Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 23:28

Pyrénées – Gascogne  

Au fil de la Baïse  

 

Qui connaît cette rivière discrète qui déroule ses méandres au coeur de la Gascogne ? Remonter son cours tranquillement sur un bateau, c'est aussi remonter le temps, dans l'une des régions les plus authentiques et les mieux préservées de France. 

Condom sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle

Sur les rives de la Baïse, ne cherchez pas de paysages spectaculaires ou de monuments éblouissants. Cette région s'exprime dans le registre de la séduction discrète, jamais dans celui de l'esbroufe. Nulle part la complicité des hommes et de leur terre n'a atteint une telle perfection.

Des campagnes si policées qu'elles semblent l'oeuvre d'un artiste paysager, des villages si exactement conçus pour la douceur de vivre qu'on les croirait sortis de l'imagination d'un architecte utopiste, des manoirs et des fermes-gentilhommières aux proportions exquises, à la fois simples sans humilité et orgueilleuses sans vanité...

Une balade dans la vallée de la Baïse ne se planifie pas. Il faut suivre sans but les méandres de la rivière, se laisser aller au gré des petites routes, s'en remettre au hasard des carrefours, se laisser guider par la silhouette lointaine d'un clocher ou d'un donjon... Immanquablement, chaque vallée offrira sa bastide silencieuse, chaque colline son manoir. Ici, les bonheurs du vagabondage mènent partout à de purs joyaux... 

 

La plus gasconne des rivières

 

La Baïse, magnifique non ! 

On peut s'en étonner, tant elle est modeste... La Baïse a pourtant été, dès le Moyen-Age, une voie commerciale d'une importance capitale. C'est par milliers de tonnes que de petites embarcations, adaptées à l'étroitesse et au faible tirant d'eau de la rivière, ont transporté pendant des siècles le blé, le liège, la farine, le tabac, le vin et l'armagnac.

Le passage de bief en bief se faisait par de simples chaussées, avant qu'au XVIIe siècle ne soient installées de rudimentaires écluses en bois, d'un maniement long et difficile. Il faudra attendre le Second empire pour qu'elles soient remplacées par des écluses "modernes", celles qui sont encore utilisées aujourd'hui...

Le cours de la rivière, entre coteaux et collines, est si tortueux que nombre de ses méandres ont dû être recoupés par des canaux. Sur chaque rive défilent les fermes aux amples toits de tuiles, les manoirs et les châteaux aux parcs ombragés de cèdres immenses, les petites villes à la fois si paisibles et si souriantes que dans chacune on rêverait de poser son sac pour toujours... 
 

 De châteaux en bastides…  

La Bastide de Vianne

La Baïse est aujourd'hui navigable de Saint-Léger à Valence-sur-Baïse, soit 58 km ponctués de 20 écluses. Le trajet peut paraître court, mais comporte tant d'étapes éblouissantes que le temps semble toujours manquer.

À la confluence de la Garonne, Buzet-sur-Baïse, "porte d'entrée" de la rivière et capitale viticole - les "côtes de buzet" ont une fort honorable réputation - mérite une escale pour son église des XIIIe et XIVe siècles et son superbe château qui domine la plaine du haut de son éperon rocheux.

En amont, la ravissante bastide de Vianne offre la particularité unique d'avoir conservé intactes ses fortifications. Vient ensuite Lavardac, autrefois important port marinier, non loin duquel s'élève le moulin fortifié de Barbaste qui, avec ses quatre tours carrées et son pont roman à dix arches, constitue un ensemble d'un pittoresque rare.

Restent quelques méandres et quatre écluses pour atteindre Nérac, l'une des merveilles du parcours. 

 

 

et de villes d'art en abbayes

 

 

La Basilique de Condom 

 L'ancienne capitale des Albret n'a rien oublié de sa splendeur, quand elle accueillait poètes et humanistes autour de Marguerite de Navarre et quand y résidaient Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret, parents du futur Henri IV.

De part et d'autre de la Baïse, reliées par le dos d'âne du Pont-Vieux, les deux parties de la ville ancienne ont gardé un cachet d'une extraordinaire authenticité. Après un arrêt-sourire à Moncrabeau, "capitale mondiale des menteurs" - un concours de mensonges y est organisé chaque année - on atteint Condom, la ville de l'armagnac.

Il faut prendre le temps de flâner dans le lacis de ruelles médiévales de ses quartiers anciens, d'admirer la cathédrale gothique Saint-Pierre, la chapelle des Évêques et quelques beaux hôtels particuliers.

C'est à Valence-sur-Baïse, à dizaine de kilomètres au sud de Condom, que la rivière cesse d'être navigable, au moins provisoirement. Au pied de cette bastide médiévale se dresse l'abbaye de Flaran, chef-d'oeuvre de l'art cistercien du XIIe siècle, au moins comparable dans sa perfection à Fontfroide ou à Sénanque...
Louer un bateau  

 

Louer un bateau 


Crown Blue Line propose une croisière à bord d'un "house-boat" en aller simple du Mas d'Agenais à Valence de Baïse, avec restitution du bateau à Condom. Compter 38 heures de navigation (soit une semaine) sur le canal latéral de la Garonne et toute la partie navigable de la Baïse.

Les bateaux sont d'un maniement simple (une demi-heure d'apprentissage suffit) et aucun permis n'est exigé. Le confort à bord est excellent : carré, cabines, cuisine équipée, toilettes, douche et lavabo... La location d'un bateau conçu pour quatre adultes est à
quoi s'ajoutent les frais de gazole (environ 150 €), éventuellement de parking, de transfert de véhicule (voir ci-dessous) et de location de VTT (42 € par semaine) ou de vélo (30 € la semaine).
Renseignements et réservations : tél. 04 68 94 52 72
ou sur le site de Crown blue Line 

Y aller

Pour se rendre au Mas-d'Agenais, point de départ de la croisière :
En train, la gare la plus proche est celle de Marmande. Le transfert jusqu'au Mas-d'Agenais se fait en taxi (20,60 €, tarif spécial pour les clients de Crown Blue Line).

De Paris, compter environ 670 km. Parking couvert et fermé : 28 € la semaine. Possibilité de faire convoyer la voiture de Mas d'Agenais à Condom (95 €) où existe également un parking couvert et fermé.

En revenir 

Pour se rendre au Mas-d'Agenais, point de départ de la croisière :En train, la gare la plus proche est celle de Marmande. Le transfert jusqu'au Mas-d'Agenais se fait en taxi (20,60 €, tarif spécial pour les clients de Crown Blue Line).De Paris, compter environ 670 km. Parking couvert et fermé : 28 € la semaine. Possibilité de faire convoyer la voiture de Mas d'Agenais à Condom (95 €) où existe également un parking couvert et fermé.

Le point d'arrivée de la croisière proposée est Condom. 

En train, la gare SNCF d'Agen. Service de bus réguliers Condom - Agen (42 km, moins de 10 €). 

Loger dans la région 

  

Où loger et dîner ?

À Condom
 

Les Trois Lys, 38 rue Gambetta, tél. : 05 62 28 33 33.
Au cœur de la ville, cet hôtel particulier du XVIIIe a un charme fou. Chambres avec cheminée, piscine, table de bel aloi... Chambres doubles de 50 à 135 € (basse saison) et de 55 à 150 € (haute saison), petit déjeuner 9 €, menus de 18 à 30 €.
Pour voir le site de l'hôtel,
un simple clic ici !

À Valence-sur-Baïse 

La Ferme de Flaran, tél. : 05 62 28 58 22.
Entre prés et jardins, au pied de la vieille bastide et à deux pas de l'abbaye cistercienne, cette adresse l'une de celles que les Gersois vous recommandent le plus volontiers. Chambre double 47,50 € (basse saison) et 57,50 € (haute saison), petit déjeuner 7 €, menus de 16,50 à 29 €.
Infos en un clic ici ! 

À visiter

À Condom, le Musée de l'Armagnac 

2, rue Jules-Ferry, tél. : 05 62 28 00 80. Fermé le mardi et les jours fériés et le mois de janvier. Horaires : de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h entre avril et octobre du mercredi au dimanche, de 15 h à 17 h sauf le mercredi entre novembre et mars.
Un pressoir monumental - dix-huit tonnes -, une évocation des techniques vinicoles, de la distillation ou de la tonnellerie, etc. L'armagnac (son histoire et le cycle de son élaboration) est un thème inépuisable, tant il ramène en permanence à l'âme même de la Gascogne...
Voir le site du Musée de l'Armagnac

L'abbaye de Flaran 

 

Renseignements : tél. 05 62 28 50 19. Ouvert tlj (sauf 3 semaines en janvier). Horaires : de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. En juillet-août : 9 h 30 - 19 h.
Une visite indispensable : son site, son cloître et sa salle capitulaire font de Flaran l'une des plus belles abbayes de France...
Voir l'abbaye de Flaran 
 

Source l’Internaute 

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires