Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 06:55

Diplomatie. Près d'un siècle après les massacres de l'Empire ottoman
Erevan - Place de la République

Cela faisait près d'un siècle que les relations étaient au point mort entre la Turquie et l'Arménie. Près d'un siècle après, le souvenir des massacres d'Arméniens par les Turcs entre 1915 et 1917 hante toujours les esprits. Hier soir, dans la ville suisse de Zurich, les deux pays sont tout de même parvenus à un accord pour « normaliser » leurs relations.
Ce rapprochement entre Ankara et Erevan ne va pas sans heurts. Il rencontre de profondes résistances dans les populations des deux pays, ainsi que dans la diaspora arménienne, particulièrement influente en France et aux États-Unis. Plusieurs milliers d'Arméniens sont encore descendus dans la rue vendredi pour protester contre l'accord. « Il n'y a pas d'alternative à l'établissement de relations, sans conditions préalables, avec la Turquie », estime le président arménien Serge Sarkissian, soulignant que l'Arménie n'allait pas pour autant renoncer à son combat pour faire reconnaître les massacres d'Arméniens sous l'empire Ottoman au début du XXe siècle comme un génocide. Ces massacres auraient fait plus d'un million et demi de morts selon l'Arménie, alors que la Turquie parle de 300 000 à 500 000 morts.
Les deux pays ont beaucoup à gagner d'une réconciliation : la Turquie espère faire avancer ses négociations d'adhésion avec l'Union européenne, tandis que l'Arménie, enclavée et sans ressources pétrolières, sortira de l'isolement.
Pour devenir effectifs, les protocoles qui prévoient notamment l'établissement de relations diplomatiques et la réouverture de la frontière devront d'abord être ratifiés par les deux parlements et cela pourrait traîner en longueur en raison de l'hostilité des députés des deux pays.
Les Arméniens de Toulouse approuvent l'accord
La communauté arménienne de Toulouse est globalement en faveur de l'accord. C'est ce que laisse entendre Gérard Karagozian, président de l'amicale des Arméniens de Toulouse. « Nous en avons un peu discuté à l'association, on est plutôt pour. » Les manifestations d'Arméniens ? « Il n'y a eu que quelques centaines de manifestants à Paris », note Gérard Karagozian, qui espère que l'accord puisse être un préalable à la reconnaissance par la Turquie de l'existence d'un génocide. « Ma seule crainte est la création d'une commission prévue dans l'accord, où des historiens devront se réunir pour discuter des massacres. Il ne faut pas réécrire l'histoire. » Le représentant des Arméniens de la Ville rose l'admet : il s'agit d'un accord de raison plus qu'un accord de cœur. « Aujourd'hui, l'Arménie est exsangue. L'ouverture des frontières avec la Turquie est importante, ça permettra de faire transiter des denrées par ce pays. » Aujourd'hui, tout passe par l'Iran, un appui jugé « instable » par le responsable toulousain. Sans parler des autres voisins : relations difficiles avec la Géorgie. Relations quasi impossibles avec l'Azerbaïdjan, avec qui l'Arménie a un conflit territorial depuis le début des années 90.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires