Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 00:12

Un centre de pêche continentale à Tipasa

 

 

 

Boukourdane offre son barrage

 

 

 

En plus de l’alimentation en eau potable des localités environnantes de Sidi Amar et certaines de la partie est de la wilaya d’Alger de l’irrigation des terres agricoles, le barrage de Boukourdane, situé en aval de Menaceur, daïra de Sidi Amar, verra bientôt d’autres secteurs d’activité, notamment la pêche, les forêts, le tourisme et la jeunesse et les sports

 

 

 

En effet, le Centre national d’études et de documentation pour la pêche et l’aquaculture (Cndpa) de Bou Ismaïl s’est engagé à créer un centre de pêche continentale dans ce site. Cette structure permettra la création de 8 emplois permanents. Il n’y a rien à craindre, selon un responsable du Cndpa en matière d’impact environnemental, du moment que le poisson est un excellent indicateur sur la qualité de l’eau et de l’état du barrage, par conséquent l’exploitation du plan d’eau n’a aucun impact négatif sur l’utilisation de cette eau du barrage. Cette infrastructure développera de nouvelles techniques de pêche continentale, réalisera des opérations de reproduction artificielle et naturelle contrôlées sur site, effectuera un suivi d’élevage en extensif, organisera des stages pratiques pour les professionnels et les étudiants en formation ou en fin de cycle, prendra en charge d’une manière partielle les besoins locaux, régionaux et même nationaux en produits aquacoles. Grâce aux opérations d’ensemencement effectuées par le Cndpa depuis 1997, le barrage de Boukourdane est pourvu de 5 espèces de poisson d’eau douce, en l’occurrence la carpe royale, la carpe argentée, la carpe à grande bouche, le mulet et le sandre. La pêche dans ce site ne s’effectue qu’à l’aide de filets ou de lignes. Un matériel de navigation, de pêche, de sécurité et d’éclairage a été affecté à cette infrastructure du secteur de la pêche et des ressources halieutiques, qui sera d’ailleurs équipée d’une chambre froide de 90 m3, d’une fabrique de glace d’une capacité de 350 kg/jour, d’un point de vente de poisson, d’une salle de traitement du poisson. Vraisemblablement, le seul point qui suscite les appréhensions, c’est cette construction en préfabriqué des bâtiments de ce centre de pêche continentale, d’une part, et l’absence d’un point de dégustation et de salle de formation et de vulgarisation dans la préparation du poisson d’eau douce, pour encourager sa consommation, d’autre part. En 2006, une quantité estimée à 6,5 t de poisson a été pêchée par un citoyen de la wilaya de Tipaza qui avait bénéficié de la concession dans ce barrage. Des poissons qui pèsent jusqu’à 18 kg ont été pêchés sur ce site. Le directeur de la pêche nous a affirmé que la wilaya de Tipaza est disposée à étudier toutes les demandes de concession, si d’autres citoyens désirent investir dans ce créneau. Il n’en demeure pas moins que nous avons pu remarquer la présence de nombreux pêcheurs avec leurs cannes à pêche au barrage de Boukourdane, qui, faut-il le rappeler, s’est métamorphosé pour se transformer en un site paradisiaque, après avoir bénéficié des aménagements pour accueillir les familles en quête d’évasion, de calme, de détente et de repos. Durant les 2 dernières années, la wilaya de Tipaza avait consacré 6 millions de dinars pour l’aménagement et la création des espaces verts, pour préserver la vocation de cet environnement très riche.

 

 

 

Source El Watan

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires