Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 08:43

Algérie - Hausse des prix des produits de base : Benbada promet une solution au début de cette semaine

dilem1

 

Le ministre, assuré que la crise des prix des produits de base sera résolue au début de cette semaine, affirmant que les services de son département se sont déjà penchés sur cette question.

«Nous pensons que nous commençons à maîtriser cette crise et les problèmes liés aux nouvelles conditions d’approvisionnement ont été résolus puisque les opérateurs ont accepté de les annuler», relève-t-il. Ces conditions, dont l’obligation de paiement des marchandises par chèque et l’achat par facture, ont déstabilisé l’approvisionnement en produits de large consommation, le sucre et l’huile notamment, et par conséquent, ont conduit à la hausse des prix, renforcée, par ailleurs, par la flambée des prix sur les marchés mondiaux.
Le ministre pointe du doigt certains commerçants qui s’adonnent à des pratiques illégales, l’exagération des marges bénéficiaires notamment, provoquant la hausse des prix et ce, malgré la disponibilité des produits. «Les commerçants sont appelés à s’approvisionner normalement en huile et en sucre auprès des unités de production et des importateurs et à en doter tous les points de vente selon les prix convenus», fait savoir le ministre.
Des deux côtés, les producteurs et les importateurs d’huile et de sucre, ont souligné qu’ils feront, dans les prochains jours, des efforts pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens. «Les opérateurs contribuent à l’élaboration du dispositif réglementaire que nous sommes en train de finaliser», fait-il savoir. En outre, indique l’un des représentants du ministère du Commerce, l’Etat poursuivra sa politique de subvention des prix des produits de large consommation en soutien aux couches sociales défavorisées. Le ministère rappellera également la mise en place d’un outil régulateur à travers la création d’un organisme économique pour la prise en charge de la réalisation et de la gestion des marchés de gros, en vue d’organiser le marché national et de contrôler les réseaux de distribution.
LE MANQUE DE FARINE INJUSTIFIÉ
L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) a plaidé, pour sa part, un plafonnement des prix des produits de large consommation, notamment pour le sucre et l’huile. «La hausse des prix des produits de large consommation connaissent durant ces dernières années des hausses constantes. Mais l’augmentation des prix relevée ces derniers jours est forte, car il s’agit de hausses de 20 à 30 %. C’est pour cela que l’UGCAA appelle l’Etat à plafonner les prix de ces produits, à l’instar du sucre, de l’huile et des légumes secs. Une mesure qui doit concerner tous les intervenants dans le circuit commercial, a affirmé Salah Souilah, secrétaire général de l’Union. Afin de juguler cette flambée des prix, il est nécessaire pour les pouvoirs publics, explique-t-il, d’appliquer cette mesure sur «les importateurs, les grossistes et les détaillants» des produits alimentaires de première nécessité. «Pour les détaillants, les grossistes en sont responsables. Mais ces derniers attribuent cette hausse aux prix appliqués par les importateurs, lesquels considèrent que l’évolution des prix des produits sur le marché local est liée aux fluctuations des cours sur le marché mondial», estime-t-il en ajoutant qu’une tournée dans les magasins et les grandes surfaces à Alger permet de confirmer la tendance haussière de la mercuriale des denrées alimentaires, la farine, entre autres, de quoi inquiéter les consommateurs. A propos de la farine, le directeur général de l’OAIC (l’Office interprofessionnel des céréales), Nouredine Kehal, estime que le manque de ce produit sur le marché est injustifié. «La pénurie de farine sur le marché ne devrait pas exister puisque les enlèvements de blé tendre par les transformateurs auprès de l’OAIC ont augmenté substantiellement en 2010 par rapport à 2009.
L’an dernier, l’OAIC a distribué à tous les moulins environ 40 millions de quintaux de blé tendre contre 37,2 millions de quintaux en 2009. Ce qui signifie que la pénurie de farine sur le marché ne devrait pas avoir lieu. «La pénurie de farine n’est pas due à un manque de matière première mais résulte des comportements de certains transformateurs qui ont vendu leur blé en l’état à des éleveurs pour l’alimentation de bétail», conclut-il.

Source Horizons Synthèse de Farida Belkhiri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires