Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 23:00

LES NEGOCIATIONS SONT EN COURS AVEC LES SOUMISSIONNAIRES
La poudre de lait viendra d'Europe

 

 

 

Les négociations sont en cours pour le choix des fournisseurs des 20 000 tonnes de poudre de lait que l’Algérie a décidé d’importer. Milk Trade, filiale de Giplait, discute les prix avec les soumissionnaires intéressés en vue de dégager la meilleure offre. En l’absence des Américains, ce sont les Européens qui rafleront le marché. Ces derniers sont en position de force après l’annonce faite par le ministre de l’Industrie qui a rendu publics les besoins de l’Algérie, ce que les initiés considèrent comme un impair puisque de telles informations stratégiques ont pour effet immédiat l’augmentation des prix sur le marché mondial.
Ils estiment, en effet, qu’au même titre que le blé, chaque pays doit avoir un stock de sécurité. Dans un marché où les prix fluctuent, la moindre tension sur le lait dans un pays peut avoir des conséquences sur les cours. Et c’est justement ce qui s’est passé. Sans donner trop de détails au sujet de l’identité des soumissionnaires, ni verser dans la polémique, M. Lamri, P-dg de la filiale, a indiqué que Milk Trade avait reçu un nombre important d’offres, ce qui explique que la séance d’ouverture a duré toute la journée de lundi. A ce stade, la filiale de Giplait étudie les offres en vérifiant qu’elles répondent au cahier des charges, non seulement en ce qui concerne l’origine de la poudre mais également son prix. Selon des sources proches de Milk Trade, les soumissionnaires auraient proposé des prix élevés et les négociations s’avèrent ardues. Optimiste, le P-dg de Milk Trade a, quant à lui, estimé que dès la semaine prochaine, les négociations seront finalisées. “Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. L’Algérie aura ses 20 000 tonnes qui, d’ailleurs, ne constituent que la consommation de quatre ou cinq mois”, dit-il, ajoutant que l’Algérie avait pour habitude d’importer des quantités beaucoup plus importante, sans que cela pose de problèmes particuliers. “Habituellement, les fournisseurs traditionnels de l’Algérie sont soit européens, soit américains mais actuellement, les Américains sont absents du marché en raison du manque de disponibilité de la poudre de lait.” Face aux Européens, les Algériens vont tenter d’obtenir un prix “raisonnable” même si, en raison de la forte tension qui a prévalu pendant plusieurs jours, il n’est pas certain que les fournisseurs acceptent de revoir à la baisse leurs prix. Traditionnellement cédée à 2 000 dollars, la tonne de poudre de lait a atteint la somme de 3 500 dollars, voire 4 000 dollars sur le marché mondial. L’importation des 20 000 tonnes de poudre de lait sera suivie par d’autres opérations et sera assurée par Giplait en attendant que l’Office du lait voie le jour en septembre. Le groupe public devra, en attendant, revendre la poudre importée aux producteurs nationaux. En moyenne, l’Algérie paye une facture de 600 millions de dollar tandis qu’elle s’élevait, l’année dernière, à 550 millions de dollars. En moyenne, l’Algérie a des besoins qui avoisinent 2 500 000 litres par jour et n’est toujours pas en mesure d’assurer son autosuffisance en dépit des différentes mesures annoncées régulièrement par le ministère de l’Agriculture.

 

 

 


Source Soir d’Algérie

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires