Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 00:05

Les trois kamikazes auteurs des attentats de mercredi étaient Algériens

 

L’inexplicable suicide de trois jeunes Algérois

 

Les trois terroristes derrière le double attentat de mercredi dernier ont préféré se faire exploser plutôt que d’être arrêtés. Ils ont pris pour cibles des édifices étatiques, symboles du pouvoir exécutif.

 

Qui sont ces trois kamikazes qui ont pu synchroniser leur action barbare ? D’où viennent-ils ? Sont-ils fichés au niveau des commissariats ? Sont-ils des repentis ou bien sont-ils de nouvelles recrues ? Sont-ils affiliés à Al Qaïda et ont-ils donné leur vie pour une véritable cause ou pour uniquement de l’argent, parce qu’ils vivent dans la misère ? Ce sont entre autres les interrogations que se pose la population au lendemain des attentats qui ont ébranlé le cœur de la capitale. Les trois kamikazes, d’après les services de sécurité, ne sont ni des Afghans, ni de tendance chiite. Ce sont des individus de nationalité algérienne et résidant en Algérie. Selon notre source, c’est pratiquement la première fois que des individus natifs d’Alger, la capitale, commettent des attentats dans le centre-ville, non loin de leur demeure. « Durant la décennie noire, les attentats perpétrés à Alger sont à 90% commis par des terroristes résidant à l’extérieur, soit Boumerdès, Bouira ou autres... Cette fois-ci, les terroristes sont des Algérois et ils sont tous les trois très jeunes. Leur âge ne dépasse pas la trentaine », a expliqué une source qui a requis l’anonymat. Parmi les trois kamikazes, deux ne sont pas connus des services de sécurité, ce sont de nouvelles recrues. Selon certaines indiscrétions, l’un habiterait Baraki et l’autre résiderait à Larbâa. Par contre, le troisième terroriste est fiché au niveau de la police. Celui-ci aurait des antécédents avec la justice, il habite le Lotissement Michel à El Harrach. Il s’agit de Mouadh Bin Djabal, de son vrai nom Boudina Merouane, âgé de 28 ans, et dont la photo a été diffusée par l’organisation Al Qaïda au Maghreb islamique. Celle-ci a, pour rappel, revendiqué mercredi l’attentat sanglant. Boudina Merouane avait pour « mission » d’attaquer le siège du Palais du gouvernement. Selon notre source, il était bourré d’explosifs et a pris d’abord la peine de sortir de son véhicule piégé non pas pour fuir, mais pour se faire exploser en même temps que la voiture. « Ce jeune habitant dans un bidonville a accepté probablement d’être pris en photo à visage découvert parce qu’il est recherché par les services de sécurité. En somme, il est connu et il n’a donc rien à perdre ni à craindre. Tandis que les deux autres, ils ne sont pas connus. Ce sont de nouvelles têtes qui ont préféré envelopper leur visage dans un turban vert kaki pour qu’ils ne soient pas reconnus, afin de protéger leurs proches », a précisé notre source qui fera remarquer que « l’identification des terroristes demande du temps et un travail d’investigation. Nous tentons pour le moment de recouper les informations et de remonter la piste des commanditaires des deux attentats sanglants ». Depuis mercredi, les services de sécurité sont à pied d’œuvre, à la recherche du moindre indice pouvant les renseigner sur l’identité des kamikazes, sur la nature des explosifs utilisés... « Les auteurs des attentats ont été pulvérisés dans les voitures suicide qu’ils ont lancées contre leurs cibles et les indices qu’ils ont laissés, essentiellement de la ferraille calcinée et des lambeaux de vêtements, semblent ténus », ont affirmé les experts. Notons que dans un communiqué publié sur un site internet islamiste, utilisé souvent par le réseau d’Oussama Ben Laden, la branche locale d’Al Qaïda a confirmé que trois de ses combattants ont perpétré les attentats à la voiture piégée. L’attentat contre le siège d’Interpol à Bab Ezzouar a été commis par le kamikaze Zoubeir Abou Sajida et le troisième attentat qui a visé le siège des forces spéciales de la police dans la même localité a été mené par Abou Dujana. Nabila Amir

 

Souirce El Watan

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires