Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 09:00

Elsie Scheel avait été désignée comme "femme idéale" en décembre 1912

Elsie-Scheel-femme-parfaite-en-1912.jpg

 

En décembre 1912, Elsie Scheel, 24 ans, était présentée comme la femme idéale. Elle avait été sélectionnée parmi quelque 400 étudiantes de l'université Cornell, à Ithaca, dans l'Etat de New York. La jeune femme, suffragette convaincue, passionnée d'horticulture et d'automobile, affirmait adorer les beefsteaks et ne jamais boire ni thé ni café. Selon The New York Times, elle était même "l'exemple le plus proche de la perfection physique en termes de féminité". Elsie Scheel avait les cheveux clairs et les yeux bleus et pesait près de 78 kilos (171 pounds) pour 1 m 74 environ (5 ft 7). Le journal The Star affirmait à l'époque qu'elle avait sensiblement les mêmes mensurations que la Vénus de Milo.

Plus d'un siècle est passé et force est de constater que les canons de beauté – du moins ceux promus par les magazines, films et autres émissions télévisées – ont bien évolué. C'est en effet une tout autre image de la perfection féminine qui a pris le pas aujourd'hui. En janvier 2010, la blogueuse Kate Harding avait soumis Elsie Scheel au "test" de l'indice de masse corporelle : "Son IMC serait de 26,8, la plaçant dans la catégorie tant redoutée des personnes en surpoids." Et d'ajouter que dans un magasin contemporain – celui retenu ici étant Banana Republic – la femme parfaite de 1912 s'habillerait sans doute en 42-44.

En octobre 2012, l'actrice américaine Mila Kunis a été sacrée "femme vivante la plus sexy au monde" par le magazine Esquire, tandis que FHM accordait son titre annuel à la chanteuse Britannique Tulisa Contostavlos. Deux jeunes filles aux mensurations plutôt éloignées de celles d'Elsie Scheel. L'an dernier, l'artiste italienne Anna Utopia Giordano a détourné une série de Vénus fameuses de l'histoire de l'art, en remodelant leurs formes selon les canons actuels : la taille et les jambes sont amaigries, la poitrine gonflée. De quoi rappeller à quel point l'idéal féminin est une notion subjective...

Source Le Monde.fr

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires