Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:00

Venise , l’art Vénitien et le monde Arabe 

 

1 L'Institut du monde arabe à Paris présente l'exposition "Venise et l'Orient". Jusqu'au 18 février, les relations entre la cité des Doges et le monde musulman sont mises à nues. C'est autour du tableau d'un anonyme vénitien intitulé "Audience d’une ambassade vénitienne dans une ville orientale" que débute ce voyage. Réalisé vers 1488-1496, ce tableau est conservé au musée du Louvre, au département des Peintures 

 

 

 

2 Les verriers  vénitiens sont les héritiers directs des savoir-faire du monde musulman comme en témoignent ces deux gobelets. A droite : Gobelet, Venise, fin du XVe siècle, Verre émaillé et doré, H. 10 cm ; D. bord 8,1 cm ; D. pied 6,2 cm, Corning, NY, The Corning Museum of Glass, 55.3.12. A gauche : Gobelet, Venise, Murano, fin du XIIIe - début du xive siècle, Verre émaillé, H. 11,3 cm, D. 9,5 cm, Frankfurt, Museum für Angewandte Kunst,

 

 

 

3 La peinture religieuse à Venise a également subi les influences du monde islamique. Vittore Carpaccio est l'un des plus grands praticiens de la mode orientale dans la peinture vénitienne de la Renaissance.  Vittore Carpaccio (1450-1525) et collaborateurs, La Prédication de saint Étienne de Jérusalem, Venise, vers 1514,Huile sur toile, 148 x 194 cm, Paris, Musée du Louvre, département des Peintures.

 

 

 

4 Plus de 200 objets ont été réunis à l'occasion de cette exposition. Ils sont révélateurs des différents échanges de savoirs et  de techniques entre les Vénitiens et les peuples venus d'Orient. A droite : Portes vénitiennes laquées, Venise, fin du XIVe siècle, Bois, pierres semi-précieuses et nacre peinte, H. 145,5 cm ; l. 52,5 cm, Londres, Rainer Zietz Ltd.A gauche : copie d’après Gentile Bellini, Sultan Mehmet II, Venise, probablement du XIVe siècle, Huile sur bois, 19,7 x 14,8 cm ; encadré :36,2 x 31,75 cm, Joli Quentin Kansil.

 

 

 

5 Les motifs décoratifs islamiques se retrouvent beaucoup dans la céramique vénitienne. Ce plat fabriqué à Iznik vers 1580 en est un exemple. Oeillet, roses, jacinthes, tulipes et feuilles de saz dentelées font leur apparition.  Plat, Iznik, vers 1580, céramique à décor peint sous glaçure, H.5,2cm ; D. 31,4 cm ; D. pied 15,8 cm, Musée national de la Renaissance, château d’Ecouen, E.Cl.8432. © photo de presse / RMN / René-Gabriel Ojéda

 

 

 

6 Voici deux représentations de "L'Homme zodiaque". Celle de gauche est islamique d'origine persanne et celle de droite est européenne et fut imprimée à Venise. Leur comparaison illustre bien l'épopée des savoirs qui renaît sous les presses de la Sérénissime.  A droite : “L’Homme zodiaque” , Iran, probablement XVIIIe - XIXe siècle, Plume, encre et aquarelle sur papier, 31,3 x 21,2 cm, The Wellcome Institute Center for the History of Medicine Wellcome Library, London, 582971i. A gauche :  Johannes de Ketham, "Fascicolo di Medicina" publié par Johannes et Gregorius de Gregoriis, Venise, 5 février 1493. Livre imprimé avec xylogravures dont l’une, "La Dissection", a été colorée (au pochoir, ou avec des tampons colorés) avec quatre couleurs (récemment relié à nouveau), 41,9 x 29,8 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art, Drawing and Prints, 38.52.

 

 

 

7 L’émergence de l’imprimerie dans la cité-Etat européenne a largement contribué à cette transmission des savoirs et ce, dans tous les domaines.  Ludovico Dolce (1508-1568), Le Trasformazioni, Venise, 1553, Reliure de cuir repoussé, 25,8 x 18 x 3,5cm, Venise, Fondazione Giorgio Cini, 216 A / D 47. © Venise, Fondazione Giorgio Cini

 

 

 

 

 

Source l’Internaute

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires