Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 10:09

L’Algérie à la Une des médias français et toujours pas pour des événements heureux

laicite

 

Notre pays est, encore une fois, à la Une des médias français et malheureusement pas pour relayer de bonnes nouvelles. Emeutes, troubles, contagion, embrasement… presse écrite ou audiovisuelle se sont emparés des manifestations et s’interrogent sur ce paradoxe : «Comment un pays qui a engrangé des réserves de 155 milliards de dollars peut-il continuer à ignorer la situation catastrophique de sa jeunesse : chômage endémique ; manque de logements, envolée des prix des produits de première nécessité et, en fait, absence totale de perspectives, notamment pour les laissés-pour-compte par un système qui a tout verrouillé pour empêcher l’alternance.

 Pour le quotidien Le Monde, comme pour beaucoup d’autres titres, «la simultanéité des mouvements de ces deux derniers jours a rappelé les émeutes d’octobre 1988… à la différence qu’à l’époque, les caisses de l’Etat avaient fondu à la suite de la chute des prix du pétrole, alors qu’aujourd’hui la contestation sociale se déroule sur fond de grande aisance sociale». Une aisance dont les chiffres «sont connus de la population et qui suscite une grande frustration». Le quotidien communiste l’Humanité,qui titre «l’Algérie s’embrase contre le coût de la vie», relève ces soulèvements qui se déroulent alors que «les dirigeants annoncent en boucle que les caisses de l’Etat sont pleines à craquer ». Et de noter que «ce climat de tension et d’affrontements rappelle celui vécu en Algérie lors de la révolte du 5 Octobre 1988.» Le climat est à ce point tendu que «l’ensemble des matches de foot prévus ce week-end ont été annulés», relève la station de radio RFI qui relaie le site Afrik.com. L’hebdomadaire le Nouvel Observateur, qui titre «Les émeutes violentes s’étendent en Algérie», note que les manifestations «gagnent aussi bien les quartiers populaires que les quartiers huppés» et s’il relève que les commerces avaient en majorité baissé les rideaux et le centre-ville était vide de voitures, «en début de soirée, ce centre-ville «était bondé de jeunes gens». Le scénario de ces deux derniers jours évoque pour le quotidien le Figaro «la révolte d’Octobre 1988». Pour ce titre, «malgré l’embellie financière et une incontestable amélioration du front sécuritaire, les pratiques autoritaires et clientélistes du régime ont mené le pays vers une nouvelle impasse. Pour les jeunes laissés sur le carreau et qui tentent, au péril de leur vie, de rejoindre l’eldorado européen à bord d’embarcations de fortune, cette justice à deux vitesses alimente la révolte. L’état d’urgence, qui a plombé les libertés depuis 1992, et la neutralisation de tous les canaux de médiation ont fait le reste pour imposer la violence et l’émeute comme ultime moyen d’expression du mécontentement ». Et le rédacteur de ce papier du Figarode penser qu’«avec la prière du vendredi, il faut s’attendre à l’entrée en scène des islamistes pour tenter d’en prendre le contrôle». Pour l’hebdomadaire Jeune Afrique,qui fait le parallèle des émeutes dans notre pays et en Tunisie, «si les situations politiques divergent radicalement en Tunisie et en Algérie, les espoirs et les rêves brisés d’une jeunesse se sentant laissée- pour-compte de la croissance tendent à produire les mêmes effets». Usure des élites politiques de la Tunisie comme de l’Algérie, estime le quotidien régional la Voix du Nord. Les émeutes dans les deux pays, selon ce titre, «témoignent d’un malaise social profond, aggravé par la crise économique et l’usure des élites politiques».
Source Le Soir d’Algérie Khadidja Baba-Ahmed

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires