Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 23:01

Le Maghreb sous domination française (1830-1962)

 

1/2

 

 

 

L'Algérie, le Maroc et la Tunisie, pour des raisons diverses, se trouvèrent au XIXe siècle des enjeux importants dans les rivalités hégémoniques et les politiques expansionnistes qui secouaient l'Europe. L'historien Philippe Conrad retrace ici avec la plus grande objectivité les étapes de la colonisation française en Afrique du Nord et en fait revivre les événements majeurs.

 

L'espace maghrébin et les politiques coloniales européennes

 

Si l'on excepte les importations de blé de certains négociants marseillais, l'action des Lazaristes venus racheter les captifs victimes de la course algéroise, les bombardements réalisés contre la capitale barbaresque par Duquesne et d'Estrées, les contacts établis entre Versailles et Meknès à l'époque de Louis XIV et de l'Alaouite Moulay Ismaïl, enfin les reconnaissances du commandant Boutin pour le compte de Napoléon, les relations entre la France et le Maghreb sont demeurées réduites à très peu de chose jusqu'à la conquête d'Alger. Si elle n'avait pas dispersé ses forces entre son empire américain et ses vaines ambitions d'hégémonie européenne et si elle s'était engagée plus tôt dans les transformations de l'ère industrielle, l'Espagne aurait été mieux placée que la France pour jouer un rôle prépondérant au Maroc et dans l'ouest algérien, alors que le jeune royaume d'Italie pouvait logiquement espérer, pour des raisons évidentes de proximité géographique et d'importance du peuplement italien dans la Régence, commander aux destinées de la Tunisie, héritière de l'ancienne province romaine d'Afrique… Les hasards d'une conquête aux objectifs initialement incertains puis la volonté de compléter à l'est et à l'ouest la mainmise établie sur le territoire algérien firent que la France fut en situation de s'imposer dans ce vaste espace maghrébin qui, prolongé des étendues sahariennes, allait apparaître pendant plusieurs décennies comme le plus beau fleuron de son Empire colonial.

 

Fruit des circonstances ou résultat d'une volonté politique cohérente, la conquête des territoires nord-africains s'effectua de 1830 à 1912 mais il faut attendre les années trente du XXe siècle pour obtenir une « pacification » complète de certaines régions du Maroc et de la Mauritanie, abusivement rattachée à l'Afrique Occidentale Française alors que les réalités géographiques, humaines et historiques commandaient naturellement de la placer dans l'espace chérifien, l'ancien Maroc ayant, à diverses époques de son histoire, poussé ses conquêtes jusqu'au Sénégal et au Niger.

 

La chute de la Régence d'Alger

 

Dépendance nominale de l'Empire ottoman, la Régence d'Alger était placée sous l'autorité d'un dey qui avait longtemps tiré de la course barbaresque l'essentiel de ses ressources, ce que compromettait depuis le XVIIIe siècle la supériorité grandissante des flottes européennes. Kabyles sédentaires et Arabes nomades se partageaient l'intérieur du pays, les Turcs installés depuis le début du XVIe siècle n'ayant jamais contrôlé que les ports du littoral. La persistance d'un différend relatif à des livraisons de blé effectuées à l'époque du Directoire conduisit au fameux « coup d'éventail » reçu en 1827 par le consul de France et, faute de réparation, Charles X et son gouvernement – qui souhaitaient en finir avec l'insécurité persistant en Méditerranée occidentale et renforcer d'un succès extérieur le prestige de la monarchie restaurée, décidèrent l'envoi d'une expédition qui, placée sous les ordres du général de Bourmont, serait chargée de conquérir Alger. Plus de trente mille hommes furent ainsi débarqués à Sidi Ferruch le 14 juin 1830. Cinq jours plus tard, les troupes du dey étaient mises en déroute au combat de Staouéli et la prise de Fort L'Empereur entraînait le 4 juillet la capitulation de la ville où les Français faisaient leur entrée le lendemain. Quelques jours plus tard, une fois parti pour Naples le dey qui avait terrorisé depuis trois siècles la Méditerranée occidentale, l'État algérien disparaissait d'un coup. Victorieux, les Français se trouvèrent bien embarrassés pour exploiter leur succès, d'autant que la Révolution de juillet 1830 était venue compliquer la situation. Certains – et cette solution avait la faveur du gouvernement de Londres – songeaient alors à redonner au sultan ottoman l'administration directe de ces territoires pourtant bien éloignés de Constantinople. D'autres, comme le général Clauzel, voulaient engager la conquête de l'ensemble du pays. Prudent, le gouvernement de Louis-Philippe opta initialement pour une occupation limitée. Les Français s'installèrent ainsi dès 1830 à Oran, abandonnée depuis moins de quarante ans par les Espagnols, à Bône et à Bougie en 1832, puis à Mostaganem l'année suivante. La commission d'enquête envoyée sur place rendit ses conclusions en 1834 et approuva cette « occupation restreinte » dont les inconvénients en matière de sécurité des implantations françaises apparurent rapidement.

 

Abd el-Kader

 

Commandant de la place d'Oran, le général Desmichels négocia alors avec l'émir de Mascara Abd el-Kader un traité qui fit du jeune chef arabe le porte-parole de la plupart des populations de l'ouest algérien, un statut qui rendit rapidement dangereux ce jeune chef, investi du prestige que lui valait sa réputation d'être un descendant du Prophète. La destruction, en juin 1835, d'une colonne française au défilé de La Macta et la mise à sac de Mascara à titre de représailles marquèrent alors le début d'une guerre qui ne pouvait se terminer que par la défaite totale de l'un des deux adversaires. L'échec de l'action lancée en novembre 1835 contre Constantine conduisit cependant à la conclusion, l'année suivante, du traité de La Tafna qui reconnaissait à Abd el-Kader le contrôle de fait de l'arrière-pays d'Oran et d'Alger. La conquête très difficile de Constantine en octobre 1837 et la création du port de Philippeville dissimulaient mal la fragilité de la position française alors que le traité de La Tafna n'était pour Abd el-Kader qu'une trêve préludant à la reprise de la guerre sainte contre l'envahisseur. La lutte reprit donc en 1839 mais les colonnes mobiles organisées par le général Bugeaud finirent par avoir le dessus sur un adversaire privé de points d'appui solides. Réfugié au Maroc, l'émir parvint à entraîner le sultan contre les Français mais la victoire de l'Isly (4 août 1844) et le bombardement des ports de Tanger et de Mogador obligèrent le souverain chérifien à traiter et à se désolidariser d'un allié bien encombrant. Revenu en Oranie mais constamment traqué par les troupes françaises, l'émir se rendit au duc d'Aumale le 23 décembre 1847. La logique de l'expansion avait balayé le projet d'une simple occupation restreinte et des colons encore peu nombreux commençaient à s'installer quand la Révolution de 1848 puis l'établissement du Second Empire vinrent ouvrir une ère nouvelle dans la toute jeune histoire de l'Algérie française.

 

La conquête du Sahara

 

Il convenait tout d'abord de terminer une conquête encore inachevée en 1850. Les campagnes menées par le général Randon eurent raison en 1857 des dernières résistances kabyles. Il était également nécessaire pour garantir la sécurité des plateaux du Tell et du massif des Aurès de contrôler les bases arrière des pillards nomades que constituaient les oasis des confins sahariens. L'occupation de Laghouat, d'Ouargla et de Touggourt fut réalisée sans grandes difficultés entre 1852 et 1854 mais la prise de contrôle des oasis du Mzab et d'Aïn Sefra n'intervint qu'en 1881-1882, celle d'In Salah et du Touat qu'en 1900-1901. Il fallut aussi attendre la liaison établie en 1900 entre Alger et le Tchad par la mission Foureau-Lamy et le combat de Tit – qui marqua, en 1902, la fin des résistances touarègues dans la région du Hoggar – pour que soient enfin soumis les immenses territoires du Sud, ce Sahara auquel devaient s'attacher les noms de Duveyrier, de Flatters, de Laperrine et de Charles de Foucauld.

 

La Tunisie, enjeu entre la France et l'Italie

 

À l'est de l'Algérie, la Régence de Tunis apparaissait comme un enjeu stratégique de première importance, à la charnière des bassins occidental et oriental de la Méditerranée. Gouvernée par un bey théoriquement soumis à la Sublime Porte mais en réalité à peu près indépendante, la Tunisie était l'objet des convoitises rivales de la France et de l'Italie. La première entendait assurer, à l'est, la sécurité de ses territoires algériens et éviter que l'Italie ne contrarie ses ambitions en Égypte et au Levant en prenant le contrôle des accès de la Méditerranée orientale. Confrontés à une surpopulation inquiétante, les dirigeants du jeune royaume d'Italie rêvaient d'une grande politique coloniale et le territoire de l'ancienne Afrique romaine – prolongement naturel de la péninsule et de la Sicile, où la minorité européenne était constituée pour l'essentiel d'Italiens – était un objectif dont la conquête constituait une priorité pour le gouvernement de Rome. Roustan et Maccio, les deux consuls français et italien, se dépensèrent sans compter pour profiter des difficultés financières du bey mais la France pouvait espérer la neutralité bienveillante de l'Angleterre, peu désireuse de voir la jeune Italie prendre, sur la route de Suez jugée vitale pour les communications impériales britanniques, le contrôle complet du détroit de Sicile. Elle allait également bénéficier des calculs de Bismarck, soucieux de calmer les espoirs de revanche et d'encourager « le coq gaulois à user ses ergots dans les sables du Sahara ». Les incursions des pillards Khroumirs en territoire algérien fournirent le prétexte nécessaire et Jules Ferry, soutenu par Gambetta, put faire valoir à des Chambres réticentes – la droite catholique voulait privilégier la ligne bleue des Vosges et la gauche radicale se voulait anticolonialiste en même temps qu'elle rappelait l'échec des aventures mexicaines du Second Empire – qu'il était nécessaire d'aller s'emparer en Tunisie de « la clef de la maison algérienne ». En avril 1881, les troupes françaises pénétrèrent dans la Régence où le bey ne tenta pas de résister et accepta de signer, le 12 mai 1881, le traité du Bardo qui faisait de la Tunisie un protectorat français. Quelques mois plus tard, les troupes françaises durent faire face à des révoltes dans les régions de Kairouan et de Sfax mais celles-ci furent rapidement étouffées.

 

Le Maroc au cœur des rivalités européennes

 

La mainmise sur le Maroc s'avéra plus difficile à réaliser. Le royaume chérifien demeurait en effet au tournant du siècle, avec l'Éthiopie et le Libéria, l'un des derniers territoires africains encore indépendants. Héritier d'une longue histoire illustrée par plusieurs grandes dynasties, le Maroc avait jalousement préservé son indépendance mais l'autorité du sultan ne s'étendait qu'au bled es makhzen et le souverain devait compter avec les dissidences chroniques des tribus berbères accrochées à leurs repaires montagnards. Outre la France, le Maroc intéressait par ailleurs au plus haut point plusieurs puissances européennes parmi lesquelles l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie et, plus récemment l'Allemagne depuis que l'Empereur Guillaume II avait décidé de mettre en œuvre la « politique mondiale » dont s'était toujours méfié Bismarck. Plusieurs crises internationales survinrent ainsi à propos du Maroc et retardèrent longtemps la mise en place du protectorat français. Le « coup de Tanger » – le discours prononcé en 1905 dans cette ville par le Kaiser – conduisit à la conférence internationale d'Algésiras qui, l'année suivante, laissa une marge de manœuvre importante à la France qui s'était déjà entendue avec l'Italie en 1902 et avec l'Angleterre en 1904 pour acheter – contre l'abandon de ses prétentions en Tripolitaine et en Égypte – sa liberté d'action dans le royaume chérifien. L'émeute de Casablanca, consécutive à la construction d'un chemin de fer dont le tracé traversait un ancien cimetière musulman – entraîne en 1907 un massacre d'ouvriers européens et le bombardement de la ville. L'affaire des légionnaires déserteurs accueillis au consulat d'Allemagne est à l'origine d'une nouvelle crise franco-allemande en 1908. Elle est à peine réglée quand l'intervention française à Fès, engagée en 1911 à la demande du sultan, a pour conséquence l'arrivée devant Agadir de la canonnière Panther et le débarquement d'un petit contingent allemand. L'habileté de Joseph Caillaux permet cependant de surmonter la crise, au prix du « troc » qui laisse à la France les mains libres au Maroc contre la remise à l'Allemagne d'une partie du Congo. Plus rien ne pouvait arrêter les Français et la convention de Fès, conclue en 1912 avec le sultan Moulay Hafid établit un protectorat qui allait durer un peu plus de quarante ans. La prise de Marrakech dès 1912, celle de Taza en 1914 permettent au général Lyautey de « tenir » le Maroc avec des effectifs réduits tout au long de la première guerre mondiale mais des poches de résistance montagnardes persisteront jusqu'au début des années trente et la guerre du Rif, qui mit en péril le Maroc espagnol, incita les Français à intervenir contre le chef indépendantiste Abd el-Krim, finalement contraint à la reddition.

 

Source Clio.fr

 

 

 

Le Pèlerin (à suivre)

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires