Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 15:25

Biyouna montera les marches

la-source-des-femmes.jpg

Leïla Bekhti, Hiam Abbas, Hafsia Herzi et bien d’autres sont les héroïnes du film La Source des femmes qui sera présenté au jury le 21 mai.

Qui a dit qu’il n’y avait rien d’intéressant pour nous autres Algériens cette année à cette 64e édition du Festival de Cannes? Sélectionné en compétition officielle, le film très attendu est sans conteste La Source des femmes, du réalisateur Radu Mihaileanu (Va, vis et deviens, Le Concert).
L’un des 4 films français en compétition officielle, sera présenté au jury le 21 mai, soit 2 jours avant la clôture du festival. En quoi peut-il nous intéresser? D’abord, par le choix judicieux de ses interprètes féminines et du sujet fort délicat qu’il aborde. Intéressant, car son histoire se passe quelque part entre le Maghreb et le Moyen-Orient et surtout, il regroupe une pléthore de comédiennes des plus célèbres. A commencer par notre Biyouna internationale. Elle l’aura rêvé durant toute sa vie. Le 21 mai ce sera chose faite! Le tapis rouge sera déroulé pour notre grande Biyouna à l’occasion de ce film qui fera, à coup sûr, parler de lui.
Dans la bande annonce, on y découvre une Biyouna succulente, fidèle à elle-même, montée sur un âne, le portable à la main, à la recherche de l’hypothétique «réseau». En vain. Une femme perdue entre ciel et terre au milieu de nulle part...De l’humour qui est loin de cacher la trame de ce film chorale.
L’histoire de ce passionnant long métrage est bien singulière. Dans un petit village, les femmes sont contraintes d’aller chercher l’eau à la source, et cela depuis des décennies. Elles sont, malgré elles, les gardiennes d’un équilibre fragile.
Leïla (incarnée par Leïla Bekhti) est une jeune mariée qui va décider de se rebeller. Lasse de ce rythme infernal et imposé, cette jeune mariée décide de se lever contre l’ordre établi et par là même contre les hommes qui les font plier sous le poids des traditions. Son arme? La grève du sexe. Suivie par les autres femmes, verra-t-elle ses revendications aboutir? Pour forcer ces messieurs, la jeune femme instaure la grève de l’amour. Plus de sexe, tant que les hommes n’auront pas pris la place des femmes dans une société où l’homme s’octroie tous les droits.
Ce film qui sortira le 2 novembre prochain sur le grand écran... hexagonal (bien entendu!) regroupe ainsi une brochette d’actrices des plus célèbres à l’image de la sylphide et solaire Hiam Abbas (Satin rouge, Amerrica, les Citronniers, Chaque jour est une fête, etc.).
La Source des femmes est d’ores et déjà présenté comme «humain, drôle et féministe. Ce film de Rhadu Mijaileanu pourrait bien remporter un prix, voire plus».
La Source des femmes réunit aussi Leïla Bekthi, couronnée du César du meilleur espoir féminin 2011 pour son rôle dans Tout ce qui brille de Géraldine Nakache et Hafsia Herzi, récompensée du même prix en 2008 pour son rôle dans La Graine et le mulet de Abdellatif Kechiche.
Avec ce choix pas si innocent de comédiennes maghrébines ou d’origine maghrébine et d’autres étrangères à la renommée internationale (soit débutante ou espoir du cinéma français et d’autres nettement confirmées), il ne fait nul doute que ce collectif féminin, qui s’annonce gagnant, fera la force de ce film. Jamais un film n’aura rassemblé autant de têtes d’affiches aussi surprenantes que décalées et ce, dans un même film. Hiam Abbas aux côtés d’une Biyouna déjantée, cela s’apparente presque à de la science-fiction et pourtant le cinéma l’a fait, ou plutôt ce réalisateur et scénariste français d’origine roumaine l’a fait. Nominé dans trois catégories (Palme d’or, Grand prix et Prix du jury), croisons les doigts pour ce film, qu’on espère, distinguera notre talentueuse Biyouna.
Cannes, c’est l’univers de la magie et des rêves. Tout est possible donc! Pour faire de l’humour, on serait tenté de dire que le quota de nationalité étrangère dans ce film n’est pas très bien respecté...et c’est tant mieux!

Source L’Expression O. Hind

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires