Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 00:10

Le Sahara et les Européens

 

Nous n’étions pas seuls au Tassili ; Juan Carlos y était également

 

Je me suis rendu cette année au Tassili du Hoggar avec mon fils Philippe et mon ami Rachid….Nous y avons passé des moments merveilleux….En rentrant nous avons croisé le cortège officiel prés de l’Aéroport….Nous avons eu droit à de nombreux bouchons….

 

Et oui c’était Juan Carlos qui filait sur Djanet

Quant à nous, nous nous sommes contentés du Tassili du Hoggar et la région de Tamanrassett, nous y avons rencontré des pères français….Nous avons rencontré des touristes français…nombre d’entre eux évitaient soigneusement la capitale…

J’ai trouvé des français valeureux…oh ! la majeure partie d’entre eux avaient la nationalité algérienne…

 

Des industriels français…..en Algérie ....Nenni…. !! On y trouve tout le monde sauf les Français….

 

Non contents de sacrifier les générations futures par un endettement (xceci s'applique à tous)énorme nos patrons audacieux ont rompu les liens que les générations antérieures avaient tissés….Oh tous les disciples de Malthus s’en féliciteront….. Mais nos enfants en pâtiront

 

Les bénéficiaires….. !! tous les autres qui auront su retisser les liens antérieurs

 

Oui je râle…. 

L’extrait  du quotidien l’expression :

Sur les traces d’une civilisation millénaire. Le plus grand musée à ciel ouvert du monde accueille le souverain espagnol depuis hier. L’ancienne zaouia senoussite, devenue en 1910, Fort Charlet durant l’occupation française, puis transformée en résidence présidentielle sous l’ère Chadli, héberge, depuis hier, son hôte de marque, Sa Majesté le roi Juan Carlos Ier.

Une occasion pour l’oasis de Djanet, considérée, à juste titre, comme la perle du Tassili, de se revêtir de ses plus beaux atours et de faire étalage de la variété de sa culture immatérielle, musique, chants et danses caractéristiques à la région: Imzad, Tahamat, Sebeïba. Ses anciens ksour, El Mihane, Azellouaz et son minaret du XVIIe siècle attesteront d’une architecture unique que tend à envahir parpaing et béton. Un mariage, une fusion non seulement de mauvais goût qui travestit et confère une image hideuse à un héritage architectural, dont il faut réhabiliter le savoir-faire pour préserver ce patrimoine unique en son genre.

La promotion du secteur touristique figure en bonne place dans le plan de relance économique, initié par le chef de l’Etat, M.Abdelaziz Bouteflika, et les opérateurs espagnols ont affiché leur disponibilité à contribuer de manière efficace, en mettant au service des Algériens leur expérience et leur savoir-faire. Que manque-t-il, en fait, au Tassili pour faire du plus grand musée à ciel ouvert au monde un pôle incontournable du tourisme algérien, à l’instar de l’Ahaggar ou du tourisme saharien tout court? Tout y est. Manquent l’énergie et la volonté des hommes. Le Parc national du Tassili, 80.000km², classé patrimoine mondial par l’Unesco voilà plus de vingt ans, est considéré comme l’un des berceaux de l’humanité.

 

Les abris et parois rocheuses, en grés, recèlent les plus belles peintures et gravures du monde, retraçant l’histoire d’une civilisation, plusieurs fois millénaire, par le biais de scènes quotidiennes exceptionnelles, bribes d’un mode de vie, d’une organisation sociale qui nous a conduits jusqu’à l’apparition de l’écriture, le Tifinagh. Le roi d’Espagne, la reine Sofia et la délégation qui les accompagne en sortiront, gageons-le, plus qu’éblouis. La région d’Iherir, quant à elle, classée réserve de la biosphère dont l’oued qui traverse le village éponyme pratiquement huit mois sur douze, regorge de gueltas permanentes qui abritent plusieurs variétés de poissons, en plus d’être une escale privilégiée d’espèces d’oiseaux migrateurs.

 

Le ciel tassilien constitue un des parcours de migration des cigognes. La ville de Djanet ne dispose, cependant, que de trois structures d’accueil. Le Ténéré, à 10km de l’entrée de la ville, conçu de manière moderne, dont l’architecture est intégrée à l’environnement, l’hôtel Zeriba au centre-ville et l’Auberge de l’Office national algérien du tourisme (Onat), située en contrebas de l’ex-Fort Charlet et surplombant l’oasis de l’oued Idjeriou avec une vue imprenable sur les contreforts des monts tassiliens. Les agences de tourisme, qui s’étaient multipliées ces dernières années, se sont souvent heurtées à un problème de taille, lors de la tragédie nationale qui a, paradoxalement, nui de manière spectaculaire à une région, pourtant épargnée par les actes terroristes, la raréfaction des touristes.

 

Et pourtant, ce n’est pas la faute d’avoir écumé les nombreuses foires internationales: Berlin, Paris, Londres, Madrid, Milan...ont été ciblées. Rien n’y fit. La destination Algérie n’était point recommandée. Les agences de tourisme ont échoué dans leurs tentatives de marketing. Manque de savoir-faire? Manque de professionnalisme ou manque de moyens tout court? De toutes les façons, tous s’accordent sur un point: la cherté du billet d’avion. Un aller-retour Alger-Djanet-Alger avoisine les 30.000DA. Ajouté à cela le peu de vols qui assurent cette desserte, pourtant tant convoitée, et cela donne la réponse schématisée d’un «fiasco touristique» qui représente l’une des principales activités économiques de la région. L’opportunité est offerte aux agences touristiques pour convaincre leurs hôtes espagnols d’un partenariat qui devrait s’avérer fructueux et exaltant pour le développement de la région.

 

Synthèse de l'article - Equipe Algerie-Monde.com
D'après l'Expression, le 15 mars 2007.

 

Je vous passerai toutefois les magnifiques photos que j’ai réalisées la bas dès mon retour en France

amicalement

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires