Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 00:03

Alzheimer : la solitude multiplie le risque par deux

 

 

A deux tout va tellement mieux et concernant la maladie d'Alzheimer c'est d'autant plus vrai car selon une enquête américaine récente, la solitude représenterait un facteur de risque important de démence. Raison de plus d'entourer les personnes âgées et les faire participer à toutes sortes d'activités.

===
La maladie d'Alzheimer frappe aujourd'hui près de 850 000 personnes en France. Ces chiffres devraient encore s'aggraver avec l'allongement de l'espérance de vie. Il est donc urgent de mettre en place des médicaments curatifs qui manquent et de trouver des stratégies de prévention qui pourraient retarder l'apparition de cette maladie terrible, qui fait perdre d'abord la mémoire puis la tête à près de 20 % des plus de 80 ans. Des enquêtes ont déjà pointé l'intérêt de l'activité intellectuelle, celui de l'exercice physique et l'impact de la prévention des atteintes vasculaires cérébrales pour réduire le risque. Cette semaine, des chercheurs américains mettent en avant une autre voie de prévention, en publiant dans la revue Archives of General Psychiatry les résultats d'une enquête suggérant que la lutte contre la solitude des personnes âgées pourrait être une arme contre cette maladie, en plus de leur offrir une fin de vie sans doute plus heureuse.

Le travail de l'équipe de l'université Rush de Chicago a été mené en examinant pendant quatre années 823 personnes de 80 ans en moyenne, volontaires pour participer à une grande étude sur le vieillissement, ne présentant au départ aucun trouble neurologique et acceptant de faire don de leur cerveau après leur décès pour qu'il soit examiné. Un questionnaire initial et poursuivi chaque année les interrogeait sur leur éventuel sentiment de solitude ou d'abandon, sur leur isolement social (présence d'un conjoint, nombre d'enfants, fréquence des visites, des appels téléphoniques, nombre de sorties, de réunions avec des amis). L'objectif étant de définir pour chacun un score allant de 1 à 4, d'un faible à un haut niveau de solitude. L'évaluation des performances cognitives par des tests standardisés pour mesurer les premiers symptômes d'Alzheimer a été faite tous les ans pendant quatre ans, les personnes souffrant lors du premier examen de troubles évocateurs ont été éliminées d'emblée.

Déclin des fonctions intellectuelles


Pendant les quatre années de l'enquête, sur les 823 personnes sélectionnées au départ, 76 ont développé une démence de type Alzheimer et 90 décès de toutes causes ont été observés. En analysant le risque de souffrir d'une démence en fonction du sentiment de solitude, les auteurs de l'étude ont pu mettre en évidence le fait que les personnes âgées souffrant le plus de solitude (avec un score de 3,2 lors du premier test au début de l'enquête) avaient deux fois plus de risque de plonger dans la maladie d'Alzheimer que celles se plaignant le moins d'être seules (score de 1,3).

La solitude est-elle la cause ou la conséquence de la maladie d'Alzheimer ? Pour répondre, les chercheurs se sont penchés sur les résultats de l'examen du cerveau pour les 90 personnes âgées décédées au cours des quatre ans qu'a duré la surveillance. Les résultats de ces autopsies prouvent que le cerveau des personnes décédées et se plaignant particulièrement de solitude ne présentait aucune des lésions typiques de la maladie d'Alzheimer (plaques amyloïdes, neurofibrilles...). Ce qui accrédite la thèse que c'est bien le sentiment de solitude qui conduirait à la démence et non l'inverse. « Le sentiment de solitude est associé à un déclin des fonctions intellectuelles et au développement d'une démence, selon des mécanismes physiopathologiques propres différents de ceux de la maladie d'Alzheimer », concluent les auteurs qui reconnaissent que le lien entre démence et solitude reste obscur et mérite d'être mieux analysé encore. Il avait déjà été montré que le fait de ne pas être marié était associé à un risque accru de maladie d'Alzheimer. Désormais le sentiment de solitude apparaît aussi comme un facteur de risque propre, ce qui devrait inciter à une expression plus forte des différentes formes de solidarité avec les personnes âgées.

Source Le Figaro

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires