Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 23:31

La Descente aux Enfers de l'Agriculture Algérienne (1/5)  

 

J’ai trouvé sur badja.com cet excellent article que je soumets à votre appréciation ....Bonne lecture ….Amicalement,  

 

1. Introduction

Dans le cadre de la rubrique DJAZAIROUNA, il y aura cette sous-rubrique concernant l'agriculture algérienne et ce que j'ai appelé "sa descente aux enfers".   

 

2 Pourquoi 


Pour la simple raison que j'étais un cadre du ministère de l'agriculture que j'ai vite déserté pour le ministère de l'enseignement supérieur. De plus, j'avais une toute petite exploitation agricole, mais toute petite. Ingénieur agronome, spécialisé dans la science du développement, je pense être autorisé à vous en parler en connaissance de cause.

Oui, j'ai assisté, quelques fois impuissant à ce que j'appellerais "l'exécution sommaire" de la branche nourricière de notre pays, de cette agriculture qu'on avait confiée entre les mains d'irresponsables, dont le seul but était de se remplir les poches. Oui, je vais, à travers cette sous-rubrique, soulever avec vous et j'espère avec vous les raisons qui ont fait que notre agriculture est actuellement sinistrée.

 

 

Je vais tenter d'avoir un discours vulgarisateur afin que mon message soit mieux perçu par les non-initiés. Mon but n'est pas de régler des comptes avec des personnes mais de vous prouver que nous aurions pu, si les conditions étaient réunies, de mieux gérer notre patrimoine à tous : EL FILLAHA YAL KHAOUA !...

2.1 Et pourquoi ce besoin de vous en parler ?

Parce que je suis interpellé tout simplement par une évidence qui me cingle l'esprit. Savez-vous que les pays forts actuellement ne sont pas ceux qui détiennent la bombe H ou une technologie de quelque sorte que ce soit...
Non, les pays forts du moment sont ceux qui s'auto suffisent en termes d'alimentation et qui se permettent même d'asseoir leur développement sur leurs exportations en matières agricoles. Quel luxe et quelle arme redoutable. Oui, parce qu'on a beau détenir l'arme atomique, si le voisin du dessus ou du dessous en possède aussi, on a vite fait le tour, on appuie sur les boutons et Basta.

Non, détenir l'arme alimentaire est bien plus précieux.

 

 

2.2 Et notre pays dans tout ca?

 

 

L'image que l'Algérie était le grenier de Rome est révolue. Brutus et César sont loin de nous mais parlons de l'époque contemporaine qui nous concerne.

 

 

Ce que l'on peut d'ores et déjà dire, c'est qu'au lendemain de
l'indépendance, l'Algérie détenait cette arme alimentaire, Oui YA LKHAOUA, l'Algérie se suffisait en termes alimentaires. Elle pouvait faire vivre la population autochtone et se permettait même d'exporter des fruits et légumes vers la métropole. Il y avait des bateaux qui filaient vers la France dont les soutes étaient remplies d'oranges et même de céréales. Oui, le blé dur algérien est l'un des meilleurs AU MONDE de part ses
qualités gustatives et ses aptitudes à se concilier à toutes sortes de minoteries. ARRHHHHHAAAAAAOUATES !...

 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, ils peuvent se renseigner, la variété
BEN BACHIR était très appréciée par les meuneries parisiennes qui en raffolaient pour leur clientèle huppée : Oui, mesdames et messieurs, avec la variété BEN BACHIR, on faisait le pain blanc qu'on dégustait chez MAXIM'S, Le FOUQUET'S ou autre palais gastronomiques.

Alors, que s'est-il passé en 38 ans pour que notre pays devienne à la merci des autres pays pour LA NOURRITURE de ses concitoyens autochtones. Loin de moi tout discours alarmiste, mais si demain, chaque pays devait prendre la décision de vivre en autarcie, c'est-à-dire (garde ton blé, je garde ma technologie ect...) eh bien, YA LKHAOUA, notre réserve est de.....45 jours.... Entre temps, on pourra peut-être trouver une recette pour manger...
notre pétrole. Quoique l'on parle de la possibilité de fabriquer des steaks tartares à base de pétrole... Trêve de balivernes et passons aux choses sérieuses.

 

 

Non, la situation peut se résumer ainsi et ATHHABOUUUUU OILLA
TAKKARHOUUUUUU, la situation est grave mais pas désespérée car les Algériens ont des ressources insoupçonnées . Je dis ça pour me consoler et pour vous consoler. Mais le soleil a été longtemps caché par le tamis que les mailles de ce dernier ont été carbonisées par l'énergie solaire et que maintenant, les dirigeants du pays n'osent plus nous montrer ce tapis car on démasquerait
vite la supercherie et leurs visages transis de peur et de honte... Quoique je ne suis pas sûr sur ce dernier point !...

 

 

A suivre

 

 

Source Bahdja.com

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires