Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 23:21

Candidats, temps de parole et CSA

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir

 

sans jamais oser le demander

 

 

 

Le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) instaure des règles concernant le temps de parole  accordé aux douze candidats, que les médias doivent suivre. Avec l'ouverture de la campagne officielle, les règles deviennent  encore plus strictes.

 

1.          Une minute pour Sarkozy égale une minute pour Schivardi ?

 

 

 

Oui, depuis le 9 avril, l'égalité est le principe pour tous. Finie l'équité qui s'appliquait depuis le 1er décembre et qui impliquait un temps d'antenne propor­tionnel à la représentativité du candidat. Jusqu'au 22 avril, les chaînes se doivent d'accorder à chacun un même temps de parole dans deux catégories : l'information (JT et émissions politiques) et l’ensemble des autres émissions. Ainsi, des programmes quasi quotidiens comme En aparté sur Canal + peuvent faire défiler tous les candidats. En revanche, J'ai une question a vous poser ou A vous de juger ne sont plus program­més depuis l'application du principe d'égalité. « On passe notre journée avec des chrono­mètres, explique Ariette Chabot.  On est moins dans le journalisme que dans la comptabilité.»

 

Si aujourd’hui Jamel parle à la télé de Ségolène Royal, est-ce décompté du temps de la candidate ?

 

Oui. Parler des présidentiables, de près ou de loin, soulève donc certains problèmes. L'annonce d'un Vivement dimanche consa­cré, le 29 avril, à Laure Manaudou a fait des vagues.

 

Une candidate socialiste aux législatives a demandé le report «hors pé­riode électorale », car elle esti­mait que la présence parmi les invités d'une députée UMP don­nerait un avantage médiatique à Sarkozy. « Une requête surréa­liste », pour Michel Drucker, qui estime que « Laure nage pour les Français. » Le CSA n'a pas réagi, car son contrôle s'effectue uni­quement après la diffusion des émissions. Autre problème, le 21 mars, Éric Besson était invité sur LCI pour présenter son livre à charge contre Ségolène Royal.

 

Julien Dray (PS) a téléphoné chaîne, furieux : « Vous devez compter sur le temps de parole de la droite, pas sur le nôtre ! ».  LCI a choisi de faire figure député démissionnaire du chez les non-inscrits. D'autres comme Laurent Ruquier, dans  On n'est pas couché, ont chois simplifier la donne. «Je ne  vais pas vous demander pour qui vous allez voter. Avec l'égalité du temps de parole, le plus simple est de ne plus le demander

 

3. Qui chronomètre ?

 

Dans les coulisses du CSA,  douze observateurs gèrent en interne les chronomètres décortiquant, en permanence, les émissions des chaînes hertziennes. La plupart sont des étudiants, licenciés en droit ou sciences politiques. Pour chaînes du Câble et de la TNT,  les contrôles sont effectués au sein même des rédactions puis transmises au CSA. Quant à Internet, qui a une influence sans précédent dans la campagne présidentielle, il n'existe encore pas de contrôle.

 

Quelles sont les sanctions

 

Les sanctions appliquées par le  CSA sont souples, car les contrôles s'effectuent régulièrement et, au maximum, sous vingt quatre heures. Si un écart temps est observé, le gendarme de l'audiovisuel se contente généralement de rappeler à l'ordre. Ainsi, en début de ce pagne, LCI et BFM TV ont mises en garde pour «bipolarisation excessive »

 

 

 

Source TV Magazine

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires