Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 23:13
Alors qu’elle abrite Timgad

 

Batna à la recherche de sa vocation touristique

 

Les vestiges romains de Timgad 

 

Le tourisme dans la région des Aurès n’arrive toujours pas à s’imposer comme une économie locale. La présence d’une valeur sûre, comme le site de Timgad, n’est toujours pas mise à profit pour développer un tourisme culturel porteur. Bien que responsables locaux du secteur, gérants d’hôtels et agents de voyages se rejettent la balle, le constat est amer et la responsabilité est collective, celle d’une politique qui n’a jamais existé par le passé. 

Selon son directeur du tourisme de la wilaya, une action d’envergure est menée depuis 2005. Un diagnostic exhaustif a été élaboré
à travers toutes les localités de la wilaya pour évaluer l’état des lieux
du secteur. Pour les sites et vestiges, comme c’est le cas pour les régions de Boumia, Timgad, N’gaous, Ghouffi et Ghassira, entre autres, un inventaire a été fait sur la base duquel
un plan de mise en valeur a été concocté.
Côté hôtellerie, le discours est la mise à niveau des hôtels pour limiter les dégâts, dans un premier temps, et améliorer les prestations dans un second. Sur les 15 hôtels en exploitation et dotés d’une capacité d’accueil de 730 lits, seulement 6 sont classés selon des considérations qui ne répondent plus aux exigences d’un marché aussi bien national qu’international de plus en plus soumis à une rude concurrence en matière de qualité.
Les travaux de la commission de wilaya de classement sont toujours en cours à Batna. Toutefois, seul un grand effort d’investissement privé dans le secteur de l’hôtellerie est à même de niveler par le haut une prestation qui souffre depuis l’indépendance de situation de monopole de fait. À ce titre, pour cette année, 6 nouveaux hôtels seront réceptionnés dans les régions de Manaâ, T’kout et Batna-ville.
S’agissant de la promotion, elle reste toujours absente dans la capitale des Aurès. Selon les responsables de la direction du tourisme, il est question, en premier lieu, de relancer la fête locale pour stimuler la demande potentielle. Une fête annuelle a été organisée, et pour la première fois, le mois de mai dernier.
En 2006, dans le cadre du programme des Hauts-Plateaux, un plan spécial de plus de 140 millions de DA a été arrêté. Il s’agit de la réhabilitation du noyau traditionnel d’architecture arabo-musulman de M’doukel et de la création et la réhabilitation de 40 pistes touristiques à Mahmel, Oued El Chaâba, N’gaous et Rym. En terme de chiffres, la wilaya de Batna a accueilli l’année dernière 3 585 touristes étrangers, chiffres des hôtels et des agences de voyages cumulés, avec risque de double imputation. Entre hôtels et agences de voyages, le secteur emploie 217 personnes. Un chiffre minime vu le grand potentiel touristique dont dispose la wilaya qui compte plus de 500 sites archéologiques, dont 18 classés. Reste à souligner le problème des ressources humaines. Le secteur, c’est aussi la tendance nationale, souffre du manque de compétences. Le travail de promotion, qui incombe en premier lieu au ministère du Tourisme, est partagé aussi par les agences de voyages, au nombre de 21, activant sur le territoire de la wilaya. Toutefois, seuls 2 agents de voyages locaux font dans le réceptif. Quant à l’ensemble des activités du reste des agences, il se limite à la omra et à la vente des destinations étrangères, telles l’Égypte et la Tunisie. Chez les responsables d’agences de voyages de Batna ce ne sont pas les arguments qui manquent. Selon eux, beaucoup de contraintes bloquent leur essor. En premier lieu, il y a la question de la commission sur la vente des titres de voyages. Selon un membre de la Confédération nationale des opérateurs du tourisme (COT), la baisse de cette dernière a négativement influé sur leurs chiffres d’affaires et, par conséquent, sur leur capacité de participation aux activités de développement du secteur. Cette baisse de 4%, décidée par Air Algérie en avril 2006, sur les réseaux nationaux et internationaux, s’est avérée “finalement bénéfique aux seules agences et compagnies étrangères”. En effet, la tendance vers la commission zéro est inscrite dans le plan de charge de l’Organisation internationale des transporteurs aériens (IATA), qui inscrit aussi pour les prochaines échéances la disparition du billet en papier pour le remplacer par le billet électronique. 

Source Liberté 

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires