Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 00:30

De l'impact économique des Oscars

 

 

 

S'il reste difficile de compter combien d'espèces sonnantes et trébuchantes tombent dans l'escarcelle d'un producteur lorsque son film est nominé ou récompensé aux Oscars, plusieurs études évaluent le bonus-statuette entre 10 et 50 millions de dollars (8 à 38 millions d'euros).

Une étude menée en 2001 par des universitaires du Colby College conclut que l'effet Oscar est significatif lorsque le film est nommé dans des catégories importantes comme meilleur film, meilleur acteur et meilleure actrice. Elle portait sur des longs métrages sortis au quatrième trimestre, qui étaient donc probablement encore en salles lors de l'annonce des nominations voire lors de la remise des récompenses. Les films sortis plus tôt étaient déjà disponibles en DVD et aucune étude n'a mesuré l'effet Oscar sur leurs ventes.

Pour les oeuvres d'automne, une nomination se traduit en moyenne par 7,8 millions de dollars (6 millions d'euros) de recettes en plus. Un Oscar permet d'engranger 16 millions de dollars (12 millions d'euros) supplémentaires, selon l'un des auteurs de l'étude, Randy Nelson. "Les chiffres pourraient être encore plus élevés maintenant parce que les nominations et la cérémonie ont été avancés dans l'année", observe M. Nelson.

Avec ses collègues, il est en train de réviser son enquête pour prendre en compte les évolutions récentes. Désormais, les studios attendent moins pour sortir leurs films à l'étranger. Et ils commencent souvent à commercialiser le DVD alors que le film se joue encore en salle.

Une autre étude, publiée en 2005 dans la "Revue de l'économie culturelle", relève qu'une nomination dans la catégorie meilleur film ou meilleur premier rôle masculin peut faire tripler les recettes des entrées en salles. Une nomination dans la catégorie meilleur premier rôle féminin ne fait augmenter les recettes que de 150%.

Selon cet article intitulé "For Oscar Glory or Oscar money?" (Pour la gloire ou l'argent des Oscars), la majeure partie des bénéfices pécuniaires est engrangée après la nomination et le fait de recevoir ou non la statuette n'a qu'un impact limité.

L'impact d'un Oscar est plus important pour les producteurs indépendants, en quête de crédibilité pour financer leurs futurs films. Les majors qui reçoivent un Academy Award en tirent également avantage car ce succès critique leur permet d'attirer plus facilement les acteurs et les scénaristes de talent.

Pour l'analyste financier Harold Vogel, les bénéfices pour les studios sont surtout en terme d'image. "En fin de compte, vous obtenez surtout le droit de vous vanter", résume l'auteur de "L'Economie de l'industrie du spectacle".

En revanche, ça permet aux acteurs de négocier un plus gros cachet pour leur futur tournage. "Pour les individus qui remportent l'Oscar, ça double leurs revenus sur le prochain film, voire après", assure Harold Vogel.

 

Source Associated Press

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires