Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 23:33

Le sachet de lait à 40 DA !

 

 


Dans certains quartiers d’Alger, notamment, à Meissonnier, le prix du lait en sachet a atteint les 40 DA.
Chez certains commerçants du coin, le lait en sachet ne coûte plus 25 DA.
Décidément, la spéculation bat son plein sinon comment peut-on expliquer un tel état de fait en sachant que les pouvoirs publics ont signifié clairement aux producteurs que le prix du sachet de lait qui est subventionné par l'Etat, ne sera pas augmenté dans le court terme. Le ministre du Commerce, El Hachemi Djaaboub, a affirmé à maintes reprises que ce prix restera inchangé quelles que soient les circonstances.
Autrement dit, l'idée d'une augmentation survenue au niveau de la production reste écartée dans la mesure où les producteurs qu'ils soient privés ou publics tentent de s'organiser depuis quelque temps pour faire valoir leurs doléances. Le gouvernement a d'ailleurs répondu favorablement aux sollicitations des industriels du lait en annonçant la création d'un office interprofessionnel du lait.
Un certain nombre de mesures destinées à préserver l'approvisionnement des unités de production en matière première de manière à assurer la disponibilité des produits sur le marché et à maintenir inchangés les prix au consommateur, ont été arrêtées effectivement au début du mois de mars. L'Office de lait aura pour mission la distribution et la régulation du marché national. Celles-ci se feront, soit par l'importation du lait en poudre et sa distribution aux transformateurs, soit par des subventions directes aux transformateurs du lait pour le sachet pasteurisé. "Les transformateurs vont être soutenus par l'Etat pour qu'ils ne travaillent pas à perte", dira Djaâboub. En d'autres termes, seuls les distributeurs et les commerçants peuvent être impliqués dans l'augmentation des prix du lait en sachet. Ils profitent de la pénurie observée sur le marché pour faire dans la spéculation.
Quoi qu'il en soit, le consommateur est touché directement et la question qui se pose est : où sont passés les services de contrôle de la qualité et des prix relevant du ministère du Commerce ? Ces pratiques qui pénalisent le consommateur sont à bannir. Ce qu'on peut dire en tout cas, c'est que le dénouement de crise qui secoue la filière lait n'est pas pour demain. La situation s'est compliquée davantage et les industriels du lait en Algérie sont très inquiets.
Ils dénoncent l'immobilisme des pouvoirs publics et appellent le gouvernement à agir très vite sous peine de voir toutes les unités de production mettre la clé sous le paillasson.
Après les perturbations constatées ces dernières semaines sur le marché national en matière d'approvisionnement des détaillants, qui n'est plus régulier depuis plusieurs jours, les consommateurs assistent impuissants à une augmentation anarchique des prix. La disponibilité du lait en sachet pasteurisé est perturbée. Aussi, la fermeture de 18 laiteries privées est certainement à l'origine d'une telle situation. La flambée des prix de la poudre de lait a poussé les unités de production à suspendre, voire changer d'activité ou fermer carrément. Les unités privées qui activent encore ne fonctionnent qu'à 50 ou 60% de leurs capacités. La situation est critique !

Source Le Maghreb

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires