Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 09:24

Timide réaction de l’opposition et silence de l’alliance présidentielle

nuit agitee Bab El Oued

Situation à Bab El Oued

 

Les premières réactions de certains partis politiques ont commencé à tomber hier, alors que les partis de l’alliance présidentielle qui forment également la coalition gouvernementale restent totalement muets, cinq jours après le déclenchement, dans les quatre coins du pays, de violentes émeutes populaires contre la cherté de la vie.

Estimant que le temps a fini par leur donner raison, les partis de gauche ont été les premiers à réagir face à ces protestations sociales. Dans un communiqué au titre révélateur «Non au libéralisme ! Non au libre marché !», signé de son secrétaire général, Salhi Chawki, le Parti socialiste des travailleurs (PST) estime que «les émeutes […] soulignent l’échec de la politique suivie depuis plusieurs décennies et confirment que le choix du libéralisme contredit la prise en charge des besoins élémentaires des masses populaires». Enumérant un chapelet de raisons (logement, cherté des produits de base, corruption, nouveaux possédants…) qui ont poussé, d’après lui, les jeunes à renouer avec les émeutes, Chawki Salhi relève que «les augmentations de salaires obtenues dans le secteur public, après des années de luttes, de grèves, de répression, sont dérisoires pour les petites catégories, c’est-à-dire pour la majorité». «Ces augmentations qui ne sont pas encore appliquées partout sont déjà mangées par la hausse des prix», ajoute Salhi qui appelle ainsi à un «retour aux prix imposés par l’Etat pour tous les produits de base». Il a préconisé enfin que les «investissements doivent viser le développement pour la satisfaction des besoins du peuple en matière de logement, d’emploi, de santé, de transport et de formation». De son côté, le Parti des travailleurs (PT) de Louisa Hanoune qui se dit «scandalisé par les propos du patron de Cevital, le détenteur du quasi-monopole sur le sucre et les corps gras, qui jette de l’huile sur le feu en annonçant d’autres augmentations», «dénonce vigoureusement la spéculation criminelle sur les prix […] et s’adresse au gouvernement pour qu’il prenne les mesures urgentes appropriées à même de désamorcer la situation». Dans l’immédiat, le PT suggère «le plafonnement des prix des produits concernés, à savoir l’huile et le sucre, et la restauration, même de façon provisoire, du monopole de l’Etat sur le commerce externe et interne pour que le contrôle des prix soit effectif». Louisa Hanoune appelle également à «la réouverture des grandes surfaces publiques réservées aux produits subventionnés par l’Etat et à la production nationale», et à «la réouverture des EPE de l’agroalimentaire fermées». De son côté, le secrétariat national du RCD estime dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion hier que «ces manifestations décrites, à juste titre, comme la conséquence d’une inflation débridée, connaissent aussi des raisons plus profondes». Le RCD ajoute : «Quelle que soit l’issue des événements en cours, ils auront déjà contribué au renforcement de la résistance citoyenne et à la disqualification du système en place.» «Le RCD s’associe et soutient toutes les initiatives citoyennes exprimant une colère légitime», écrit encore le secrétariat national. Le mouvement Ennahda appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes en faveur des citoyens, afin que les choses reprennent leur cours. Ennahda appelle également à l’ouverture d’un «débat sérieux avec la classe politique et la société civile dans l’objectif de mettre en œuvre une bonne gouvernance».
Source Le Jeune Indépendant H.Mouhou

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires