Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:02

Algérie - Attentats en Kabylie

 

 

 

Plusieurs attentats à la bombe ont fait au moins huit morts et 24 blessés, dont un grave, mardi en Kabylie, à l'est d'Alger, selon des informations recueillies par l'AFP auprès de journalistes sur place.

Ces attentats, qui marquent une reprise spectaculaire des actions terroristes, ont eu lieu dans un rayon d'une trentaine de kilomètres, notamment à Si Mustapha, Souk el-Had, Draa Ben Khedda et Bordj Menaiel, dans les départements voisins de Boumerdès et Tizi-Ouzou (Kabylie).

Ils n'avaient pas été revendiqués en fin de matinée.

Des traces de sang fraîchement lavé étaient visibles aux abords des bâtiments visés, selon les mêmes sources.

Selon des informations non confirmées officiellement, certaines des bombes étaient placées dans des voitures piégées, garées à proximité de gendarmeries et de commissariats.

Elles ont explosé quasi-simultanément, selon des témoins, rappellant ainsi les attentats qui avaient eu lieu fin octobre à Derghana et Reghaia, près d'Alger, faisant 3 morts et une vingtaine de blessés.

Ces attaques avaient été suivies début décembre par un attentat contre un véhicule de transport du personnel d'une société américaine, qui a fait un mort au moins, à Bouchaoui, dans la banlieue ouest d'Alger.

Le premier étage de la gendarmerie de Si Mustapha, un bâtiment de deux niveaux, dont le rez-de-chaussée abritait plusieurs dizaines de gendarmes, a été dévasté par l'explosion, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des portes et des fenêtres du premier étage ont été arrachées par l'intensité du souffle.

L'explosion a creusé un cratère de deux à trois mètres de diamètre. Elle a endommagé une grande partie de la façade du bâtiment et éventré plusieurs commerces, cafés et épiceries de la rue principale de cette bourgade rurale traversée quotidiennement par des centaines de routiers se rendant en Kabylie.

Des chaises, tables et meubles en plastique de ces établissements ont fondu sous l'effet de la chaleur dégagée par la bombe, et ont été projetés à plusieurs dizaines de mètres, selon des témoins.

Quatre passagers d'une voiture sont morts sur le coup, selon ces témoins, quand le véhicule pris dans le souffle de l'explosion a été projeté contre un arbre.

On disposait de peu d'informations mardi à 11H00 GMT sur les dégâts occasionnées par les attentats contre les commissariat de Draa Ben Khedda (centre industriel proche de Tizi Ouzou), de la ville proche de Bordj Menaiel, ainsi que celui de la bourgade de Souk el-Had, à une dizaine de kilomètres.

Des cordons de police et de gendarmerie ont été rapidement déployés pour protéger les sites atteints et en éloigner les curieux.

L'accès de la Kabylie était très embouteillé après ces explosions, la plupart des sites touchés donnant sur le principal axe routier menant à Tizi Ouzou.

Les précédents attentats d'octobre et de décembre ont été revendiqués par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui s'est rallié depuis septembre à la nébuleuse d'Al Qaïda d'Oussama Ben Laden et se veut son bras armé au Maghreb et dans le Sahel.

Selon les autorités algériennes, le GSPC, fort de quelques centaines d'hommes, resterait le seul capable de mener des actions armées, après la reddition de la plupart des autres groupes islamistes qui ont choisi de bénéficier de la loi sur la réconciliation leur accordant l'amnistie en échange de dépôt de leurs armes.

Source AFP

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires