Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 23:02

Le monastère de Tibéhirine pourrait rouvrir

 

 

 

 

Des moines pourraient rouvrir le monastère de Tibéhirine, dans les collines à 70 km au sud d'Alger, pour la première fois depuis que sept trappistes y ont été enlevés puis assassinés en 1996, annonce le cardinal français Philippe Barbarin.

"Il y a des projets de réinstallation d'une communauté ici. Il y a eu des tentatives depuis onze ans mais cela n'a pas marché. Ceci est une nouvelle tentative. Nous devons prier pour que cela marche", a déclaré l'archevêque de Lyon lors d'une visite sur les lieux, dans la région de Médéa.

Le monastère de Notre dame de l’Atlas, où sont enterrés les sept victimes, avait été fermé à la suite de leur assassinat, au plus fort de l'insurrection islamiste déclenchée en 1992 par l'annulation d'élections que l'ex-Front islamique de salut (Fis) était sur le point de remporter.

Les sept moines et quelques autres avaient choisi de rester, malgré les menaces dont ils faisaient l'objet de la part des islamistes armés, afin que les habitants de la région continuent à bénéficier de leur aide alimentaire et médicale.

Ils furent enlevés le 26 mars 1996 et retrouvés égorgés deux mois plus tard. Le GIA (Groupe islamique armé) avait justifié leur exécution par le refus de la France de négocier la libération de détenus islamistes d'origine algérienne.

"Demander Pardon à Dieu"

Les moines survivants quittèrent alors le monastère de Tibéhirine, le seul qui subsistait alors en Algérie, pour aller s'établir au Maroc voisin. Et ils manquent aujourd'hui à leurs anciens voisins.

"Depuis la mort des moines, la vie a changé ici, en mal, pour les gens. On se soignait gratuitement et efficacement (chez eux). Aujourd'hui, nous devons payer des soins qui ne sont pas toujours bons", confie Gamedi Redahi, un habitant de 54 ans.

Mgr Barbarin s'est rendu à Tibéhirine dans le cadre d'une visite en Algérie organisée avec le concours du président du Conseil musulman de la Région Rhônes-Alpes, Azzedine Gaci, et visant à promouvoir la compréhension et la tolérance entre les deux religions.

"En tant que musulmans, aujourd'hui, nous devons respecter les sentiments, la complexité de tous ceux qui ne partagent pas notre foi et avec lesquels nous devons vivre", a expliqué Gaci, un Français d'origine algérienne. "Il y a eu beaucoup de mal dans le coeur des hommes. Il faut demander pardon à Dieu."

La quasi-totalité de la communauté chrétienne d'Algérie a fui au moment de l'indépendance de l'Algérie, en 1962, et une poignée d'églises seulement sont restées ouvertes. Selon les chiffres officiels, on compte aujourd'hui moins de 5.000 chrétiens - y compris les expatriés - sur le sol algérien.

Source Reuters

 

 

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires