Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 08:58

Abidal: "Une revanche sur la vie"

Eric-Abidal.jpg

 

Les événements se succèdent à une vitesse folle pour Eric Abdial. Un peu plus de deux mois après avoir appris qu'il avait une tumeur au foie, il a remporté la Ligue des champions avec le Barça et retrouve l'équipe de France avant un match très important en Biélorussie. Le défenseur tricolore est venu en conférence de presse pour confier son plaisir de retrouver les Bleus et expliquer que c'est "une revanche sur la vie".

Eric Abidal a expliqué combien sa maladie avait changé sa vie. (Reuters)

Eric, considérez-vous qu'il s'agit d'une marque de confiance d'être rappelé immédiatement avec les Bleus ?
Je ne sais pas si c'est une marque de confiance mais ça m'a fait du bien. Deux mois avant, je ne savais pas si pourrais rejouer et là je suis en équipe de France, pour le moral c'est super.
Quel a été l'accueil de vos coéquipiers ?
Les joueurs ont été énormes. Le parcours du Barça a été exceptionnel, ils m'ont félicité pour le trophée (la Ligue des champions) et ce que j'ai vécu. Ils ont dit que ça avait touché beaucoup de monde. J'en ai discuté avec Pat (Vieira), Alou (Diarra), Flo (Malouda). C'est une étape de la vie, beaucoup ont été surpris par la rapidité de mon retour, c'est dû au travail fourni et à l'appui des gens qui sont autour de moi.
Vous attendez-vous à jouer contre la Biélorussie ?
Je me prépare pour ce match important, je compte me mettre au service du collectif et de l'entraîneur. Si j'ai la chance de jouer, je donnerai le maximum.
Laurent Blanc a laissé entendre que vous alliez jouer...
Il ne nous a rien dit. On se prépare tous, on est tous concernés, c'est notre objectif. Peu importe qui jouera, il faudra gagner.

"L'équipe de France, c'est un rêve de gosse"

Vous considérez-vous à 100% de votre potentiel ?
Je ne sais pas si je suis à 100% mais j'ai eu la chance d'avoir un entraîneur à Barcelone (Pep Guardiola, ndlr) qui m'a fait confiance, m'a permis de revenir rapidement dans le groupe. Pendant deux semaines, j'ai un préparateur physique particulier qui m'a remis d'aplomb. Là, j'ai encore trois kilos à prendre mais j'en ai pris quatre en dix ans donc ça va être dur. Là, j'ai joué 90 minutes en finale de la Ligue des champions et je suis opérationnel.
Votre regard sur l'équipe de France a-t-il évolué ?
Non, c'est le même qu'au départ. L'équipe de France, c'est un rêve de gosse. Au-dessus de la Ligue des champions, il y a l'équipe nationale. Tous les deux ans, il y a un trophée énorme à gagner en cas de qualification. J'ai passé de bons et de mauvais moments en Bleu mais ça reste le summum footballistique.
Quelle place tient cette victoire en finale de la Ligue des champions dans votre carrière ?
Il n'y a pas que la finale, avec ce qui m'est arrivé ces derniers mois. C'est une revanche sur la vie de pouvoir jouer cette finale qu'on attendait tous, j'avais déjà raté celle de 2009, je rêvais de jouer, de gagner et de lever ce trophée, tout cela fait que ça fait partie des meilleurs moments de ma carrière.
Qu'avez-vous ressenti au moment de lever la Coupe ?
J'avais l'impression que le temps s'était arrêté. Tu te retrouves au milieu d'une tribune avec en face de toi énormément de supporters, surtout de Barcelone ravis de voir leur équipe gagner. J'ai eu beaucoup de flash, peu de joueurs ont eu la chance de lever ce trophée, pour moi c'était un honneur. C'est une image qui va rester à vie.
Qu'avez-vous ressenti quand Carles Puyol vous a donné le brassard pour lever la Coupe ?
Ça confirme le slogan du club qui dit que le Barça est plus qu'un club (mes que un club, ndlr). On est tous humain que ce soit l'entraîneur ou les capitaines de Puyol à Valdes que ce qu'ils ont fait est un geste fort après ce que j'ai vécu. "Puyi" (Puyol) m'a dit qu'il me laissait le brassard pour lever le trophée car je le méritais mais on le méritait tous. Je n'ai jamais vu de geste comme ça.
Ça a été le moment le plus fort ?
Dans ce match, il y a eu beaucoup de moments forts, l'annonce de ma titularisation une heure avant, le match en lui-même, la victoire, le geste de Puyi et lever le trophée.

"Il y avait des jours où j'étais moins bien"

A quel moment avez-vous compris que vous pourriez jouer cette finale ?
J'ai beaucoup discuté avec le chirurgien et avec les médecins du club, j'ai coupé pendant trois semaines parce que je ne pouvais rien faire, ensuite il y a eu des étapes. Ils ont été honnêtes car ils m'avaient dit que tout dépendrait de comment réagirait mon corps, j'ai eu la chance qu'il ait très bien réagi ce qui m'a permis de me remettre très vite dans le bain, il y avait des jours où j'étais moins bien, je ne pouvais rien faire je restais à la maison, j'étais énervé contre moi-même car je voulais fouler à nouveau les pelouses très vite mais il fallait passer par des étapes et Dieu a fait le reste.
Est-ce que le fait d'avoir survécu à ces moments difficiles à renforcé votre foi ?
La foi, je l'ai depuis ma naissance, c'est quelque chose que m'ont inculqué mes parents, elle a été renforcée par ce qui m'est arrivé il y a peu de temps car il faut se battre contre la maladie. Ça m'a permis de voir les choses différemment, c'est pour ça que je vous dis que j'ai vendu des voitures et avec ces fonds, je vais faire des dons pour la lutte contre le cancer. J'étais déjà investi mais le don que tu fais ne concerne que toi et l'association, pas besoin de dévoiler ce que tu fais. Depuis deux mois, j'ai beaucoup de sollicitations, je vais faire le tri pour faire les bons choix.
Avez-vous peur de subir une grosse décompression ?
Je vais décompresser pendant les vacances, j'ai vécu des moments forts, tant mieux, je vais essayer de finir fort, ça passe par de bons résultats en Biélorussie et lors des matches amicaux afin de démontrer que l'équipe de France est toujours à son niveau.
Qu'avez-vous appris de cette épreuve ?
Ça m'a donné plus de confiance, j'avais un gros mental mais après ça mon mental s'est renforcé, ça m'a fait énormément de bien. Quand on passe de l'autre côté de la barrière, on voit la vie différemment, ça m'a enrichi. Je ne sais s'il faut en profiter au maximum mais par exemple, je ne prévois jamais mes vacances, je crois que la maladie veut dire ça, tu vis aujourd'hui tu ne sais pas ce qui peut se passer demain, je l'ai vécu: je joue à Séville, je me sens hyper bien, le lendemain je passe des examens et on m'apprend que j'ai une tumeur.
Avez-vous craint d'être obligé de mettre un terme à votre carrière ?
Oui. Après une discussion avec les chirurgiens et les docteurs, j'ai compris qu'on ne sait jamais comment le corps va réagir. Mais j'étais très content quand, une semaine après, le chirurgien m'a dit on se verra à Wembley le 28, ça lui a donné raison.

Source Sports.fr
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


félicitation pour cette victoire




Répondre
L

Victoire d'accord mais un beau geste de l'équipe Cordialement, Le Pèlerin