Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 05:31

Adhésion de l’Algérie à l’OMC - L’incertitude demeure

pascal-lamy.jpg Pascal Lamy

 

L’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) reste-t-elle encore d’actualité ? Question pertinente d’autant que le discours officiel reste confus, parfois velléitaire.

L’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) suscite encore le débat. L’Algérie veut toujours adhérer à l’OMC et négocie en ce sens. C’est ce que le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a affirmé récemment. En liant néanmoins cette accession à la prise en compte des intérêts économiques de notre pays. Or, l’Algérie a entamé des négociations depuis plus de deux décades sans résultat aucun. Dix rounds de négociations multilatérales et plus de 93 réunions bilatérales avec 21 pays ont eu lieu durant la décade écoulée. Plus de 1 600 questions relatives à l’économie nationale ont été traitées. Depuis 2008, l’Algérie a reçu 96 questions, émanant notamment des Etats-Unis et de l’Union européenne et auxquelles des réponses ont été données. Mais la confusion entoure cependant la position algérienne. L’Algérie agit-elle réellement en vue d’accéder à cette organisation Non, malgré le discours volontariste des pouvoirs publics, soucieux de la sauvegarde de l’économie nationale, l’adhésion ne constitue pas la priorité. «Nous ne sommes pas pressés, affirmait récemment le ministre du Commerce. Un manque d’empressement, justifié peut-être par des velléités protectionnistes, mais qui démontre aussi l’absence de vision gouvernementale. Certes, l’on avance que l’Algérie ne peut libéraliser davantage son économie, au demeurant trop ouverte, et céder sur les questions de principe en matière de régulation commerciale. Concernant notamment la suppression de la taxe intérieure de consommation (TIC), la levée des obstacles techniques au commerce, l’importation des véhicules d’occasion, l’alignement de la tarification gazière, entre autres requêtes émises par nos partenaires. Et d’autant qu’en dehors des hydrocarbures, l’Algérie exporte faiblement mais constitue un marché ouvert. Toutefois, le gouvernement ne peut adopter une position trop attentiste, illisible même si la question constitue une question secondaire. Or, les choix économiques actuels, la politique économique suivie, marquée par une restriction du climat d’affaires, ne plaident pas pour une réelle volonté d’adhésion. De même, l’absence de rapport d’étapes sur l’état d’avancement des négociations n’incite guère à la clarification de la donne. Ainsi, l’incertitude demeure.

Source Le Quotidien d’Oran C.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires