Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:43

3 ans de prison requis par le procureur

arrestation non jeuneurs

Telle a été la condamnation, hier, par le procureur de la République à la fin du procès des deux citoyens âgés respectivement de 34 et 47 ans.

Le procès a eu lieu, hier, au tribunal de l’ex-Michelet au moment où, des dizaines de citoyens observaient un rassemblement afin de signifier leur solidarité avec les deux accusés, mais aussi pour dénoncer ce qu’ils qualifient à l’unanimité, d’atteinte à la liberté de culte et aux libertés individuelles. Le procès s’est ouvert le matin à 9 heures. Les deux citoyens qui étaient à la barre des accusés n’ont aucunement réfuté les faits qui leur sont reprochés, à savoir d’avoir mangé puis bu de l’eau le 12 août dernier, pendant la journée en plein mois de Ramadhan. Ce sur quoi ils ont insisté, par contre, c’est le fait qu’ils étaient à l’intérieur du chantier dans lequel ils travaillaient au moment où ils ont été surpris par deux policiers en train de se désaltérer. Leurs avocats ont abondé dans le même sens tout en s’attardant sur un fait important, à savoir l’inexistence d’un texte de loi interdisant aux Algériens de manger ou de boire le jour pendant le mois de jeûne. Quand on sait que les deux concernés sont de confession chrétienne, on s’interroge s’il ne s’agit pas tout simplement d’une atteinte à la liberté de culte pourtant reconnue, noir sur blanc, dans le texte de loi le plus important du pays: la Constitution. Donc, les avocats ont beaucoup insisté sur cet élément qui innocente de fait leurs clients. Aussi, ils ont nié l’existence d’une quelconque plainte déposée par des citoyens de la région résidant aux alentours de l’endroit où le jeûne n’a pas été observé. L’information de l’existence d’une plainte a été révélée, hier, par le procureur lors de son réquisitoire.

«Je n’ai pas de commentaire à faire»

Le premier responsable de la Justice a refusé de s’exprimer sur le procès des non-jeuneurs. Interrogé, en marge de la séance de vote des ordonnances tenue hier à l’APN, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Belaïz s’est montré réservé. «Je n’ai pas de commentaire à faire sur ce procès», a-t-il répondu aux journalistes. Le ministre justifie son silence par le fait que l’affaire est au niveau du tribunal. A la question de savoir si ce procès est légal où illégal, le ministre dira: «Il y a des magistrats compétents qui vont juger cette question.»

Selon les affirmations du procureur, les deux policiers ayant procédé à l’arrestation des deux «dé-jeûneurs» le 12 août dernier à Aïn El Hammam n’avaient pas agi spontanément, mais suite au dépôt d’une plainte de la part d’un groupe de citoyens que les agissements des accusés dérangeaient!
D’ailleurs, même le procureur a avoué l’inexistence de textes de loi interdisant de manger ou de boire durant le mois de Ramadhan. Mais ce qui semble être à l’origine de cette affaire, c’est le fait que les citoyens auraient mangé de manière ostentatoire. Ceci, bien que les accusés eux-mêmes et leurs avocats, ont affirmé que «l’événement» s’est déroulé à l’intérieur du chantier où ils travaillaient et ce, loin de tout regard. En dépit de toutes ces précisions, le réquisitoire du procureur a été annoncé à la fin du procès: 3 ans de prison ferme. Deux chefs d’inculpation ont été retenus contre les mis en cause: atteinte à l’ordre public et atteinte à la religion musulmane.
Le rassemblement qui s’est déroulé simultanément avec la tenue du procès a duré jusqu’à midi. Etaient présents à ce sit-in, des citoyens anonymes ainsi que des représentants de quelques organisations citoyennes et politiques comme le Congrès mondial amazigh, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie et la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme. Aucune réaction de la part des partis politiques, notamment ceux qui sont représentatifs dans la région n’a été enregistrée. Quant à la population de la wilaya de Tizi Ouzou, elle trouve qu’il est regrettable d’assister à ce genre d’affaires au moment où des défis plus importants dont dépend l’avenir économique de notre pays sont à relever. Le verdict dans cette affaire sera rendu le 5 octobre prochain.
Notons que dans le registre du même genre d’affaires de justice, un autre procès aura lieu le 26 septembre prochain. Des Algériens de confession chrétienne seront présentés devant le tribunal de Larbâa Nath Irathen pour le chef d’inculpation de pratique illicite du christianisme.

Source L’Expression Aomar Mohellebi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires