Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 12:13

Santé

Une percée dans le diabète avec la découverte de gènes-clés

 

 

 

Les plus importants gènes prédisposant au risque de développer la forme la plus répandue du diabète, dont l'augmentation dans le monde est favorisée par l'épidémie d'obésité, viennent d'être identifiés par une équipe internationale.

 

Ces découvertes, publiées dimanche en ligne par la revue scientifique britannique Nature, ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques et de prévention avec la mise au point d'un test.

 

"La dissection du génome des diabétiques permet d'élucider environ 70% de la prédisposition à faire un diabète de type 2 (DT2)", la forme la plus répandue du diabète, souligne le Pr Philippe Froguel, co-auteur

 

Ce travail résulte d'une collaboration franco-anglo-canadienne entre les équipes dirigées par Philippe Froguel (CNRS-Institut Pasteur de Lille/Imperial College de Londres) et Rob Sladek (Université McGill, Montréal).

 

Certains des gènes identifiés, particulièrement le transporteur de zinc, indispensable à la sécrétion de l'insuline par le pancréas, constituent une cible thérapeutique idéale pour combattre la maladie, selon les chercheurs.

 

* Plus de 200 millions de personnes sont diabétiques dans le monde et ce nombre devrait presque doubler d’ici à 2030, avec l’épidémie d’obésité qui touche actuellement 1,1 milliard de personnes dont 150 millions d’enfants. Mais la prédisposition héréditaire joue également un grand rôle lorsqu'on grossit.

 

"Dans un à deux ans, on sera capable d'utiliser un test génétique qui permettra de dire son risque à un adolescent un peu en surpoids, qui a un père ou une mère diabétique", indique le Pr Froguel à l'AFP. Cela pourra le motiver pour adapter son alimentation, faire du sport et, en perdant du poids, réduire son risque de diabète, cause de maladies cardiaques, rénales, de cécité, d'impuissance et d'amputations, explique-t-il.

 

L'arrivée de techniques d’analyse rapides, avec les puces à ADN, a permis la première exploration totale de la prédisposition génétique au diabète, souligne le CNRS.

 

La puce à ADN est une petite pièce de métal (ou de plastique) de quelques centimètres carrés sur laquelle sont gravés un demi-million de variants (mutations) génétiques qui différencient un individu d'un autre, par exemple la couleur des yeux. En y déposant un peu d'ADN extrait du sang, on peut étudier tout le génome d'une personne.

 

"Ces découvertes vont également permettre de mieux comprendre pourquoi certains cancers (pancréas...) sont plus fréquents chez les obèses diabétiques", ajoute le Pr Froguel.

 

Les chercheurs ont analysé l’ADN de près de 700 diabétiques français ayant des cas dans leur famille et d'un nombre équivalent de non diabétiques. Ils ont ensuite confirmé leurs résultats sur plus de 5.500 autres diabétiques.

 

Au moins quatre gènes influent fortement sur ce risque (dont SLC30A8 pour le zinc). Avec les résultats encore attendus, on devrait avoir une quinzaine de gènes déterminants pour les populations européennes, estime Froguel.

 

Pour compléter ces travaux, les chercheurs font appel à des obèses ou diabétiques en mettant un numéro vert (0800.02.04.12) à disposition des volontaires.

 

Ce projet "a coûté 2 millions d'euros", principalement payés par le Canada, car l'équipe du CNRS "n'a pas pu trouver les moyens de le mener en France", regrette le Pr Froguel: "Une société grenobloise, Mellitech (thérapeutique), est obligée de négocier au Canada pour un travail en grande partie français".

 

Plus d'un Américain sur trois nés en 2000 aura un diabète, note l'éditorial de Nature qui salue cette percée dans la connaissance d'une maladie aussi fréquente.

 

Source l’Internaute

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires