Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 23:51

Visite guidée à Ghardaïa  

L’incontournable escale

 

 

 

 

Ghardaïa, vous serez sûrs de ne rien manquer de tout ce qui fait le charme d’une ville impériale. D’un côté, il y a le désert et ses interminables étendues ocres. De l’autre, Ghardaïa avec son minaret qui perce le ciel pur.  

Sur une colline perchée et nichée au cœur de sa splendide palmeraie, Ghardaïa se déploie dans un festival d’architectures qui témoignent de son histoire millénaire. Ses concepteurs ne furent ni architectes ni urbanistes, ils n’ont jamais côtoyé les universités faiseuses de bâtisseurs. Ils n’avaient que des mains expertes. Armés de volonté, ils ont bâti pierre par pierre pour faire d’un territoire que la nature ne dorlotait point, un petit coin de paradis, dont la simple évocation est déjà une évasion. Le visiteur restera émerveillé devant le génie scintillant d’hommes qui n’avaient que leur courage à faire prévaloir sur des terres stériles et arides. Le M’zab, et plus particulièrement Ghardaïa, apporte au tourisme plus qu’aucune autre région. Un génie qui s’est déployé au Xe siècle. 

 

Ghardaïa est née 

 

Son histoire commença à ce moment-là par Daïa la bédouine, qui, à tout hasard, rencontra Cheikh Baba Ould Djenima et s’accordèrent une pause tendre qui aboutit à une chaude accolade qui les unit à tout jamais. C’est la destinée de cette grotte isolée au sommet d’une colline. Ghardaïa naît : elle devient l’escale incontournable qui suborne tant de visiteurs avides de se libérer des lacets angoissants de la grande ville. On vient à Ghardaïa comme en pèlerinage. L’air saharien extrait une oisiveté et une nonchalance qui, par enchantement, deviennent valeurs. Les corps livrés à eux-mêmes retrouvent une allègre volupté. L’imaginaire s’éclate ; le désir retrouve ses ailes ; la tête rongée par l’incommodité quotidienne se gravant de songes. Le désert devient plénitude ; il emplit le vrai désert qui est en nous. L’on retrouve cette légèreté qui doit être d’essence humaine. Découvreurs, les premiers habitants du M’zab engagent un combat sans merci pour enraciner les piliers d’une ville et s’imprégner des vrais vertus de l’lslam. Il fallait vaincre l’adversité maîtresse des lieux qui, telle une gardienne, déployait ses manœuvres qui décourageaient plus d’un. Mais la rage de vivre et de vaincre étaient plus fortes que la chaleur et le vent de sable réunis. L’espace réduit et l’intransigeance du climat imposent une architecture typique qui soit à la fois utilitaire et esthétiquement irréprochable. Le pari insensé d’aménager un espace viable qui vient tempérer les balades des vents de sable et les coups de chaleur et qui devient, en prime, une curiosité mondialement reconnue et magistralement tenu. La pentapole du M’zab fait penser à une fourmilière où les variations de formes convergent harmonieusement avec les couleurs aux tons purs où dominent le blanc, le bleu et le beige. L’activité de la population est comparable à celle des fourmis : les unes aux autres, unies et engagées pour un travail collectif. Sa majesté la mosquée est l’omniprésente gardienne des valeurs musulmanes, des traditions et de la discipline communautaire. La grande force et la bonne santé du M’zab tient en grande partie au respect des valeurs ancestrales qui restent le meilleur rempart contre le déferlement de la civilisation qui menace les fondements de sa société. A observer la fébrilité des populations, on cherche sans chômer à débloquer dame paresse. « Le travail, rien que le travail » telle est la devise inscrite au fronton d’une ville modèle par bien des aspects. Les ruelles labyrinthes de la ville s’animent d’une fébrilité chaque jour renouvelée. Toute cette agitation converge de la rue Aouassaâ, de la rue Cheikh Ami Saïd et de la rue Ibn Rostom vers la place du marché, véritable baromètre de l’activité commerciale. On y trouve pêle-mêle des légumes toujours frais, fruits d’une agriculture saharienne prometteuse mais souffrant d’un manque évident de moyens matériels. Dans cette fourmilière, tout s’achète et tout se vend ; du tapis du M’zab qu’on exhibe avec une pointe d’orgueil, aux condiments qui répandent leurs exhalaisons odorantes en passant par un bric-à-brac bien romantique. Epicentre de la ville, le marché de Ghardaïa est un lieu de vie et de fête pour des centaines de nomades qui déferlent d’Aflou, de Ouargla, d’Adrar ou de Timimoun pour acheter ou écouler leurs marchandises. Il est le rendez-vous tant attendu d’une foule composite qui va du marchand au client, en passant par le touriste et le simple curieux. Dès l’aube, ils investissent un espace qui, soudain, devient coloré et vivant d’une vie saine faite de gestes et de pratiques séculaires. 

 

Le marché, un lieu de rencontres 

 

Les truffes de Béchar et les cacahuètes de Seb Seb côtoient les légumes de Laâdira et de I’Intissa et les vieux marchands à la criée, tannés par le soleil, symbolisent toute la beauté et la générosité de la vie mozabite. Les nombreuses boutiques parsèment de chaque côté le marché et s’ouvrent tels des joyaux pour découvrir une floraison de tapis, de burnous et de babouches qui font de ce lieu un musée à ciel ouvert où l’ancien côtoie, dans une discordance difficilement conjugale, un présent (l’électronique et les portables quoique informels). Le marché joue un rôle important dans la vie des gens du Sud. Il est le lieu privilégié où le nomade s’accorde une halte pour s’enivrer des couleurs abondantes. Quant au sédentaire, il retrouve par la magie de ce grand rassemblement un espace important de sa belle époque que les perfidies du temps tendent à engloutir. Et le touriste découvre, dans un élan de curiosité empreint d’exotisme, la chaleur humaine qui transparaît sur chaque visage mozabite et qui dissipe les séquelles de ce fléau des temps modernes appelé stress. Au fil des heures, la ville s’échauffe de ses gens et du soleil pour atteindre le plein bouillonnement, en milieu de journée, la foule compacte se disperse (prière oblige) en se donnant rendez-vous pour le lendemain pour un éternel recommencement au goût de fête. A votre retour, en quittant Ghardaïa, l’hiver vous paraîtra beaucoup moins long. Ainsi, vous aurez constaté que la naissance de Ghardaïa est incontestablement le fruit de la volonté et de l’amour de ses concepteurs. Elle est condamnée à rester belle. Aidez-là à rester belle, ne serait-ce que par votre pensée. 

 

Source El Watan 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ghardaïa, vous serez sûrs de ne rien manquer de tout ce qui fait le charme d’une ville impériale. D’un côté, il y a le désert et ses interminables étendues ocres. De l’autre, Ghardaïa avec son minaret qui perce le ciel pur.

 

 

Sur une colline perchée et nichée au cœur de sa splendide palmeraie, Ghardaïa se déploie dans un festival d’architectures qui témoignent de son histoire

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Michel 15/12/2009 17:19



Essai :une autre photo de Ghardaia



Le Pèlerin 15/12/2009 21:18


Salut Michel,
La photo n'est pas passée
je crois qu'au travers des commentaires ce ne soit pas possible
Si tu n'y arrives pas une seconde fois je te filerai ma messagrie perso
Cordialement,
Le Pèlerin