Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 08:59

Algérie - Quelle politique sociale ?

La tripartite 2011

 La Triparite, une réunion entre gens de bonne compagnie

 

A bien des égards, le gouvernement Ouyahia a péché par une politique sociale inexistante. Du moins invisible. Et, il est pour le moins surprenant que l'explosion sociale qui embrase plusieurs villes du pays n'ait pas été «anticipée» par le gouvernement. La hausse fulgurante des prix des produits de première nécessité, et pas seulement l'huile et le sucre, car il y a aussi tout le panier de la ménagère, n'est pas à elle seule le détonateur de ce ras-le-bol social, qui, du reste, était palpable depuis quelques mois. Certes, le nouveau schéma de fonctionnement du commerce de détail, avec beaucoup de conditions drastiques, que le ministère de M. Benbada a voulu imposer aux professionnels, a déstabilisé plus d'un, jusqu'à provoquer les émeutes qui essaiment aujourd'hui comme des champignons, même au plus profond douar du pays.
Fallait-il être grand clerc pour savoir qu'en Algérie le commerce de détail fonctionne dans un système informel enraciné au plus profond de mœurs sociales nées dans les années 90 ? Et que s'attaquer à ce système, sans des solutions idoines, est une mission à haut risque ? C'est en réalité la grande leçon reçue par le département de M. Benbada qui, aujourd'hui, est en train de recoller les morceaux de la grosse colère sociale provoquée. Pour autant, le conseil interministériel prévu ce samedi pour examiner une situation sociale chaotique, et tenter de trouver, et vite, les solutions d'un problème qui dépasse de loin le simple cadre d'émeutes sociales provoquées par une surchauffe des prix, devrait aller au-delà du constat, et de solutions conjoncturelles.
Car le constat, réel celui-là, est que la situation socio-économique en Algérie est alarmante. Non seulement les salaires, qui stagnent, même si le SMIG a été revu à la hausse, ne correspondent plus à la spirale des prix, mais c'est toute la sphère commerciale qui échappe à tout contrôle, le chômage, l'inflation qui grimpe sans cesse, et, c'est toute l'économie nationale qui roule au ralenti. La semaine dernière, un haut cadre du ministère des Finances a même prédit, dans une intervention à la radio nationale, des hausses importantes des prix en 2011, avec une exacerbation encore plus grave de l'inflation. Il a, en quelque sorte, dit ce que beaucoup cachent : les prix vont exploser en 2011.
Pour autant, il faudrait que le gouvernement se «persuade» lui-même, en envisageant les solutions pour éteindre le feu de cette explosion sociale, que le pouvoir d'achat des Algériens est extrêmement bas. La hausse des salaires, du moins la dernière, s'est accompagnée par une envolée des prix qui a immédiatement annulé l'effet de la hausse du SNMG. Du coup, le salaire réel est redescendu à des niveaux extrêmement bas, alors qu'en face les prix des produits de consommation suivaient une courbe contraire. Et, cette misère des salaires se concentre au niveau des employés du secteur privé, des artisans et des chômeurs, qui reçoivent de plein fouet ces hausses perpétuelles de prix. La situation pour ces Algériens devient ainsi vite ingérable. La machine économique en Algérie cale. Car si le programme quinquennal 2010-2014 est adossé à une enveloppe de 256 milliards de dollars, en réalité, seules des miettes tombent dans le couffin de la ménagère. Cela aussi avait été relevé par des experts. Fallait-il donc attendre la déflagration pour réagir ?

Source Le Quotidien d’Oran Yazid Alilat

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires