les immigrants qui, chose peu probable, s’installeraient dans son village.

 

Entre autres normes, ce code interdit « l’aménagement de locaux de prière… de tuer les femmes par lapidation sur la place publique ou en les faisant brûler vives ». Il affirme, en outre, qu’il est impératif de « se montrer à visage découvert en tout temps dans les lieux publics. La seule exemption possible à cette règle se produit à l’Halloween ». Un des conseillers municipaux de ce village, André Drouin, a même été invité à l’émission dominicale de la télévision de Radio Canada, « Tout le monde en parle » (une copie de la défunte émission de France 2). Il a demandé au Premier ministre du Québec de décréter l’« état d’urgence » pour protéger la culture québécoise.

 

Le diplomate algérien s’est toutefois défendu de vouloir vider la province du Québec de ses immigrants algériens qui ont été classés les premiers en apport de nouveaux arrivants aux 6 premiers mois de 2006, la langue française étant la principale raison du choix du Québec par les Algériens qui émigrent au Canada. Il a rappelé qu’il a fait cette déclaration après l’intervention d’un représentant du CCA qui a présenté le bilan de son association dans le domaine de l’aide à la recherche d’emploi. Un thème au centre de toutes les préoccupations, vu la quasi-fermeture du marché aux immigrants. Smaïl Benamara a été invité par le CCA à l’approche du 8e anniversaire du lancement de ses activités qui doit avoir lieu en avril prochain. Une rencontre à laquelle ont été conviés des représentants d’autres associations algériennes activant dans la métropole québécoise et à laquelle a assisté le consul général d’Algérie à Montréal, Abdelaziz Sebaâ. Ce dernier vient juste de rencontrer, il y a quelques jours, les représentants de ces associations afin de leur présenter les vœux pour le nouvel an hégirien et les informer que le consulat met à leur disposition ses locaux pour certaines de leurs activités. Intervenant à l’invitation d’Ahmed Mahidjiba, président du CCA, Smaïl Benamara s’est dit disposé à aider cette association et toutes les autres.

 

« Je suis ici pour vous réitérer notre disponibilité à vous aider du mieux que l’on peut, le consul général et moi. (...) J’apprécie vos activités parce que votre valeur fondamentale est le travail, ce que nous partageons avec vous. » Le diplomate a remis au CCA un lot de livres d’apprentissage de l’arabe et de tamazight pour les besoins de ses classes de langues. Des livres envoyés par le ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid.

 

On se rappelle qu’en mai 2006, Smaïl Benamara avait omis de citer le CCA lors de sa première rencontre avec les Algériens de Montréal…

 

 

 

 
 
 

Source El Watan

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires