Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 23:30

En attendant son extradition vers la France
Rafik A. Khalifa derrière les verrous

 

 L'aventure de Rafik Abdelmoumène Khalifa semble être arrivée à son terme. L'homme d'affaires algérien, accusé d'association de malfaiteurs, d'escroquerie et de détournements et autres chefs d'inculpation, a été arrêté le 27 mars 2007 dans l'ouest londonien par la police britannique de Scotland Yard. C'est suite à un mandat d'arrêt européen délivré par la France, que cette arrestation a eu lieu, que les autorités françaises motivent pour les chefs d'inculpation de blanchiment d'argent, abus de confiance et banqueroute frauduleuse.

 

Interrogé à deux reprises vers fin février et la deuxième moitié du mois de mars, par la justice britannique, Abdelmoumène R. Khalifa a été libéré sous caution et devait rester à Londres, pour les suites qui devaient être données à l'enquête, alors qu'il se trouve sous le coup d'un mandat d'arrêt international délivré par l'Algérie qui demande son extradition aux autorités britannique. Entre-temps, le procès dit de la Banque Khalifa a eu lieu Blida, et le verdict est tombé, qui condamne, entre autres, A. R. Khalifa, par contumace, à la réclusion à perpétuité.
Laissé en liberté sous caution jusqu'au 22 mai par les autorités londoniennes qui requéraient un complément d'enquête, Rafik Khalifa a vu cette relaxe écourtée du fait du mandat d'arrêt européen délivré par la France.
Le procès marathon qui a concerné l'affaire Khalifa en Algérie s'est déroulé en l'absence des principaux inculpés dans cette affaire, notamment la personne qui a donné son nom au groupe et au scandale qui s'en est suivi. Par ailleurs, toutes les personnes condamnées dans cette affaire, par contumace, ont été frappées par des condamnations à perpétuité.
La France, où Abdelmoumène Khalifa a créé des activités économiques qui ses ont très rapidement révélées frauduleuses dès le gel, le 27 novembre 2002, des activités de la banque Khalifa en Algérie, devrait demander, dans les jours qui suivent, l'extradition de Abdelmoumène Khalifa et il ne fait aucun doute que l'issue du procès qui s'ensuivra sera la condamnation, du fait qu'en France des preuves accablantes pèsent sur cet homme d'affaires, qui avait été, dès ses premières sorties de milliardaire en France, décrié par des hommes politiques français.
Il a fallu que la France délivre un mandat d'arrêt européen pour qu'immédiatement celui-ci soit suivi d'effet de la part des autorités britanniques, qui se sont montrées, par ailleurs, très frileuses à l'idée de répondre à la requête algérienne d'extrader cet homme, pourtant recherché pour un crime financier, l'un des plus graves de ce siècle. Mais cette arrestation qui devrait être suivie d'extradition vers la France, promet encore des suites, puisqu'il faudra attendre pour voir si, de son côté, la France obtempérera à une demande algérienne d'extradition. Le dernier épisode Khalifa vient peut-être de commencer.

 

Source la Nouvelle République

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires