Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 00:57

Sud algérien – Tamanrasset - Communauté européenne

Une idylle recherchée

touareg

 

La nouvelle circule comme une traînée de poudre dans des milieux féminins dans plusieurs pays de la Communauté européenne. De bouche à oreille, il est dit que la région du Hoggar est un gisement d’hommes libres.

Les Touareg sont réputés vigoureux, peu exigeants, fidèles amoureux et non corrompus par les temps modernes. Des mecs d’une rare épaisseur humaine… Et toutes ces qualités se perdent chez l’homme moderne. Ces discrètes confidences qui relèvent du renseignement sont prises au sérieux par de nombreuses femmes à la recherche de l’Amour avec un grand « A » dans les bras vigoureux d’un homme bleu à saisir dans cette immensité désertique du Sahara. La jeune Corinne qui travaille dans une agence parisienne de tourisme gère près de 5000 passagers par an aux deux destinations de Tamanrasset et Djanet, à raison de deux vols hebdomadaires. Les débuts de cette entreprise étaient modestes. Mais depuis la béatification du père de Foucault, Tamanrasset devient une destinée de tourisme religieux. Les pèlerins arpentent à pieds la côte de l’Assekrem et les amoureux de la nature découvrent « le plus grand musée du monde à ciel ouvert » dans le parc de Djanet. Dans cette masse de touristes, il y a de nombreuses candidates au mariage qui viennent de Hollande, de Suisse, d’Allemagne, de France et surtout de Belgique. Le nombre de ces femmes est significatif pour justifier un regard particulier et une prise en charge adaptée. Corinne se défend d’être une agence matrimoniale déguisée pour le rapt d’innocents Touareg. Elle précise que les candidates au mariage se recrutent majoritairement dans les professions libérales. Courageuses jusqu’à la témérité, elles bravent les tempêtes de sable, les distances et par-dessus tout, elles affrontent avec une certaine audace l’administration pointilleuse de nos consulats pour la délivrance du visa. C’est l’exemple de cette jeune Franco-Japonaise qui a convolé en justes noces avec un Targui. Elle a trouvé son bonheur dans l’austérité de la vie de nomade et transhume désormais entre le Niger et l’Algérie. Son sage mari qui préfère sa vie de nomade ne veut pas quitter son immense paradis. La jeune femme qui a su montrer de réelles qualités d’intégration, partage sa vie entre l’Europe où elle exerce son métier de journaliste et le Sahara où elle vit la sensation de l’absolu et aide son mari dans le commerce des chameaux. Il paraît que l’amour rend fou. Pour ce qui est de la folie, un Targui en a payé la rançon en région parisienne. Depuis son mariage et son « transfert » en France, il lui était interdit par sa femme de quitter le domicile. Il s’est retrouvé séquestré dans un F3. Jalouse, sa belle Joséphine ne pouvait consentir à le laisser libre et livré au danger des regards d’autres femmes… Son beau Targui, elle le voulait sans partage. Jusqu’au jour où des amis sont venus à son secours. Délivré, enfin, il est retourné dans le Hoggar. Celui-là n’est pas prêt à repartir en Europe.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires